Accueil » Poutine en Ukraine : rien n’arrête un mafieux ex-KGBiste

Poutine en Ukraine : rien n’arrête un mafieux ex-KGBiste

La Russie mérite mieux que cela

par Nicolas Lecaussin
Poutine est un homme qui a de la suite dans les idées.  Depuis 1999 et son accession au pouvoir, en tant que chef du gouvernement ou président de la Fédération de Russie, à chaque crise ou conflit qu’il déclenche, il emploie les mêmes méthodes. Alors que le pays est dans une situation économique très difficile : le PIB/hab de la Russie ne représente que 57 % du PIB/hab de la Grèce.

 

Poutine est un bon élève de ses prédécesseurs soviétiques et de la mafia

Poutine a accusé les Ukrainiens d’être des fauteurs de guerre  coupables d’attaquer les régions de l’est du pays sous contrôle de Moscou, quand presque 190 000 soldats russes étaient massés à la frontière. Il s’agit évidemment un mensonge, d’un prétexte pour déclencher les hostilités. Ce qu’il a fait en niant l’existence de l’Ukraine en tant qu’Etat et en reconnaissant l’indépendance des républiques séparatistes du Donbass et aussi en y envoyant les chars. Finalement, il a envahi l’Ukraine, un Etat libre, indépendant et démocratique. Comme l’écrit le Wall Street Journal, ça rappelle les Sudètes dans les années 1930…

Le chef du Kremlin avait adopté la même ligne  en 2008 vis à vis de la Géorgie, qu’il avait en partie occupée pour répondre, affirmait-il alors,  à une attaque surprise de Tbilissi en Ossétie du sud. La guerre de Géorgie avait été planifiée par l’état-major russe presque deux ans avant ces événements. De même, en 2014, lorsqu’il occupe la Crimée, il invoque une imaginaire menace militaire, il organise même un simulacre de référendum sur l’occupation russe (approuvée à 96 % par la population !) et s’empresse d’installer le système A2/AD (anti-Access/Area Denial) et des missiles S-400. Il contrôle de la sorte stratégiquement la mer Noire et la mer Caspienne. Il s’est également approprié la mer d’Azov avec ses détroits, une région vitale pour l’Ukraine, grand exportateur de céréales par voie maritime.

Poutine est un bon élève de ses prédécesseurs soviétiques. Pur produit de l’ancienne URSS, l’ ex officier du KGB a aussi  fréquenté la mafia locale à Léningrad. Sa méthode s’appelle «Pазборкa» („​razborka”). Elle est empruntée au vocabulaire des mafieux : un mélange d’intimidation, de promesses mensongères, d’intimidations, de menaces, de violences et de bluff. Laisser planer le doute et multiplier les mensonges. Choisir le rapport de forces.

 

Il multiplie les mensonges et les déformations historiques sur l’Ukraine et l’OTAN

Il soutient, par exemple, que l’Ukraine est le berceau de la Russie et qu’elle ne serait, en tant qu’Etat, qu’une création de Lénine. En l’occupant, il ferait renaître la grande Russie. Une interprétation tendancieuse de l’Histoire. La région n’a été qu’un fragment d’un ensemble plus ancien, la grande principauté de Kiev, appelée Rus. Au fil des siècles passent  les Lituaniens, les Polonais (les trois langues sont d’ailleurs proches), les Cosaques. Au début du XVIIème siècle Pierre Le Grand rafle la mise, l’Ukraine  tombe dans le giron de la principauté de Moscou. En toute logique, comme l’expliquent les historiennes Françoise Thom et Anne Applebaum, l’Ukraine pourrait demander à la Russie de… redevenir la Rus kiévaine.

Poutine affirme qu’il est « encerclé » par l’OTAN, qui ne cesserait de s’étendre vers les frontières russes. Il prétend que l’organisation atlantique aurait fait la « promesse  verbale » (en 1990) de ne pas accueillir de nouveaux membres à l’Est de l’Europe. Cette promesse n’a jamais été faite, Gorbatchev l’a dit plusieurs fois, ce qu’a confirmé son traducteur de l’époque, Pavel Palajcenko. L’Acte fondateur OTAN-Russie de 1997 a clairement spécifié que les deux parties ne se considèrent pas comme des adversaires,  et il a établi des mécanismes de consultation et de coopération. L’OTAN s’est engagée à ne pas déployer d’armes nucléaires sur le territoire des nouveaux pays membres. Toute nouvelle adhésion au sein de l’OTAN est libre, la décision est prise par les candidats et par tous les pays membres.

