Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Xavier Bertrand découvre les bienfaits des baisses d’impôts

Xavier Bertrand découvre les bienfaits des baisses d’impôts

lundi 12 avril 2021, par Aymeric Belaud

Changement de cap pour Xavier Bertrand ? Après avoir fustigé les transactions financières et le capitalisme, le candidat à l’élection présidentielle de 2022 se découvrirait-il une fibre libérale ? Chez Jean-Jacques Bourdin ce lundi 12 avril, il estime que pour attirer les industries et les entreprises innovantes en France, il faut alléger considérablement les impôts de production. Il propose d’ailleurs de les baisser de moitié. Et il a précisé dans Les Echos qu’il ne voulait pas augmenter les impôts.

L’IREF ne peut que se satisfaire de ces propos. La baisse des impôts de production est une bonne chose, mais il faut également accompagner cela d’une suppression des obstacles réglementaires et des normes abusives qui étouffent les entreprises et l’innovation. Nous sommes impatients de voir si le programme de Xavier Bertrand pour 2022 proposera une réelle rupture avec l’étatisme de ces quarante dernières années. (voire plus !)

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Xavier-Bertrand-decouvre-les-bienfaits-des-baisses-d-impots

Vos commentaires

  • Le 13 avril à 03:48, par Thierry En réponse à : Merci Xavier Bertrand pour ce bon mot.

    La baisse des impôts c’est AVANT l’élection présidentielle. Un grand classique de la politique française. Notre administration est droguée aux impôts, taxes et charges. Autant arracher sa seringue à un toxicomane.

  • Le 13 avril à 09:21, par Rigal-Roy jean-Claude En réponse à : Xavier Bertrand découvre les bienfaits des baisses d’impôts

    Coïncidence préélectorale ?
    Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. C’est bien connu ! Ce discours récurrent permet de jouer les chevaliers blancs face à l’électorat. J’appellerais cela un vœu mais qui n’a rien de pieux s’il n’est pas assorti d’un engagement tout aussi préélectoral, celui de démissionner si dans les deux ans suivant l’élection cette "promesse n’est pas tenue.
    Après tout les électeurs échaudés depuis des années commencent à en avoir assez des promesses qui s’apparentent plus à des pansements masquant le mal profond.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière