Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Un nouveau rapport confirme que le glyphosate n’est pas cancérogène

Un nouveau rapport confirme que le glyphosate n’est pas cancérogène

vendredi 18 juin 2021, par Aymeric Belaud

L’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) et l’ECHA (Agence européenne des produits chimiques) ont reçu une évaluation préliminaire des risques associés au glyphosate, réalisée par la France, la Hongrie, les Pays-Bas et la Suède, dans l’optique d’un renouvellement de l’autorisation de mise sur le marché de l’herbicide en 2022. Le rapport préliminaire rédigé par les autorités nationales de ces quatre pays, rassemblées au sein de l’AGG (groupe d’évaluation pour le glyphosate), est clair. Il ne fait que confirmer l’ensemble des conclusions scientifiques fiables sur le glyphosate : « L’AGG conclut que le glyphosate répond aux critères d’approbation pour la santé humaine tels que définis dans le règlement (CE) n° 1107/2009 et ses amendements pour l’approbation en tant que substance active à utiliser dans les produits phytopharmaceutiques. »

Le glyphosate n’est donc pas cancérogène ! Et cela fait enrager les lobbys écologistes et bio, à l’image de Générations Futures, qui exprime sa « grande déception » quant au fait que le produit soit sans risque. Ils devraient pourtant se réjouir. C’est une excellente nouvelle pour les agriculteurs et les consommateurs. Mais cela met à mal leur business de la peur…

C’est maintenant au gouvernement de prendre ses responsabilités : l’usage agricole du glyphosate doit continuer d’être légal après 2022. M. Denormandie, le glyphosate est vital pour notre agriculture !

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Un-nouveau-rapport-confirme-que-le-glyphosate-n-est-pas-cancerogene

Vos commentaires

  • Le 19 juin à 03:27, par Laurent46 En réponse à : Un nouveau rapport confirme que le glyphosate n’est pas cancérogène

    Avec cette sale bande d’écolos extrémistes le monde va à la dérive complète. Aidés en cela par les politiques nouveaux genre plus stupides que leur ombre et qui ne pensent qu’à leur place ; il faudrait davantage de Trump pour remettre un peu d’ordre mais n’est-ce déjà pas trop tard le gauchisme caviar ou faut-il dire le gauchisme fainéant lui aussi à fait son chemin.

  • Le 19 juin à 13:49, par OLIVIER En réponse à : Le glyphosate n’est pas cancérigène !

    Incroyable ! AU cours des dernières années, ce produit a été porté aux nues, déclaré vraiment très nocif, interdit, de nouveau autorisé, et jusqu’à quand ? Et après, on veut nous faire croire qu’il est bon ou qu’il est mauvais ! Ça changera quand ? Comment s’étonner ensuite que plus personne ne croit les informations que l’on nous rabâche à longueurs d’antennes ! Finalement, la seule vérité qui compte vraiment, est bien celle du fric, au sens le plus vulgaire de ce mot ! Amen !

  • Le 19 juin à 15:01, par Aymeric Belaud En réponse à : Le glyphosate n’est pas cancérigène !

    Bonjour,

    Jamais la science n’a considéré le glyphosate comme nocif.

  • Le 22 juin à 05:09, par Blondeau En réponse à : Un nouveau rapport confirme que le glyphosate n’est pas cancérogène

    Ce qui est navrant c’est que l’on ne peut plus avoir confiance en personne . Lacombe payée par GILEAD tenait des propos contre . l’UE refuse que certaines informations apparaisent sur les étiquettes au sujet des OGM et des origines ,l’UE encore masque des pages entières sur les contrats avec Pfizer ? Pourquoi cacher , pourquoi mentir s’il n’y a aucune raison ? L’amiante non plus ne présentait aucun danger et a fait des milliers de morts .. Le glyphosate présente des dangers certains et des reportage dans certains pays ont montré les effets de l’exposition au glyphosate , malformations de fœtus, décés prématurés etc etc ...Les études doivent porter sur la mise en contact de faibles quantité et peu souvent .Dans la réalité une étude et bien on lui fait dire ce que l’on veut tout comme dans un controle antidopage , si on cherche l’alcool dans le sang on vne verra pas l’EPO.
    Ce qui est grave c’est la perte de confiance dans le milieu scientifique ( tres probablement achetés ou complices des grands Laboratoires qui brassent des milliards ) et dans les institutions qui sont malhonnêtes et trompent les gens .

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière