Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Le revenu universel ou le stade suprême de l’étatisme

Pour Lénine le communisme devait être le « stade suprême du socialisme », une société « multilatéralement développée » dans laquelle tous les gens seraient parfaitement égaux. Il avait même envisagé à un moment donné le même revenu pour tous, solution idéale pour niveler parfaitement la société et la soumettre à l’Etat et au Parti. Certains, en France, sont en train de suivre les préceptes léninistes.

Ce n’est pas étonnant si Benoît Hamon et l’économiste Thomas Piketty se sont emparés de cette proposition du « revenu universel ». Le premier est politique digne des « grandes heures » du socialisme français, héritier du mitterrandisme, perdu dans le brouillard de l’Histoire et complètement à contre-courant de l’évolution du monde. Le deuxième est un économiste égalitariste qui s’efforce de perpétuer l’anticapitalisme marxiste en voulant taxer encore plus ceux qui créent les richesses.

Une idée de Friedman ? Non, une tromperie sur la marchandise

C’est plus étonnant par contre de voir des « pseudo-libéraux » défendre l’idée que l’Etat distribue le même revenu pour tous. Il n’y a pas de proposition plus étatiste que celle-ci. Tout d’abord, il s’agit d’une tromperie sur la marchandise. Contrairement à ce qu’affirment ces « pseudo-libéraux », il ne s’agit pas du tout d’une idée libérale qu’ils attribuent à tort à Milton Friedman. Ce dernier proposait l’impôt négatif qui n’a rien à voir avec le revenu universel,. Ensuite, le coût serait de l’ordre de 480 milliards d’euros (pour un revenu de 785€ par mois, variable bien sûr selon la somme allouée à chacune qui varie selon défenseurs du « revenu universel »). Un coût totalement irréaliste et insupportable pour les contribuables car ce sont eux qui vont le payer. Ce sera d’ailleurs d’une part, une manière d’encourager les départs à l’étranger de ceux qui vont payer pour ce « revenu universel » et, de l’autre, un énorme appel d’air pour des immigrés qui voudront profiter du système.

A l’époque d’Uber et d’Airbnb le revenu universel est un anachronisme

Nous l’avons déjà dit : le « revenu universel » c’est l’assistanat universel. Une manière de décourager les individus de se prendre en main et tenter la réussite par le travail. C’est exactement le contraire de ce qu’il faudrait faire. A l’époque d’uBer et d’Airbnb, du low cost et des start-up, cette proposition est une absurdité. C’est la désétatisation du pays qui va le sortir de la crise économique et non pas l’aggravation de l’emprise de l’Etat. Il faut libéraliser le marché du travail, donner de l’air aux entreprises, faciliter le développement des start-up et encourager la concurrence loyale. C’est justement le libre choix et la liberté qui permettent aux individus de s’en sortir et non pas leur prise en charge. Il faut les encourager à créer d’autres Uber et à devenir des Elon Musk de l’entrepreneuriat car les ravages de l’assistanat sont déjà trop bien connus pour les répéter. Ceux qui proposent un revenu sont, ou bien des idéologues comme Lénine, ou bien des inconscients utopistes.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Anti-Piketty
Vive le Capital au XXIe siècle !

Mélenchon ou la pire politique contre le peuple


Les propositions des candidats PS :
le monde de l’archaïsme et le refus des réformes

La fausse querelle du « coup de pouce » au SMIC



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (3)

en réponse à votre article sur le revenu universel

le 1er février, 00:06 par D PROSPER

Votre article, très orienté contre et très marqué dans une vision de droite ultralibérale manque d'objectivité voir d'honnêteté intellectuelle. Ce n'est que votre avis quelque peu surprenant, vous qui demandez des contributions, des dons pour exister. En quelque sorte, vous vivez d'une dépendance aux dons, donc à une forme d'assistanat, chose que vous critiquez dans le cadre des aides sociales.
Aussi, serait il intéressant que vous usiez de votre plume avec la même aisance critique pour parler des scandales financiers que nous connaissons actuellement et encore plus de la violence sociale exercée par les groupes financiers et actionnaires peu scrupuleux sur le dos des peuples pour leur seule richesse.
Si la richesse doit exister, elle mériterait de l'être sur des valeurs humaines et du travail partagé où tous les acteurs, chefs d'entreprises, dirigeants, cadres et salariés pourraient bénéficier à une hauteur plus juste humainement. Ce qui est bien loin d'être le cas à cause de ce libéralisme parfois criminel....

# Re : en réponse à votre article sur le revenu universel

2 février, 07:52 - Nicolas Lecaussin

Merci de votre message. Je reconnais que c’est la première fois qu’on nous accuse d’être les "assistés des dons" ! Selon vous, toute initiative de la société civile - associations, fondations, hôpitaux, écoles, universités, etc... - qui reçoit des dons privés représente une forme d’assistanat... Je pense que vous confondez le don libre et bénévole avec l’impôt pris par l’Etat et les fonctionnaires.
Cordialement,
Nicolas Lecaussin

30 août, 12:13 - Marcley

Je suis d'accord avec D Prosper qui prend acte de votre positionnement ultralibéral et, aussi, sur les deux dernières phrases de son message.
Ce que vous représentez tient plus dans sa conception et ses mécanismes de pouvoir de la loi de la jungle que d'une société humaine laquelle devrait mettre l'humain au centre de ses préoccupations alors que ce que vous préconisez revient à le mettre au service de l'économie... La nécessité de gérer le ressources de la planète vous obligera à revoir la copie.

- Répondre -

Qui va le payer ?

le 5 février, 22:35 par Opinionnelle

La question est qui va le payer. Jusqu'ici, dans n'importe quel pays, l'idée du revenu universel est arrivée avec l'idée de la diminution des allocations sociales. Si les allocations de chômage seront annulées, si les retraites diminuent par le revenu universel (si plus élevées que le RU), etc, l'idée est plutôt libérale en donnant la même chance à tout le monde.

- Répondre -

Le revenu universel

le 30 août, 11:59 par Marcley

Est ce le titre qui doit faire débat ou l'idée face à un constat indiscutable ?
L'idée n'est pas totalement mûre c'est vrai. Mais faut il pour autant la jeter sans plus de réflexion ? Venant de ce que vous défendez , vous en avez le droit, cela ne peut surprendre ; mais le droit de vous exprimer vaut aussi pour d'autres qui pensent différemment, c'est ça la démocratie quand bien même cela vous gênerait...Donc l'idée de Benoit Hamon nécessite une réflexion approfondie, ce que pensent nombre d'observateurs dont des économistes. Si vous observez,comme je le fais là, ce qui se pense et se dit ici ou là vous verrez que cette idée a initié une réflexion et un débat qui dépassent largement les limites de l'hexagone.Il n'y a pas de vérité révélée et la votre est comme les autres criticable.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire