Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Le salaire minimum en France et aux Etats-Unis : ce qu’on ne dit pas

Grand tapage autour du projet Obama de relever le SMIC aux Etats Unis. Mais le SMIC américain n’est pas le nôtre : il ne concerne qu’une infime partie de la population et son niveau est très inférieur à celui du salaire moyen. En fait le SMIC est créateur de chômage.

Le président Obama souhaite l’augmentation du salaire minimum aux Etats-Unis. Il veut le faire passer de 7.25 à 9 dollars/l’heure. Cette annonce fait bien entendu le bonheur des socialistes français. Mais savent-ils quelle est la réalité aux Etats-Unis ?

En fait, il faudrait parler de plusieurs salaires minimum aux Etats-Unis car certains Etats pratiquent d’autres « tarifs ». L’Alabama, la Louisiane, le Mississippi, la Caroline du Sud et le Tennessee par exemple ne connaissent pas de salaire minimum. Dans une vingtaine d’Etats, le salaire minimum est plus élevé que le taux fédéral à 7.25 dollars/l’heure. Ainsi, dans le Connecticut, le taux horaire est à 8.25 dollars, dans le Massachussetts à 8 dollars, dans le Montana à 7.80 et dans l’Etat de Washington à 9.19. Plus encore, dans certaines villes le salaire minimum est différent de celui de l’Etat où elles sont situées. A Santa Fe, le taux horaire est à 10.29 dollars alors que celui du New Mexico est à 7.50 dollars. A San Francisco, on pratique un salaire minimum à 10.55 dollars de l’heure (le taux le plus élevé aux Etats-Unis) contre 8.00 dollars pour la Californie.

Voici encore d’autres caractéristiques du salaire minimum aux Etats-Unis. Environ 1.7 millions d’employés sur 127 millions touchaient le salaire minimum en 2011, ce qui représente environ 1.6 % du total. Ce pourcentage est en baisse constante, il était même de 13.4 % en 1979. En France, près de 11 % des salariés (2.6 millions) sont payés au SMIC. Aux Etats-Unis, environ 50 % des salariés payés au taux minimum sont âgés de moins de 25 ans. En France, 29 % des jeunes de moins de 25 ans sont au SMIC. Dans notre pays, le SMIC s’est banalisé et concerne tous les salariés, quel que soit leur âge.

Le SMIC en France et aux Etats-Unis (2011-2012)
ETATS-UNIS (niveau fédéral)FRANCE (1.01.2013)
SMIC horaire 7.25 dollars/l’heure 7.38 euros net/l’heure
Nombre de salariés au SMIC
et % par rapport au total des salariés
1.7 millions
1.6 %
2.6 millions
11 %
Jeunes (- 25 ans) payés au SMIC 50 % 29 %
Salaire horaire moyen (privé) 23.47 dollars 17.10 euros
Sources : Bureau of Labor Statistics, Ministère du Travail

Encore plus important est le fait que de nombreux travaux ont montré les conséquences négatives de la mise en place d’un salaire minimum et de son augmentation. L’économiste David Neumark de l’Université de Californie a recensé (Minimum Wages and Employment) plus d’une centaine d’études sur le sujet. Environ 85 % d’entre elles démontrent que le salaire minimum aggrave considérablement le taux de chômage des employés les moins qualifiés. Les études montrent aussi que le taux horaire minimum imposé ne réduit pas la pauvreté.

On remarquera aussi que l’écart entre SMIC et salaire moyen est déterminant. Il est deux fois plus grand aux Etats Unis qu’en France. Cela a deux conséquences, rappelées par Garry Becker (prix Nobel d’économie)

> 1° En resserrant l’éventail des salaires, le SMIC rend le salaire d’un travailleur qualifié comparativement bon marché. Priorité ira donc dans l’embauche aux personnes ayant une meilleure qualification, et les moins qualifiées (dont les jeunes) attendront

> 2° Gagner plus n’est pas de nature à décider un smicard à chercher une meilleure qualification, car il évitera les efforts d’une formation et compensera le moindre gain par des allocations diverses (et un peu de travail non déclaré et non imposé).

Le salaire minimum est une plaie pour l’emploi (ce n’est pas par hasard s’il n’y en a pas en Allemagne), surtout pour l’emploi des jeunes. Mais c’est une arme électorale pour les politiques de tous bords.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Seattle : le salaire minimum détruit de l’emploi

Il faut sauver les jeunes de l’Etat et de l’assistanat


Le revenu universel : trappe à pauvreté et dépendance à l’Etat

Le Revenu Universel, ennemi de l’innovation



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (6)

SMIG

le 28 février 2013, 16:06

Les salaires comme server dans les restaurants (waiter ) sont au SMIG et compté seulement sur les pourboires

- Répondre -

Surprenant

le 3 juin 2013, 11:54

Surprenant cette dissonance entre les chiffres présentés et l ‘analyse qui s’en suit

L’exemple des US pose questions… vous mentionnez nombres d’états où le SMIC est bien supérieur à 7,25$ ( 5,6 €) : Il semblerai que cela ne pose pas de problèmes à la relance américaine

Ce qui est remarquable c’est

1 / le faible pourcentage de la population active percevant ce SMIC (1,6% contre 11% pour la France)

2/ les salaires moyens (USA 23,47 $ soit 18,09€ contre 17,10€ en France)

Une autre lecture de ces chiffres pourrait nous faire penser que les USA s’en sortent mieux parce que les salariés sont globalement mieux payés qu’en France (faible % payés au SMIC et salaire moyen supérieur)… la demande intérieure est préservée

Mais je vais être bon joueur … l’étude comparative devrait être aussi menée sur les coûts horaires et non sur les salaires nets

Quand à l’Allemagne on oublie toujours de mentionner les horaires hebdomadaires dans le secteur industriel : 32 heures … sans parlé de l’augmentation de 4,3% des salaires octroyée en 2012 pour les principaux groupes manufacturiers allemands (notamment les constructeurs automobiles tels que Volkswagen, Daimler et BMW. Au total, 3,6 millions de personnes sont employées dans ce secteur)

D’après l’INSEE, le coût du travail dans les industries allemandes serait supérieur à celui des industries françaises. Dans les manufactures, le coût horaire (33€) est le même dans les deux pays. C’est dans le secteur automobile que l’écart se creuse : le coût (horaire) du travail allemand serait supérieur de 30% au coût français ! de 43,1€ dans l’automobile allemande contre 33,4€ en France.

Autres indications : Après prélèvements sur le salaire brut, il reste au salarié français 59,85% et 64,80% au salarié allemand, soit 5 % de plus

En conclusion : pour un pays riche et fort il faut une population riche et forte … à bon entendeur ….

- Répondre -

ce n est pas tout

le 10 novembre 2013, 19:06 par alain

L analyse que vous faites est importante mais elle ne dit pas tout sur le revenu final du citoyen americain. A vos chiffres il faut tenir compte des prix des produits (-30% aux us environ) il faut aussi ajouter ou diminuer les prelevements sociaux ainsi que les taxes et impots directs et indirects. A partir de la on peut vraiment faire une comparaison entre le revenu d un americain et celui d un francais. Et je pense honnetement que cela surprendrait beaucoup de monde de voir qu au final, le francais est pauvre devant l americain.

- Répondre -

vous avez dit Allemagne… ?

le 29 janvier 2014, 08:37 par pinocchio46

Très bien votre analyse sur la situation objective des salariés "Smicards" et "moyens" aux USA. Par contre celle sur les effets délétères du SMIC en Europe est très tendancieuse et simpliste.
De plus prendre l'exemple de l'Allemagne pour justifier les méfaits d'un salaire minimum est malvenu et… peu actualisé !

- Répondre -

Remarque

le 27 février 2014, 20:07 par Etudiant

Bonjour,
L'article est intéressant, néanmoins il y a une "coquille" :
D'après le tabeau 50% des moins de 25 ans sont au SMIC. Or, dans le texte, vous écrivez"Aux Etats-Unis, environ 50 % des salariés payés au taux minimum sont âgés de moins de 25 ans", Le fait que 50% des jeunes sont au SMIC n'induit pas qu'ils représentent 50% de la masse salariale.
A part ce petit détail, très bon article.

18 septembre 2016, 09:33 - Monking

Le déni est très présent dans votre commentaire. Des jeunes français sont souvent en stage payés 1/3 du SMIC pendant des années en faisant de vrai travail des salariés. Il est très naïve de croire pendant 30 ans en ayant moins de croissance, taux de chômage élevé. Nous aurons meilleur niveau de vie ?

- Répondre -

Incohérence

le 9 octobre 2016, 04:28 par Omnibul

Bonjour,
Ma démarche n'est peut-être pas très utile ni très cohérente ; je souligne un passage de votre article "Aux Etats-Unis, environ 50 % des salariés payés au taux minimum sont âgés de moins de 25 ans. En France, 29 % des jeunes de moins de 25 ans sont au SMIC.", Il semblerait que vous compariez 2 modes de proportions différents, ce qui est plus fourvoyant qu'informatif.
Salutations.
Sébastien Angot

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire