Accueil » Même avec le changement climatique, nous serons plus riches de 434 % en 2100 !

Même avec le changement climatique, nous serons plus riches de 434 % en 2100 !

par Aymeric Belaud
Selon une étude du Lancet, les jeunes du monde entier sont terrifiés par le changement climatique. Plus de 45 % des personnes âgées de 16 à 25 ans dans les dix pays étudiés sont si inquiètes que cela affecte leur vie quotidienne. Près de la moitié des jeunes Américains pensent que « l’humanité est condamnée », et deux tiers pensent que « l’avenir est effrayant ». Mais si le changement climatique est un problème, la panique est injustifiée.

Les données montrent que l’humanité a surmonté des menaces bien plus importantes au cours du siècle dernier. Dans un article pour le Wall Street Journal, Bjorn Lomborg (spécialiste du climat) démontre que les coûts des différents problèmes sociétaux (pollution de l’air, malnutrition, illettrisme, discriminations, manque de liberté des échanges ou encore les guerres et les conflits) ont drastiquement diminué depuis 1900, et qu’ils continueront leur chute jusqu’en 2050. En outre, le scientifique estime que d’ici 2050, le problème de la pollution atmosphérique sera en grande partie résolu, comme le démontre l’infographie ci-dessous.

Le défi que pose le changement climatique, tant pour l’environnement que pour la société, semble plutôt faible par rapport à ceux que l’humanité a déjà relevés. Le prix Nobel d’économie William Nordhaus a montré qu’une augmentation de 6,3 degrés Fahrenheit (environ +2 degrés Celsius) des températures mondiales d’ici à 2100 ne coûterait que 2,8 % du PIB mondial par an. Selon les dernières estimations des Nations unies, le coût serait encore plus faible, de 2,6 % du PIB pour une augmentation de 6,6 degrés Fahrenheit.

En outre, l’ONU prévoit que « l’humain moyen » sera 450 % plus riche en 2100 qu’aujourd’hui ! Si l’on prend en compte les coûts potentiels du changement climatique, ce dernier ferait potentiellement chuter cette augmentation de richesse à 434 %, seulement. Nous sommes donc loin, très loin de la fin du monde…

Les marchands de peur fabriquent une génération de névrosés du climat. Plutôt que de leur faire peur et de les abonner aux antidépresseurs, nous devons leur redonner de l’espérance. Elle passe par l’innovation. C’est cette dernière qui a, tout au long de l’Humanité, permis de vivre de mieux en mieux. C’est elle qui nous aidera à surmonter les dérèglements climatiques ; pas les réglementations écologistes totalitaires.

You may also like

2 commentaires

Jacques Moranne 30 janvier 2022 - 9:33

Pour nous, pays occidentaux, ce sera une décroissance de 2,8% (ou 2,6%) par an, du fait de notre lutte stupide contre le CO2, soit de l’ordre de 90% en un siècle.

En fait, ce taux de croissance mondial sera tiré par les pays en développement : Chine, Inde, … et peut-être Afrique (il faut l’espérer pour elle), qui récupèreront notre industrie (et nos émissions de CO2 par la même occasion, dont eux se fichent éperdument).

Espérons qu’on se réveille avant qu’il ne soit trop tard.

Répondre
JR 30 janvier 2022 - 6:42

Bonjour, rêvons d’un grand Nuremberg de la supercherie climatique. La 1 er à défiler à la barre sera Fabius avec son marteaux vert…puis les inculpés seront très très nombreux.
Un petit nombre de politicien autoproclamé maitre du monde, décide d’annihiler des siècles de progrès de nos alleux. Nous ne les laisserons pas faire. Bon C02, ne prenez surtout pas froid… Charles au secours ! Merci. Bien à vous

Répondre

Laissez un commentaire