Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Yannick Jadot : mieux vaut des subventions plutôt qu’une baisse des (...)

Yannick Jadot : mieux vaut des subventions plutôt qu’une baisse des taxes

lundi 11 octobre 2021, par Aliénor Barrière

La semaine dernière, Anne Hidalgo a eu une idée tellement bonne qu’elle va à l’encontre de toute sa vie politique de socialiste : baisser les taxes sur les carburants.
On aurait pu penser que la bonne réception de cette idée dans la société puisse inciter les autres candidats de gauche à se l’approprier. Il n’en fut rien : le front républicain et les visées communes ne seront proclamés qu’au second tour des présidentielles. Pour l’heure, il s’agit avant tout de montrer que chacun a une vision très différente, quitte à faire flop.
C’est la voie qu’a choisie Yannick Jadot : baisser les taxes sur les carburants, c’est au mieux une fausse bonne idée, au pire une idée très vicieuse. Très vicieuse parce qu’il ne s’agit alors plus d’une mesure sociale : si on baisse les taxes pour tout le monde, les ménages précaires n’ont plus de traitement préférentiel (ce qui est quand même le but de l’affaire). Dès lors, mieux vaut conserver des taxes bien élevées pour tous les contribuables, et donner par-dessus un chèque énergie de 650€ aux ménages précaires. C’est beaucoup plus social, écologique et « jadotien ».

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Yannick-Jadot-mieux-vaut-des-subventions-plutot-qu-une-baisse-des-taxes

Vos commentaires

  • Le 12 octobre à 06:38, par Laurent En réponse à : Yannick Jadot : mieux vaut des subventions plutôt qu’une baisse des taxes

    Bien entendu mieux vaut assister les fainéants et punir ceux qui travaillent. Enfin, il est de réputation mondiale que les déplacement n’ont jamais apporté autre chose que des malheurs. La richesse et la culture vous tombe dessus en restant au lit. Il en est l’exemple type.

  • Le 12 octobre à 08:20, par GUETH Pierre (pouvez-vous éviter de publier mon nom en utilisant mon pseudo : HUMUS ?) En réponse à : Yannick Jadot : mieux vaut des subventions plutôt qu’une baisse des taxes

    Bonjour,
    Cette excellente Mme HIDALGO n’est pas la seule socialiste a avoir de bonnes idées.
    Lorsque les socialistes sont arrivés au pouvoir en 1981, le taux de l’impôt sur les bénéfices des sociétés était de 50%.
    La France était en la matière le pays le plus punitif parmi les nations industrialisées.
    Mais il ne fallait surtout pas baisser ce prélèvement pour laisser plus de bénéfices honnis aux patrons scélérats.
    Pourtant c’est en 1986, contexte économique oblige, que le taux de prélèvement abusif a commencé à être baissé par étapes pour finir en 1993, à 331/3%.
    Le mérite en revient principalement à la sagesse de Pierre BEREGOVOY qui au fil de ses responsabilités au sein des gouvernements successifs avait appréhendé les mécanismes de l’Economie.
    Hélas en 1995, après l’élection de J. CHIRAC, le premier ministre, A. JUPPE a augmenté l’impôt de 10%. Et lui n’était pas socialiste !
    Mon long parcours professionnel m’a d’ailleurs appris que la "Droite" française n’a jamais été conséquente en matière fiscale. Et elle a a maintenu un appareil répressif impitoyable que G. d’ESTAING avait renforcé et sacralisé.

  • Le 12 octobre à 09:24, par GUILHON Bernard En réponse à : Yannick Jadot : mieux vaut des subventions plutôt qu’une baisse des taxes

    "A. JUPPE a augmenté l’impôt de 10%. Et lui n’était pas socialiste !"
    Que vous dites...

  • Le 12 octobre à 10:50, par Dudufe En réponse à : Yannick Jadot : mieux vaut des subventions plutôt qu’une baisse des taxes

    ...10% ou 10 points ?

  • Le 12 octobre à 11:10, par Pierre En réponse à : Yannick Jadot : mieux vaut des subventions plutôt qu’une baisse des taxes

    J’ai bien écrit 10% et non 10 points.
    C’est à dire que le supplément portait sur 10% de l’impôt calculé à 331/3.
    On appelait cela la Jupette.
    Note : LES Juppettes, elles, étaient les 4 ministres féminines qui avaient été brutalement remerciées lors d’un remaniement ministériel.
    Figurait notamment parmi elles, Mme C. LEPAGE qui avait tort de demander (trop tôt ?) des mesures d’ordre écologique ; ; ;

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière