IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5680



Non content de nous confiner, le gouvernement veut aussi “trier” les informations !

Le gouvernement ne s’occupe pas seulement de notre santé et de notre bien- être, il veut aussi que nous soyons correctement informés. C’est à lui que reviendrait cette mission. Il existe déjà des chaînes publiques financées avec l’argent des contribuables ainsi que plusieurs chaînes et journaux qui font plus un “travail” de porte-parole du gouvernement que de journalisme.

Et voilà qu’on annonce la création d’un site qui distribuerait les bonnes et les mauvaises notes à ceux qui oseraient nous informer différemment. Ce serait un “guide” de l’information fiable. “Comment évaluer la qualité et la pertinence d’une information et discerner le vrai du faux ? Voici quelques questions à se poser au quotidien.” précise le titre. On nous incite à nous interroger sur l’auteur de l’information, sur son site, sur ses objectifs... Nous voici revenus à la maternelle : attention les petits, surtout il ne faut pas parler à des inconnus, vous avez bien compris ?

Ceux qui nous contrôlent, et souvent nous trompent, vont aussi être les gendarmes de l’information. Déjà, en juin 2018, un projet de loi sur les “fake news” nous avait interpellés par son côté liberticide. Cette loi exige des opérateurs de plateformes en ligne la transparence et leur demande de « rendre public le montant des rémunérations reçues en contrepartie de la promotion de contenus d’information, ainsi que l’identité des personnes physiques ou morales desquelles elles les ont reçues lorsque ce montant est supérieur à un seuil fixé par décret. ».

La loi « fake news » est liberticide et ressemble parfaitement à une forme de censure imposée par le pouvoir. Toute vérité officielle est suspecte. Les Français sont suffisamment responsables pour faire le tri. C’est justement l’abondance de l’information et la possibilité de s’informer librement qui nous donnent les repères nécessaires. Sûrement pas l’Etat ou les politiques. Cette loi n’avait pas suffi et voici un guide pour nous orienter dans le monde de l’information ! C’est donc le gouvernement qui trancherait sur la fiabilité d’une information !

Cela me rappelle la justification de la censure dans un Etat communiste (dans le dernier numéro du Point, Pierre-Antoine Delhommais fait allusion, lui aussi, à Emmanuel Macron, en tant que... chef du Gosplan soviétique). Le but de la censure, soutenir l’appareil de propagande du parti, ne pouvait être que positif. La censure prémunit des influences néfastes et des idées pernicieuses. Elle dit le vrai, elle protège, elle défend, merveilleux alibis pour l’interventionnisme étatique. D’ailleurs, la censure n’a pas suffi à l’appareil répressif communiste. Ceux qui détenaient une machine à écrire étaient obligés de l’emmener tous les ans au poste de police (milice) pour que son “empreinte” (les caractères) soit enregistrée. L’objectif était de trouver facilement l’auteur de textes “subversifs”. Va-t-on enregistrer aussi les ordinateurs pour démasquer l’auteur des informations qui ne conviennent pas au gouvernement ?

Nous protéger et nous défendre, quels excellents arguments en effet, quel mauvais esprit les contesterait ? « LE GOUVERNEMENT AGIT POUR VOUS », voilà ce qui apparaît en gras, sur le site officiel.

Le gouvernement vérifie l’information pour nous, pauvres manchots. Cependant... nous nous grattons la tête. Toutes ces fausses informations dont nous avons été abreuvés depuis le début de la pandémie, ne venaient-elles pas de nos dirigeants, tous plus assurés les uns que les autres dans leurs affirmations ? Le gouvernement a d’abord sous-estimé la gravité de la situation et nous a incités à aller au théâtre et voter. Puis il a trouvé des prétextes baroques pour expliquer la pénurie de masques et de gel, en réalité un marché contrôlé par l’Etat. Un Etat obèse, impuissant, se gargarisant toujours de son système de santé ruineux bien qu’il ait montré ses paralysantes limites. Un Etat qui réalise ses meilleures performances, et de loin, dans les domaines de la dépense et du contrôle.

En 1960, dans La Constitution de la Liberté, Friedrich von Hayek mettait en garde contre la tendance des gouvernements “progressistes” à limiter les libertés individuelles les unes après les autres. C’est ce que fait le nôtre à mesure que cette crise se prolonge. Et ce n’est pas fini.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Ministères, politiques, agences, haute autorité, haut conseil, haut comité, stratégies…
Alain Roux,

Ministères, politiques, agences, haute autorité, haut conseil, haut comité, stratégies…

ils devaient « anticiper et prévenir les pandémies »

StopCovid : quelle efficacité ? Quel coût pour les libertés individuelles ?
Sébastien Chapotard,

StopCovid : quelle efficacité ? Quel coût pour les libertés individuelles ?


Etats-Unis : ce qu’on dit et (surtout) ce qu’on ne dit pas
Nicolas Lecaussin,

Etats-Unis : ce qu’on dit et (surtout) ce qu’on ne dit pas

De la nécessité d’injecter un peu de bon sens et de bonne foi chez certains commentateurs

Coronavirus : trois fois plus de morts dans les pays confinés que dans les pays non-confinés
Nicolas Lecaussin,

Coronavirus : trois fois plus de morts dans les pays confinés que dans les pays non-confinés



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (7)

Homme tragique ou Homme providentiel

le 5 mai, 09:01 par patrick LOUIS

l'Homme politique est par nature " un homme tragique", sa vocation n'à pas pour but de nous rendre heureux, mais uniquement de nous préserver des grands malheurs... Sur ce plan gouverner c'est prévoir... et ils n'ont rien prévu "nos" hommes "providentiels" !
« Que l’Etat se charge à être juste, nous nous chargerons d’être Heureux »
dixit Benjamin Constant

- Répondre -

non la situation n'a pas été sous estimée

le 5 mai, 11:24 par Serge

Non, la situation n'a pas été sous estimée, elle a été créée sciemment. L'interdiction pour les policiers de porter des masques, l'impossibilité pour les soignants d'en disposeront été des facteurs de dispersion du virus. les frontières restées ouvertes, l'interdiction faite aux médecins de soigner leurs patients, tous ces faits démontrent qu'il y a la volonté de permettre à la maladie de se propager. L'annonce quotidienne du nombre de décès sans la mettre en comparaison avec d'autres causes de décès a pour objectif de créer un climat de peur pour justifier la remise en cause de nos libertés avec notre assentiment. Nos sommes confrontés à un coup d'état.

5 mai, 17:48 - theano

Je pense exactement comme vous.

- Répondre -

Sibete = Censure

le 5 mai, 12:32 par HUBIN

ORWELL avait raison , Sibet ne doit pas savoir qui il peut bien être mais lui il l’a connait bien et décrit 60 ans avant sa fonction principale : la police de la pensée , quelle tristesse de voir des nouveaux français ne rien comprendre au combat pour la liberté mené depuis toujours par notre pays !

- Répondre -

comment réagir avec un espoir de finalité ?

le 5 mai, 12:37 par melkis

En dehors d'une véritable révolution avec occupation de locaux officiels majeurs, à laquelle je ne crois pas trop, vu la mentalité molle et laxiste des Français, sauf armée, n'y a-t-il donc aucun avocat ou juriste, génial, qui trouverait un processus pour destituer cette bande, avant de futures élections, au moins pour essayer de limiter et freiner les dégâts destructifs en cours (arabe à l'école, reforme des retraites, incompétence notoire sur tous sujets, mensonges éhontés, etc.).

- Répondre -

Dégraissage

le 6 mai, 12:47 par Todd

Le problème n'est pas tant le gouvernement que cet Etat obèse qu'il est plus qu'urgent de dégraisser.

- Répondre -

Le retour des staliniens ?

le 7 mai, 17:29 par Mich

Bonjour monsieur Lecaussin.
Je partage totalement vos inquiétudes. Mais le "guide de la bonne information" n'est pas le pire. Il nous reste la liberté de ne pas le lire ! En revanche la censure (lois contre les fake news...) que vous redoutez est déjà bien en place. À titre d'exemple je peux vous rapporter une anecdote. Mon médecin m'avait recommandé de visionner une vidéo sur Youtube d'un certain Jean-Jacques Crèvecoeur. Cette vidéo ne contenait aucun propos raciste, homophobe, pro-nazi, insultant, sexiste ni même pornographique. L'auteur dénonçait seulement un complot international qui selon lui a pour objectif de profiter de la crise du coronavirus pour tester la docilité des peuples et mettre en place des systèmes de surveillance et de contrôle des populations. Un point de vue proche de celui de votre commentateur Serge (du 05/05/2020). On peut évidemment qualifier ces vues de complotisme. Quelques jours après sa mise en ligne cette vidéo a été bloquée par Youtube ! C'est la première fois que je vois une telle censure, jusqu'à présent les bloquages que j'ai pu constater étaient liés à des questions de droits d'auteur. Ce qui se passe est très grave et menace notre liberté de penser. A ce régime là bientôt le simple fait de dire que la presse est inféodée au pouvoir pourra nous valoir une fermeture de site pour complotisme ou fake news !
Chacun doit pouvoir exprimer et défendre ses idées, même les plus absurdes, par le débat contradictoire, l'argumentation, la démonstration, la logique. Et nous devons pouvoir nous forger un avis sans que personne ne vienne nous imposer par la force sa bien-pensance. C'est la démocratie. Censurer peut laisser croire qu'il y a quelque chose à cacher...
Voici l'extrait d'un article du journal Ouest-France (du 07/05/2020) sur le déconfinement de la ville de Lorient :
"À l’heure du déconfinement, plusieurs dispositions vont être prises en matière de circulation et de stationnement. L’hyper centre-ville va passer à 20 km/h et un drone va observer la façon dont vous vous déplacez… Sous l’appellation d’urbanisme tactique , les collectivités sont invitées à se saisir de l’opportunité du déconfinement pour favoriser le recours à des modes de déplacements dits doux...".
Qui “invite” les collectivités à “se saisir” de cette “opportunité” pour surveiller les déplacements des citoyens avec des drones ? Les protocoles de déconfinements devraient avoir pour objectif de permettre autant que possible un retour à une vie presque normale, pas à créer des “opportunités” pour mettre en place un système de surveillance qui satisfasse des véléités de totalitarisme. Ceci est à mettre en parallèle avec le projet du gouvernement de traçage des personnes par les smartphones. Quant à “l’urbanisme tactique” si on s’interesse à sa définition, on pourrait la résumer par : comment limiter la libre circulation des individus sans avoir l’air d’y toucher ! On se croirait à l’époque du Soviet Suprême !
Tout ceci est très inquiétant et fait suite à un certain nombre d’éléments qui vont tous dans le même sens : des lois imposées sans débat, des lois soumises au vote mais qui doivent être adoptées, sur ordre du gouvernement, sous peine d’être viré, un état d’urgence sanitaire qui se transforme doucement en état permanent… Si nous n’y prenons pas garde nous laisserons s’installer la société dont rêvaient les sovietiques ou les nazis…

# Re : Le retour des staliniens ?

7 mai, 18:08 - Nicolas Lecaussin

D’accord avec vous ! Merci de nous lire.
Cordialement,
NL

- Répondre -

Commémoration nationale de la victoire de 1945, ce 8 mai 2020

le 8 mai, 18:41 par Joseph KUNTZ

Le jour de la commémoration nationale de la victoire de 1945, ce 8 mai 2020 ; Notre Président nous a privé des monuments aux morts et de l'hommage aux anciens combattants de ce qu'était cette vraie guerre.

- Répondre -

 css js



FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies