Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > Un précurseur des robots “compagnons de vie”

Un précurseur des robots “compagnons de vie”

Reportage au sein de la start-up Blue Frog Robotics

vendredi 2 juillet 2021, par Gabriel Collardey

Il y a des entreprises qui font la fierté de la France. Elles nous rappellent que les entrepreneurs français ont du talent, de la créativité et qu’ils ne sont pas frileux.

Je vais vous conter l’histoire de Blue Frog Robotics, une start-up d’à peine dix ans d’âge, et de son fondateur Rodolphe Hasselvander, qui s’est lancé dans un projet ambitieux : accompagner les personnes dans la difficulté, leur apporter un soutien et une présence familière et chaleureuse. Pour réaliser ce projet, l’entreprise a créé un petit robot, Buddy. L’idée est d’avoir un robot émotionnel, empathique et compatissant qui soit un vrai compagnon de vie pour les enfants, les personnes âgées et toute la famille.

Un projet innovant, issu de plusieurs années de R&D et d’expérimentations

Le développement de ce projet est intimement lié à la volonté de son CEO, Bertrand Fache. Celui-ci a décidé d’entrer au capital de Blue Frog Robotics en 2020. Son entrée au capital a permis à l’entreprise de débuter l’industrialisation de Buddy après cinq années de recherche et développement. Buddy est produit à 70 % en France, l’assemblage final s’effectuant dans une usine à Beauvais.

De nombreuses applications sont disponibles, et il est prévu de créer un store pour que des créateurs de contenus puissent télécharger des cours, des exercices ou tout autres contenus éducatifs ainsi que des animations pour tous les utilisateurs. Le but est que l’enfant puisse réviser ses cours avec Buddy qui pourra lui proposer des exercices complémentaires dans les matières où il a des difficultés. La création de contenus éducatifs est illimitée, les parents peuvent aussi télécharger des contenus et mettre en valeur certains contenus plus que d’autres. Buddy peut, par exemple, être une formidable opportunité pour apprendre une langue, car il pourra interagir avec l’élève et notamment corriger sa prononciation.

Cette invention ouvre un champ de possibilités illimité. Buddy peut aider les enfants autistes à apprendre de nouvelles choses, il les complimente, les encourage et les rassure. C’est un compagnon de vie très évolué intellectuellement. Par ailleurs, il est déployé dans des EHPAD, il apporte une présence aux personnes âgées, leur fait travailler leur motricité ou leur rappelle de prendre leur médicament.
Buddy dispose d’une autonomie de près d’une journée en usage raisonné, et de quatre heures en usage intensif.

Un compagnon idoine pour faciliter la vie des seniors et des enfants malades
Ce petit robot n’est pas hors de prix, il est actuellement vendu autour de 2 000 euros hors taxe et 2 500 euros hors taxe avec un pack d’applications. Certes cela reste un investissement, mais qui il peut être rapidement rentabilisé.
On estime la prise en charge d’un enfant autiste à quelques milliers d’euros mensuels, ce qui permet de rentabiliser très rapidement un robot Buddy, qui peut, grâce à des applications adaptées, solliciter l’enfant, le faire progresser, l’accompagner et l’encourager dans ses progrès.

Les créateurs ont prévu un mode Buddy compagnon, qui peut mettre de la musique, jouer avec les enfants entre autres. Dans ce mode, le robot a une part d’autonomie, il peut, par exemple, emmener une personne âgée en promenade.
Blue Frog Robotics est en train de déployer près de 2 000 robots dans les classes d’écoles primaires. Grâce à cela, l’entreprise gagnera en visibilité. Les premiers essais et retours sont positifs de la part d’enfants hospitalisés avec Buddy à la maison. L’enfant n’était ainsi pas coupé de sa famille et pouvait participer aux discussions à table et passer du temps avec ses frères et sœurs.

Pour les enfants malades, le robot va en classe à la place de l’enfant. Il le représente. L’enfant a un casque et une tablette, il peut projeter son visage sur l’écran du robot lors des cours. Les professeurs peuvent s’adresser à lui. Le robot peut lever la main, prendre des photos ou afficher des émotions. Les enfants maintiennent ainsi un lien social avec leurs camarades puisque le robot leur permet d’échanger et de faire tout ce que les autres font à l’école.

Un robot aux utilisations illimitées et une entreprise en pleine expansion

Blue Frog Robotics a également développé le BuddyLab pour apprendre aux enfants les bases du codage, de la programmation et ainsi les encourager à travailler eux-mêmes sur la création de contenus numériques.

Les prospects – universitaires, particuliers, entreprises – sont nombreux, partout dans le monde, et veulent « adopter » Buddy. Il est vrai que son prix relativement attractif permet d’envisager son déploiement dans de nombreux foyers français et européens. En outre, l’arrivée de la 5G être un formidable accélérateur pour le déploiement de Buddy à grande échelle. C’est pourquoi l’entreprise veut effectuer une levée de fonds importante à l’horizon de 2022 afin de pouvoir augmenter la production à une cadence de plus de 400 pièces par mois contre 300 actuellement. L’objectif est de pouvoir produire des dizaines de milliers de Buddy, se développer à l’international et recruter de nouvelles compétences.

Bien que Buddy ait tout pour plaire et que Blue Frog Robotics soit une entreprise innovante, trouver des financements n’est pas aisé. Mais comme le racontent Bertrand Fache et Rodolphe Hasselvander, les business angels ont contribué largement au capital de l’entreprise et notamment le réseau « Femmes Business Angels ». Par ailleurs, l’entreprise a reçu une aide de la BPI mais espère de nouveaux soutiens institutionnels à l’avenir, puisque Buddy peut devenir d’utilité publique notamment sur la question de la dépendance qui est en discussion au parlement.

Par ailleurs, malgré la volonté affichée par le gouvernement de réindustrialiser le territoire, fabriquer en France reste complexe autant au niveau fiscal, réglementaire qu’administratif. Mais les dirigeants restent optimistes et veulent maintenir une large partie de la production de Buddy en France.

Si vous voulez découvrir Buddy en action, rendez-vous sur sa page Youtube.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Un-precurseur-des-robots-compagnons-de-vie

Vos commentaires

  • Le 3 juillet à 21:43, par Dumas Jean-Pierre En réponse à : Un précurseur des robots “compagnons de vie”

    Article original et intéressant. On a envie d’en savoir plus. A quel point un robot peut-il remplacer la personne humaine ? En tout cas il faut que l’entreprise montre comment ça marche d’une manière pratique. C’est une expérience passionnante.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière