Institut de Recherches Économiques et Fiscales
« Pour la liberté économique et la concurrence fiscale »

IREF Europe

Présentation et expertises

Nos propositions

Contact

Contact


Siège de l’IREF à Paris

35 avenue Mac-Mahon
75017 Paris

Tél : 01.43.80.55.18

Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (2)

du travail, du travail........

le 30 mai, 16:45 par Guimbretière

Bien des raisons sont souvent avancées afin « d’expliquer la situation » de la France : taille et stagnation de nos P.M.E. ; nature, qualité et catégorie des produits porteurs à l’exportation ; nos salaires et les diverses contraintes et rigidités ; etc…… ; et alors bien des solutions ont été suggérées : Relance ? Rigueur ? Croissance ? Austérité ?…. mais le « compte » n’y est pas ! D’autre part, quelque soit le remède envisagé, le malade est déjà trop faible ! Il faut donc nécessairement envisager un préalable…..
Une partie de l’important et intéressant Rapport Gallois — revivifier la France par une compétitivité industrielle retrouvée — avait retenu mon attention par…… une absente « petite, indirecte et donc sournoise » cause , jamais mise en évidence d’ailleurs !
Oui, la France ne manque pas d’atouts, d’idées ( ?)…..
Malheureusement, je me dois d indiquer une caractéristique bien française : « notre désintérêt pour la sauvegarde des dites idées »……… qui explique largement la situation (de marasme) actuelle, et de notre futur !.
Deux exemples :
--- Pierre-Gilles de Gennes, prix Nobel, n'a jamais déposé, de sa vie, une demande de brevet d’invention. Il me l’avait écrit ! Quant à Serge Haroche, notre nouveau Prix Nobel, je n’ai trouvé trace que d’un seul brevet !! A qui fera t’on croire, qu’à un moment ou à un autre, un « découvreur (physicien) » n’a pas été ou ne sera pas, obligatoirement voire involontairement, un « inventeur » ?
--- Depuis des années, nos amis allemands déposent 2 à 3 fois plus de demandes de brevets d’inventions (nationaux et européens) que nous ! Et souvent pour des biens d’équipement ( dont les productions viendront en retour « télescoper » les nôtres !).
Pourquoi ?……. Parce que la finalité, voire la stratégie de la « Propriété Intellectuelle et Industrielle » n'est pas "enseignée" dans nos "Ecoles" (si, mais en 5* année de Droit et….. seulement en module de spécialisation !! et peut-être à l’ESPCI de Paris ?)……..Pouah ! s’abaisser à enseigner cela ! Pouah : le contraire de la vision universaliste des chercheurs français attachés à la diffusion du savoir. Cela doit venir de notre tradition issue de la Révolution (Mon très vieux « Larousse » n’indique t-il pas en Préface « Je sème à tout vent » ? Quant à Louis Pasteur, ne déclarait-il pas, il y a plus d’un siècle : « La science n’a pas de patrie ! »).

J'ai donc développé ce sujet, dramatique, dans des notes envoyées, depuis des années, à droite comme à gauche…... Jamais de réponse ! (peut-être parce que ce que j’y propose ne coûte rien) .
Un pays ne peut avoir d’avenir sans une activité « productrice, matérielle / immatérielle », diversifiée, importante et renouvelée, grâce à une innovation pérenne et récurrente :
…….. (1) ce qui exige obligatoirement une Propriété Intellectuelle (ouverte ou fermée) conséquente. Et si ceci est enfin admis, alors……
………(2) une de mes questions : Quand rendra t’on obligatoire l’enseignement de la Propriété Intellectuelle, conjointement dans toutes les écoles d’ingénieurs et de commerce et dans tous les cursus universitaires ayant un lien, même ténu , avec « l’activité ».
C’est à ce moment là qu’on en acquiert la culture (donc la finalité) : avant, c’est à fond perdu ; après, c’est beaucoup trop tard !....C’est comme d’un outil, il faut apprendre à s’en servir…..au bon moment !

# du travail, du travail........

8 septembre, 15:01 - Nicolas Lecaussin

Votre analyse est juste et suis d’accord avec vous. Mais faut-il enseigner la propriété intellectuelle à l’école ? Il vaut mieux la protéger par des lois claires et efficaces.
Merci de nous lire.
NL

Mr N.LECAUSSIN

le 21 juillet, 21:20 par Jean Pierre GILLES

Mr N Lecaussin Votre article dans le Figaro est très intéressant mais vous utilisez le classement de l'Assemblée Nationale qui est particulièrement faux quant aux professions déclarées des députés. Croyez vous que Mr Balkany soit un chef d'entreprises ou Mr Bertrand assureur et ainsi de suite. En premier il faut dénoncer la gérontocratie puisque 239 députés ont plus de 60 ans. Ensuite il est clair que c'est la politique professionnelle qui est responsable de la faillite que nous subissons puisque la fonction principale d'un député est sa réélection et donc ne pas entreprendre de réformes car il y a dans ce cas un risque de mécontenter tel ou tel électeur. Il ne faut surtout pas croire qu'un député qui passerait 10 jours dans une entreprise privée pourrait par la suite prétendre qu'il connait les difficultés de la gestion et donc les solutions à ce problème. La seule solution est d'avoir à l'assemblée de véritables chefs d'entreprises mais aussi des ouvriers et des agriculteurs avec des mains caleuses , des employés, des commerçants, des artisans , enfin une véritable représentation de la nation et non pas une oligarchie de droite et de gauche qui détient un pouvoir dictatorial. Nous subissons la dictature d'un groupe constitué de gens qui ont le même Adn, issus de l'ENA en particulier qui ont investi les grands corps de l'Etat et la sphère privée, les Banques, les Assurances et les grandes entreprises mutinationales, le conflit d'intêret est patent.