Accueil » Vols courts = 1/10 000e des émissions de gaz à effet de serre

Vols courts = 1/10 000e des émissions de gaz à effet de serre

par Benoît Chrétien

L’interdiction des vols courts (plus précisément des vols aériens vers des destinations desservies par le rail en moins de 2h30) est une mesure phare de la Convention citoyenne pour le climat portée par Emmanuel Macron. La principale traduction réglementaire de cette Convention est la loi climat et résilience promulguée le 22 août 2021 dont le quatrième titre intitulé « se déplacer » contient cette mesure.

Cette disposition est en contradiction avec le principe de liberté du trafic aérien intracommunautaire du droit de l’Union européenne. Le Syndicat des compagnies aériennes autonomes (SCARA) a d’ailleurs porté plainte contre la loi française auprès de la Commission européenne.

De plus cette mesure idéologique  risque de profiter à des hubs aéroportuaires concurrents (Francfort, Bruxelles, Amsterdam…) ou à la très réputée SNCF qui connaît des difficultés sur certaines de ses lignes comme celle du TGV sud-ouest. Une aubaine donc pour elle que la ligne Orly-Bordeaux puisse être fermée et que les compagnies aériennes low-cost ne puissent plus la concurrencer.

Mais le comble est que cette mesure va permettre de diminuer les émissions annuelles de CO2 que de 55 000 tonnes, soit seulement 1/10 000e des émissions françaises selon l’étude d’impact publiée avec la loi. Tout ça pour ça !

Il faut dire qu’Air France a déjà fermé trois des huit lignes intérieures qu’elle exploitait, du fait de leur manque de rentabilité.

Vous pouvez aussi aimer

6 commentaires

nanard 18 juin 2022 - 8:53

Comme vous dites tout ça pour ça, mais la réalité est plus complexe et déroutante :
une analyse plus poussée montre que l’avion n’est pas le plus polluant… le rapport EEA term : https://www.eea.europa.eu/publications/transport-and-environment-report-2020, apporte des indications détaillées sur les modes de transports, un peu long à lire mais complet malgré une présentation tendance écolo.
Alors pour mes prochaines vacances, j’avais prévu de partir loin, loin des tracas, des mauvaises nouvelles,  bref de me changer les idées. Mais voilà, en discutant avec des amis, ceux-ci m’ont rétorqué que “c’était pas bien” de prendre l’avion…. 
Avec tout un argumentaire :  un avion consomme 120 fois plus qu’une voiture ! Et patati et patata Bigre… 
http://www.emc-magazine.com/2018/11/la-consommation-de-kerosene-et-la-pollution-d-un-avion-de-ligne.html 
Evidemment, devant de tels chiffres, immédiatement ! j’ai “hésité”, enfin presque…. surtout j’ai voulu comprendre. 
Et comme j’ai la comprenette difficile, j’ai regardé d’un peu plus près : prenons un airbus A320 :
https://www.universalis.fr/encyclopedie/airbus-a320/2-les-nombreux-heritiers-de-l-a320/
 Sa masse à vide est de 40 tonnes soit l’équivalent de 40 voitures d’une tonne… oui mais en général c’est plutôt 1.1 voir 1.2 T . Prenons 1.1 T soit l’équivalent de 36 voitures soit au maximum 144 personnes transportées. A comparer aux 150-180 passagers d’un airbus. 
A la construction, il faut donc moins de matières pour transporter plus de passagers,
J’ai aussi recherché à rapporter à une échelle comparable à l’automobile soit des litres au 100kms. 
https://www.travelguys.fr/2021/08/24/combien-de-carburant-consomme-un-avion/ 
Et là surprise : on peu lire : 
Alors bien sûr tout cela dépend du remplissage de l’avion mais un 747 consomme aux alentours de 3,1l/100km/passager et un A380 2,9l. Plus récent, l’A350 consomme lui 2,5l.
 C’est pas possible, alors j’ai encore cherché: 
https://themoney.co/quelle-est-la-consommation-dun-airbus-a320/ 
  Un A220 de 135 places utilisé pour des vols de moins de 2000 km consommera environ 1.8 L de carburant par 100 km et par passager. Et un long courrier sera autour de 2.4 (A330) jusqu’à 3.5 (A380) litres par 100 km et par passager. 
Quelle est la consommation d’un Airbus A320? Les avions de nouvelle génération Airbus A320 NEO ont, d’après leurs pilotes, une consommation approchant les 2 litres/100km par passager. 
(NB: le commandant de bord gère la conso à chaque vol et ce n’est pas facultatif) 
Résumons, si la consommation est de disons 3 litres aux 100 Kms par passager, alors que dans une voiture, la conso est de 6 litres aux 100 kms, il faudra être au moins deux personnes pour arriver à 3 litres aux 100 kms (ouf j’espère ne pas m’être trompé dans mes calculs…). 
La plupart du temps, sauf erreur de ma part, il n’y a qu’une personne dans une voiture….. 
L’avion serait-il plus performant que la voiture ?  En règle générale pour l’usage courant ?
 Petite remarque au passage : la vitesse en avion est quand même un peu plus rapide…..
 Alors j’ai encore voulu confirmer : 
http://cockpiter737.canalblog.com/archives/2019/05/20/37352138.html 
À la fin de cet article, l’auteur fait mention des installations…. ben oui, j’allais oublier, il faut construire des routes… alors qu’en aviation il n’y a que des plate-formes qui couvrent moins de surface au sol. 
Donc pas de route qui coupent des écosystèmes. Les installations aéroportuaires seraient elles plus efficaces que les infrastructures routières… ? décidément l’avion ce n’est pas si mal. Alors flygskam ? Pour moi c’est NON !

Répondre
Christian 19 juin 2022 - 9:35

Bonjour, Nanard. Effectivement, un avion Airbus A320 contribue moins au réchauffement relatif pour 100 km qu’une voiture à essence. Il consomme deux fois moins (Source « Réchauffement climatique/une affaire entre la Nature et l’Homme »). Et encore, nous ne parlons pas des infrastructures des routes qui imperméabilisent le sol contribuant à un réchauffement conséquent. Un passager seul ou en couple n’a pas hésité entre la voiture et l’avion. Il est préférable de prendre l’avion.
Le TGV contribue six fois moins. Il faudrait prendre en compte le réchauffement dû au bétonnage des infrastructures. Les tarifs SNCF les grands week-ends découragent les familles.
Pour finir, les différences sont minimes. Les citoyens sont assez grands pour décider eux-mêmes, ce qui leur convient le mieux, en tenant compte des tarifs publics.

Répondre
nanard 20 juin 2022 - 6:14

merci de votre commentaire, la réponse à votre question concernant le TGV se trouve page 34 du rapport. Je vous laisse faire le calcul des 6 fois moins que vous évoquez VS 14% d’énergie…..

Répondre
JR 26 juin 2022 - 5:45

Bonjour Christian, nous migrons rapidement vers un système communiste totalitaire. Aussi, il est inutile de se prendre la tête avec des calculs de génération de C02. Le C02 n’est pas nocif et de toute façon la France ne génère qu’une quantité infinitésimal (0,86 % des générations mondiales…), d’où la perte de notre 3 ème position de puissance mondiale (7 ème désormais…puis se sera les oubliettes…). La France et l’UE se sabordent pour rien. Une « Carbonite aigu » s’abat sur une des succursales de l’UE, c’est à dire notre ex pays la France. https://climatetverite.net/2021/11/26/empreinte-carbone-les-trois-thermometres-de-laction-climatique/ . Rappelons qu’il s’agit d’une supercherie ayant débouchée sur une gigantesque escroquerie en bande organisée. La Macronie carbonique, non satisfaite d’avoir ralenti le pays à 80 km/h, est en train de déconstruire notre industrie et notre souveraineté énergétique. Merci. Bonne journée.

Répondre
PhB 19 juin 2022 - 1:36

Bravo Nanard
Développent chiffré débouchant sur des conclusions « sans appel »
Donc, Oui, l’usage de la voiture de façon individuelle a plus d’impact que l’avion (sous conditions qu’il soit rempli à plus de la moitié).
Néanmoins les transports en commun par la « plancher de vaches » sont les plus compétitifs, encore fau-t-il posséder les infrastructures nécessaires pour permettre aux « citoyens du monde » de circuler tout en souplesse.
Tant que cette dernière condition ne sera pas remplie, l’usage de la voiture individuelle n’est pas près de disparaître.
PhB

Répondre
JR 26 juin 2022 - 5:26

Bonjour, hormis la mafia escrologiques qui opère en bande organisé sous prétexte vert, tout le monde se fiche royalement des gaz nommés pompeusement « gaz à effet de serre », qui sont en fait dénommés GAIR (Gaz Absorbant les infrarouges). La chasse au C02 est ruineuse et inutile : https://climatetverite.net/2021/10/29/le-co2-ce-gaz-rare/ . Le léger enrichissement de l’atmosphère en C02 est une bénédiction pour l’humanité et non pas un fléau, en revanche l’inverse serait dramatique. Il s’agit clairement d’une néo-religion carbonique au service des collapsologues Davosiens dont le chef est Klaus Schwab. Merci. Bien à vous

Répondre

Laissez un commentaire