Si des pays de l’est et du centre de l’Europe ont voulu adhérer à l’OTAN, c’est à cause des « maîtres du Kremlin » successifs,  toujours susceptibles d’attaquer leurs plus ou moins proches voisins.  L ‘OTAN somnolait jusqu’à récemment,  l’organisation a même été déclarée en « état de mort cérébrale », par Emmanuel Macron.  Poutine l’a réveillée. Quand il a envoyé plus de 100 000 hommes vers l’Ukraine, il y avait moins de 8 000 soldats de l’OTAN stationnés dans les pays membres, de la mer Baltique jusqu’à la mer Noire. Ces quelques milliers de soldats menaçaient-ils de foncer sur Moscou ? Les frontières de la Russie totalisent environ 20 000 km, seulement 6 %, soit environ1 250 km,  jouxtent des pays membres de l’OTAN.

Poutine soutient que des missiles basés dans ces pays menacent la Russie. Personne n’a vu ces missiles d’attaque. Il y a bien à Deveselu, en Roumanie, un bouclier anti-missile, mais principalement destiné à contrer une éventuelle attaque de missiles intercontinentaux iraniens. Les experts russes ont été invités à voir ces installations. En revanche, les S-400 russes installés en Crimée ou les missiles Iskander (SS-26) à Kaliningrad (en  réalité, Königsberg, ville occupée par les Russes) à portée de tir de pays membres de l’OTAN , sont, eux, réels.

 

Poutine enfonce le pays dans la crise économique : le PIB/hab de la Russie ne représente que 57 % du PIB/hab de la Grèce !

Comme ses prédécesseurs soviétiques, l’autocrate du Kremlin n’a jamais respecté les traités de désarmement qu’il a signés. En 2018, le président américain Trump s’est retiré du traité sur les armes nucléaires à portée intermédiaire (INF), estimant que la Russie l’avait dénoncé de facto en déployant le système de missiles 9M729. Selon les spécialistes, la Russie viole régulièrement pas moins de 12 traités internationaux qu’elle a signés.

Le Mémorandum de Budapest, signé en 1994 par la Russie et l’Ukraine, les USA et la Grande-Bretagne prévoyait que l’Ukraine renonce à ses armes nucléaires en échange du respect de sa souveraineté territoriale. Kiev a bien respecté ces clauses quand la Russie viole sa souveraineté territoriale dans le Donbass!

Poutine teste la résistance occidentale, comme il cherche à distraire l’attention de la population russe victime de la crise économique et de la pandémie. Malgré ses ressources naturelles – le pétrole et le gaz représentent environ 70 % des exportations et 60 % du budget fédéral -, le pays s’appauvrit. Son PIB de 1.647 milliards de dollars est inférieur à celui d’un pays comme l’Italie (2.120 milliards de dollars en 2021), soit  seulement 11.273 dollars par habitant. Ce qui ne représente que…57 %  du PIB par habitant (19.827 dollars en 2021) de la Grèce ! Depuis 2012, date du retour de Poutine comme, président, jusqu’à nos jours, le PIB par habitant a chuté d’environ 30 %.  Les réponses de l’Europe et de l’Amérique aux agressions de Poutine pèseront encore plus sur l’économie russe.  Par ses actions, l’autocrate de Moscou a condamné son propre pays.

Faire oublier cette situation économique préoccupante, s’en prendre aux pays voisins tout en rêvant de l’URSS et du Pacte de Varsovie d’antan, tester les Occidentaux, ébranler leurs démocraties…, la manœuvre est grossière, mais elle marche. Pour le moment. Poutine n’est pas la Russie et la Russie n’est pas Poutine. Elle mérite mieux qu’un ancien KGBiste.

You may also like

28 commentaires

Verdun 24 février 2022 - 9:01

Sur la base du seul pib, vous comparez des nations avec des économies déprimées avec un endettement colossal qui finance ce pib/habitants à coup de crédit qu’ils ne seront jamais capables de rembourser dans la dynamique actuelle. La Russie est indépendante y compris d’un point de vue énergétique quand vos économies de référence plantent des moulins à vent comme au Moyen âge. C’est malheureux mais dans ces mêmes économies déprimée nous n’avons plus le loisir de nous soucier du sort des ukrainiens. Quelle belle démocratie paliera à notre déficit de production énergétique scandaleux si ce n’est les russes. La Russie est probablement trop indépendante et ne produit ses propres armes plus performantes que les nôtres..

Il n’en demeure qu’elle participe positivement à notre balance commerciale ridicule.

La France et l’ue sont devenues des dictatures flagrantes dans le mêmes temps.

La poussière et la poutre.i

Ben à vous.

Répondre
Nicolas Lecaussin 24 février 2022 - 9:31

Des dictatures comme ça, plein de peuples aimeraient en avoir…

Répondre
grober 8 mars 2022 - 8:21

La réalité est que nous sommes en.plein totalitarisme plus précisément avec une caste politique judiciaire oligarchique qui a pris le contrôle total du pays. Nous en sommes revenu à l ancien régime. Avec un tiers état, c est à dire hors les hauts fonctionnaires pro macron hors les membres du CE du CC de la Cour de cassation ainsi que les journalistes propagandistes qui sont le ckerge et la.noblesse d état. ( on pourrait y ajouter les syndicats ) le reste est le tiers état. Plus rien à dire plus de liberté publiques. Il me semblenque nous sommes très proche du niveau de la Russie.

Répondre
Nicolas Lecaussin 8 mars 2022 - 9:34

La France a beaucoup de défauts, en effet…mais pas vraiment comme la Russie. Et macron n’est pas le criminel Poutine…

Répondre
Louise Pellissier 10 mars 2022 - 11:58

Vous êtes dans un déni de réalité.La France est détruite peu à peu, grâce aux derniers Présidents, mais Macron a fait encore plus fort. Aucun contre pouvoir, une chambre des députés comme chambre d’enregistrement, des lois votées à la va-vite et des décrets en veux tu en voilà….sans compter un comité de défense dont on ne sait rien…une crise sanitaire mal gérée, ou plutôt gérée contre son peuple, avec refus de traitements afin de pouvoir faire mourir le plus grand nombre..des masques aux enfants sans utilité, mais bien efficaces pour détruire leur avenir, et un mépris pour les grands scientifiques qui ont dénoncé ces mensonges dus à BigPharma et les autres…Les lits d’hôpitaux qui devaient être crées, alors qu’on en a fermés, une vaccination obligatoire illégale pour les soignants avec pour résultat une pénurie de personnel , etc,etc…Enfin, une division de la population entre vaccinés et non vaccinés auxquels on va pourrir la vie….Oui, la France est devenue une dictature…le mot est tout à fait adapté.Macron-Jupiter décide de tout sans aucune consultation véritable .

Dapsang 24 février 2022 - 9:15

Excellent !
Mais je note une analyse differente de celle de la plupart des experts sur l’engagement qu’ aurait donne Baker ( Secetaire d’ Etat US) a Gorbatchev de ne pas ouvrir l’ OTAN aux pays de l’est liberes du joug sovietique. Il me semble que Gorbatchev lui- meme l’ a confirme dans une interview diffusee dans un film qui lui est consacre.
Bien entendu les peuples polonais , baltes, roumains ont le droit a juste titre de vouloir se proteger.
Notons cependant que depuis l’occupation russe de l’Abkazie et Ossetie , la Georgie a cesse toute velleite d’entrer dans l’OTAN et s’ est donc finlandisee.

Répondre
Nicolas Lecaussin 24 février 2022 - 9:30

Merci à vous. J’en parle dans mon article.
Cordialement,
NL

Répondre
en fait 24 février 2022 - 9:38

Monsieur Duchemin est franchement l’as des as, car, avec son pétrole, son gaz, son blé quasi 86 millions de tonnes en 2020, son or, son . .. …,
il réussit depuis 21 ans à réduire de l’ordre de 1. 68 % tous les ans, le PIB par habitant des Russes, le tout avec une population en quasi diminution, chapeau l’artiste.
Par contre, il faudrait d’abord très certainement lancer une très sérieuse étude sur les fortunes  » extérieures » de l’élite, puis, trouver très rapidement les taupes au niveau des instances dirigeantes Allemande(s), car franchement se faire lier pieds et mains ainsi, il faut vouloir le faire et proposer enfin, des idées du XXI ° à l’Europe.
cependant, il ne faut pas rêver, tout va très bien, encore merci.

Répondre
Patrice Coconnier 24 février 2022 - 9:57

Bonjour. Merci pour cette mise au point pleine de bon sens et de rappels historiques indispensables. Juste une petite remarque : Pierre le Grand c’était plutôt début 18ème siècle que 17ème.

Répondre
Nicolas Lecaussin 24 février 2022 - 10:15

Merci à vous ! Pierre le Grand devient tsar en 1682… mais « toutes les Russies » c’est au XVIIIe…
Bien cordialement,
NL

Répondre
Verdun 24 février 2022 - 12:32

Je vous remercie pour votre réponse.

Des dictatures sans avenir avec comme seule perspective de croissance les 350% d’endettement/pib inavoué (cf; IFRAP) et le chômage ? Même Douglas en redemande !

La réalité c’est qu’il n’y a aucun avenir dans ces démocraties et la fuite des cerveaux nous le rappelle sans cesse. D’ailleurs comparer la France et la Grèce n’est elle pas déjà un aveu ?

Il y en a tellement qui en rêve qu’on n’ose plus les compter.

La situation est compliquée et c’est un bien triste spectacle qu’on nous donne à voir et à vivre ; mais la Russie est un de nos partenaires économiques alors qu’ils pourraient facilement se tourner vers d’autres partenaires plus fiables et plus reconnaissants.

N’oubliez pas que l’hiver arrivera vite et que sans le gaz russe nous aurons droit aux coupures d’énergies promises par la brillante démocratie.

Je n’ai pas la prétention d’avoir la science infuse sur le sujet. Mais je n’ai aucune envie d’être engagé dans un conflit avec la Russie – nonobstant leur puissance et leur efficacité militaire redoutable – pour sauver un tiers.

Ne cherchons pas à nous enfoncer plus rapidement, l’inertie dans laquelle nous sommes nous entraîne déjà par le fond.

Bien à vous

Répondre
Sans embages 24 février 2022 - 4:27

Votre position ressemble fort à celle des États-unis en 1939.

Répondre
Nicolas Lecaussin 25 février 2022 - 10:22

je ne vois pas…

Répondre
Alex 25 février 2022 - 4:57

Il fait beau à Moscou ?…

Répondre
ABBAMONTE 24 février 2022 - 3:16

Bonjour,

Il y a trois moyens de pression des russes sur les occidentaux (enfin, les européens).
Le gaz comme mais aussi les céréales (blé principalement) et les métaux (nickel principalement). Nous subissons déjà un stress sur les marchés agricoles et minéralogiques qui va s’accentuer avec les mesures à venir.
Juste un point parmi d’autres, la Russie depuis les sanctions a son égard a redonné un coup de fouet à son secteur agricole, au point de devenir à nouveau un pays exportateur (l’Union Soviétique à la fin de sa vie était contrainte d’importer du blé américain) jusqu’à en devenir le premier mondial en 2020!

Comme quoi, il faut bien mesurer la riposte économique et financière de l’UE, sans quoi l’effet retour de feu risque d’être dramatique.
En sus il risque fort d’y avoir des effets indirects. Poutine a mené une fructueuse politique de reconquête d’influence au proche orient. Et cette affaire va le renforcer un peu plus en discréditant L’Otan.
Dans un marché tendu, tout est au vert pour une sévère augmentation des prix du pétrole, qui vont au final être bien plus efficaces que des sanctions pour la destruction du château de cartes brinquebalant qu’est l’union européenne …

On pourrait assister a un magnifique effet boomerang des sanctions, comme ça se passe à chaque fois avec la Russie…

Bien à vous

Répondre
Nicolas Lecaussin 24 février 2022 - 3:28

C’est pour le blé aussi qu’il attaque l’ukraine…Les céréales représentent très peu à l’export par rapport aux ressources naturelles. https://tradingeconomics.com/russia/exports-by-category
Cordialement
NL

Répondre
Alex 25 février 2022 - 5:01

Le Gaz n’est pas un moyen de pression pour Poutine. En l’état actuel des choses il ne peut le vendre qu’aux pays européens, tout simplement parce que… il n’y a pas de gazoduc pour le transporter ailleurs ! (Et il faudrait des années pour les construire)

Répondre
AlainD 24 février 2022 - 4:19

Votre raisonnement est très juste concernant les manoeuvres de Poutine pour masquer ses faibles résultats économiques, en s’en prenant et menaçant le monde entier, il s’appuie sur le patriotisme russe. C’est un va-t-en guerre qui ne cesse de mentir sur ses intentions et en défiant les puissances occidentales à coup de bluff. Il n’empêche qu’il s’est doté d’une armée et d’armes très puissantes. Il fallait être candide pour croire un instant qu’il n’allait rien faire. Il est plus vraisemblable de réaliser qu’il avait de longue date préparé cette invasion de l’Ukraine en tablant sur la faiblesse réelle ou supposée de la réaction occidentale. C’est bien dans le style d’un ex agent du kgb.

Répondre
Gérard Rass 27 février 2022 - 4:45

Tant que ça fonctionne pour lui, puisqu’il gagne à chaque fois, pourquoi s’arrêterait-il ?

Répondre
Nicolas Carras 24 février 2022 - 6:43

Merci beaucoup Nicolas Lecaussin pour cet article très instructif que je garde pour ma doc. Bien à vous

Répondre
Nicolas Lecaussin 25 février 2022 - 10:21

Merci à vous !

Répondre
ABBAMONTE 24 février 2022 - 10:39

Nous avons des sources d’informations divergentes. Je vous invite à ouvrir le lien https://www.pourleco.com/environnement/la-russie-de-pays-importateur-superpuissance-mondiale-exportatrice-du-ble
La Russie n’a pas besoin de l’Ukraine pour étendre et augmenter sa production de blé.
Bien à vous.

Répondre
Nicolas Lecaussin 25 février 2022 - 10:21

Je ne dis pas le contraire, je dis seulement que cela ne réprésente pas grand chose dans le total des exportations. Voir mon tableau envoyé

Répondre
Henri 25 février 2022 - 4:29

Excellent article. On s’aperçoit à travers les commentaires que Poutine a et conserve malgré son attitude va t’en guerre des partisans.
Je constate que les autocrates ont toujours attiré les personnes faibles.
Cordialement,

Répondre
cendu 25 février 2022 - 5:16

J’ai compris : Un commentaire qui n’est simplement pas d’accord est censuré et il n’y en a pas la moindre trace comme s’il n’avait pas existé.
Bravo l’IREF … mais en tout cas pas pour la neutralité ni l’honnêteté puisqu’il donne l’impression que tout le monde est d’accord..

Répondre
Meignen 27 février 2022 - 8:23

Pour Verdun: vous ne sentez pas le grotesque de votre affirmation lorsque vous dites : « La France et l’ue sont devenues des dictatures flagrantes.. »
Si la dictature de notre pays ne vous convient pas, ne vous gênez pas pour rejoindre la grande démocratie de Poutine

Répondre
Obeguyx 27 février 2022 - 10:45

Cendu, je crois que je vais vous rejoindre, mais tous les commentaires ne sont pas censurés, alors il reste quelques espoirs. Dans notre monde tout n’est pas « ENCORE » aussi pourri que dans celui de Poutine, mais nous progressons rapidement vers un système de type soviétique. Bien à vous.

Répondre
Rémi 27 février 2022 - 11:03

Oui : « Poutine en Ukraine : rien n’arrête un mafieux ex-KGBiste… » Oui, aujourd’hui… Mais que sera demain…?

Ce dictateur, sera isolé : Son espace aérien sur les Usa, Sur l’Europe, La Turquie….

L’apparente neutralité d’aujourd’hui de l’Inde, de l’Union des pays Arabes et de la Chine aura son terme au nom d’une «  »solidarité » » économique, financière et économique qui s’imposera dans les faits.

Poutine, sera isolé…
Cet initiateur, joueur de Jeu de Go, se trouvera à court terme, devenir l’encerclé, l’étranglé pour disparaitre de l’espace géopolitique mondiale…. Le maître du Jeu de Go change de main….

Seul, contre tous qui s’organisent avec leurs capacités et leurs intérêts, isoleront, celui qui se croyait le maître de ses frontières et de ses rêves d’un autre âge…

La revanche, n’est pas une option en terme de géopolitique, car elle ne tient pas compte des intentions des peuples visés qui évoluent avec des exigences positionnées sur et vers l’avenir avec les conditions de vies et leurs évolutions

Ce n’est pas du « bon sens, mais une conjugaison d’intérêts immédiats pour un redéploiement du monde en isolant la Russie qui s’inscrit dans une revanche totalement inexploitable dans l’organisation mondiale…

Poutine, sera étouffé et disqualifié en perdant son aura et auréole ….

Il finira seul, oublié, avec ses dollars volés au peuple Russe….

Il sera jugé, à l’encre rouge, par l’Histoire…

Répondre

Laissez un commentaire