IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5901



Objectif d’inflation moyenne : quelles perspectives pour la FED et la BCE ?

Au lieu de garantir la stabilité des prix et la solidité financière, la Fed et la BCE se concentrent sur la solvabilité des gouvernements endettés. Les politiques monétaires de crédit artificiellement bon marché des banques permettent également de sauver les bilans d’entreprises privées en difficulté. Le dernier rebondissement en date, le "ciblage de l’inflation moyenne", signifie qu’une inflation plus élevée sera tolérée pendant des périodes indéfinies. La combinaison d’une inflation élevée et de taux d’intérêt bas permettrait de réduire les dettes et de garantir que leur remboursement restera bon marché.

Au lieu de garantir la stabilité des prix et la solidité financière, la Fed et la BCE se concentrent sur la solvabilité des gouvernements endettés. Les politiques monétaires de crédit artificiellement bon marché des banques permettent également de sauver les bilans d’entreprises privées en difficulté. Le dernier rebondissement en date, le "ciblage de l’inflation moyenne", signifie qu’une inflation plus élevée sera tolérée pendant des périodes indéfinies. La combinaison d’une inflation élevée et de taux d’intérêt bas permettrait de réduire les dettes et de garantir que leur remboursement restera bon marché.
Quels que soient leurs statuts, les deux plus grandes banques centrales occidentales, la Réserve fédérale américaine et la Banque centrale européenne, poursuivent deux objectifs : la stabilité des prix et la solidité financière. Elles s’efforcent également de promouvoir la croissance : réduire le chômage, comme le dit la Fed, ou renforcer l’élaboration des politiques de l’UE, comme le dit la BCE.
Leur bilan est bien connu. Au cours de la dernière décennie, l’inflation a été faible, et les deux institutions ont profité des circonstances pour mener une politique monétaire plutôt généreuse. L’impression de monnaie et le crédit facile ont permis de sauver les bilans de nombreuses entreprises en difficulté, d’éviter d’éventuelles faillites de dettes publiques en Europe et, plus généralement, d’alimenter l’illusion que les crises peuvent être atténuées en recourant à des politiques monétaires presque gratuites. Les banquiers centraux occidentaux ont fait en sorte que la plupart des grandes banques commerciales survivent à la crise et à leurs blessures, ce qui n’est pas vraiment la même chose que de garantir la "solidité financière". Cependant, elles n’ont pas réussi à atteindre leur objectif de 2 % d’inflation, ni à créer une croissance soutenue.
Lire la suite sur le site du GIS.
Pour une connexion gratuite :
Link : https://www.gisreportsonline.com/cl ...
Code : GIS_IREF

Partager cet article :

Autres lectures ...

Le coronavirus, prétexte au 49.3 ?
Jean-Philippe Delsol,

Le coronavirus, prétexte au 49.3 ?

Le 49.3 ? Oui, pour une vraie réforme, pas pour étatiser les retraites et faire payer le privé !
Nicolas Lecaussin,

Le 49.3 ? Oui, pour une vraie réforme, pas pour étatiser les retraites et faire payer le privé !


Le chantier de la réforme des retraites :
Thierry Benne,

Le chantier de la réforme des retraites :

vers un nouveau Flamanville ?

Christine Lagarde à la BCE :
Etienne Chaumeton,

Christine Lagarde à la BCE :

Chronique d’un échec annoncé



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

Vivre au-dessus de ses moyens !

le 28 octobre, 12:33 par phb

Le problème est très simple.
Jusque dans les années 70, la Banque de France possédait sous forme de "monnaie sonnante et trébuchante" l'équivalent de l'argent émis, sous forme de gros stocks d'or qui étaient entreposés un peu partout dans les coffres des banques françaises.
En 1973-75, lors de l'édification du nouveau bâtiment de la Caisse d'Epargne place des Halles à Strasbourg, j'ai eu l'occasion de visiter les sous-sols avec les pièces spécifiquement aménagées, avant l'arrivée de la "marchandise". Chaque fois que la planche à billets était activées, il fallait déposer l'équivalent or en "lieux sûrs".
Ce système a disparu, à présent ce stock qui représentait la seule vraie garantie de solvabilité d'un Etat, a disparu. On vit depuis, dans la pure spéculation....jusqu'au moment où un "peureux" appuiera sur le bouton qui provoquera la grosse panique financière mondiale. Ca a été prévu par plusieurs grands économistes mondiaux, suffit de consulter les ouvrages existants sur le sujet.
Comme les jeux vidéo et Internet, l'Economie mondiale vit dans un monde virtuel.

- Répondre -

 css js



FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies