Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > La Suède fait marche arrière sur les opérations transgenres

La Suède fait marche arrière sur les opérations transgenres

De nombreuses études ont prouvé que les opérations avaient des conséquences graves

vendredi 18 juin 2021

L’une des cliniques publiques les plus réputées de Suède a annoncé il y a peu sa volonté de ne plus pratiquer d’opérations transgenres sur des mineurs. Le gouvernement a, de son côté, annoncé réfléchir à la question après plusieurs affaires de personnes qui ont changé de sexe pendant leur adolescence et qui souhaitent revenir sur leur choix.

A l’origine cette chirurgie était prévue pour une très petite minorité de personnes souffrant d’une dysphorie de genre. Mais aujourd’hui nombre de personnes qui sont diagnostiquées d’une dysphorie de genre sont en fait des adolescents en recherche de leur identité, souffrant de problèmes psychologiques ou tombés dans le piège des campagnes de communication LGBT vantant les mérites du changement de sexe. C’est devenu une « mode » dénoncée par de nombreux psychiatres suédois.

Nombre d’études ont prouvé que les opérations avaient des conséquences graves sur la santé physique des personnes. Les médecins ont noté une augmentation du risque cardiaque, de thrombose, de cancer ou d’ostéoporose. Surtout, une étude a prouvé que les personnes trans ont 6 fois plus de chance d’avoir des problèmes d’anxiété et de désordre d’humeur. Tout cela interroge alors que les lobbys LGBT militent pour que les adolescents de 12 ans puissent demander à faire l’objet d’une opération de transition.

La question est hautement sensible tant les associations LGBT verrouillent tout débat scientifique sur le sujet, au nom de l’idéologie. Le débat doit pourtant avoir lieu sans que l’étiquette transphobe ne soit brandie, car il est question de la santé mentale et physique de jeunes adolescents manquant de discernement.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/La-Suede-fait-marche-arriere-sur-les-operations-transgenres

Vos commentaires

  • Le 19 juin à 07:12, par Michel En réponse à : Les opérations transgenres : voyages sans retour...

    Un seul problème, mais d’importance :
    Il est impossible de changer de sexe, tout au plus peut-on prendre l’apparence de l’autre sexe.
    De plus, tout retour en arrière est impossible : un homme, qui possède un corps en parfait état de fonctionnement pourra ressembler à une femme, mais sans en avoir les fonctionnalités.
    Si, à un moment, il change d’avis car il n’est plus satisfait de sa nouvelle apparence, il décide de redevenir un homme, ce ne sera pas possible : tout ce qu’il pourra obtenir, c’est de ressembler à un homme, mais sans en posséder les fonctions comme avant.
    Il faut donc bien y réfléchir AVANT, avec du recul, ce qu’un adolescent n’est certainement pas en mesure de faire et surtout avoir intégré le fait qu’il s’agit d’un voyage sans retour.
    Il est évident que pour une femme désirant ressembler à un homme, le problème sera le même.

  • Le 19 juin à 15:44, par zelectron En réponse à : Les opérations transgenres en Suède : qui paye ? (+ loes complications !)

    C’est comme le skieur qui prend des pistes non balisées, chacun ses risques et à chacun de les assumer .

  • Le 17 août à 11:49, par Oumaima Mifdal En réponse à : La Suède fait marche arrière sur les opérations transgenres

    Bonjour je suis une fille de 27ans marocaine mais depuis mon enfance j’ai toujours sentir que je suis un homme et maintenant j’ai décidé de changer mon genre je veux vivre un homme et faire une opération ftm et ce que si possible ? Ya t’il des associations qui peux me aider ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière