Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Si vous ne reconnaissez pas les transsexuels, ne soyez pas boulangers

Si vous ne reconnaissez pas les transsexuels, ne soyez pas boulangers

vendredi 2 juillet 2021, par Adélaïde Motte

Les militaires, policiers et pompiers risquent leur vie, les instituteurs et professeurs sont confrontés à des élèves difficiles, les médecins doivent parfois administrer des soins allant à l’encontre de leurs convictions. Le métier de boulanger en revanche, doit être relativement sûr. Et bien non. Dans le Colorado, Jack Philips, boulanger chrétien-conservateur, a connu deux procès.

Tout a commencé quand Jack a refusé de préparer le gâteau de mariage d’un couple homosexuel. Suite à ce refus, au procès et au tollé médiatique qui s’ensuivirent, un transexuel est venu lui demander un gâteau célébrant sa « trans-identité ». Il n’y avait probablement pas d’autre boulanger que celui qui avait fait la une des journaux pour faire un tel gâteau. Ce nouveau client était sans doute également obligé de préciser l’événement auquel le gâteau était destiné, et ne pouvait pas simplement décrire ce qu’il souhaitait.

Sans surprise, le boulanger a refusé cette commande, et a été poursuivi, puis condamné, mi-juin, à payer une amende de 500 $. Le juge du district a précisé que Jack Philips cherchait à exploiter sa boulangerie « conformément à ses croyances religieuses ». On se demande bien pourquoi cela serait condamnable !

En revanche, le transexuel n’a pas été condamné. Pourtant n’a-t-il pas cherché à exploiter sa « trans-identité » pour intenter un procès à Jack Philips ?

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Si-vous-ne-reconnaissez-pas-les-transsexuels-ne-soyez-pas-boulangers

Vos commentaires

  • Le 3 juillet à 11:37, par Vibes Jean En réponse à : Si vous ne reconnaissez pas les transsexuels, ne soyez pas boulangers

    parfait ! De tels articles confortent dans le sens que l’on n’est pas seul à penser la même chose !

  • Le 3 juillet à 13:12, par Baptiste En réponse à : Si vous ne reconnaissez pas les transsexuels, ne soyez pas boulangers

    L’avocat de ce boulanger est complètement nul.

    Ici on est sur une question bibliquement simple de droit de propriété.

    Le propriétaire de la boulangerie est chez lui, il fait ce qu’il veut avec ce qui est à lui et il est dans son droit le plus élémentaire de refuser de servir de potentiels clients.

    Quand on est chez quelqu’un, on doit obéir à ses règles et à sa volonté, et ce quelqu’un a le droit de vous mettre dehors, de refuser vos demandes ou autre, comme il le veut sans même avoir à donner de justifications.

    J’ai l’impression que le droit de propriété est mort aux États-Unis dans les mêmes proportions qu’en France.

  • Le 4 juillet à 13:15, par PhB En réponse à : Si vous ne reconnaissez pas les transsexuels, ne soyez pas boulangers

    Réponse à Baptiste
    Je suis tout à fait d’accord avec vous sur le fond : Le boulanger est chez lui,
    Le problème n’est pas si simple :
    Dans le droit commercial français, un établissement accueillant du public, doit se soumettre à certaines règles ; pour un commerçant, il peut effectivement mettre un client "à la porte" mais doit avoir un motif valable juridiquement sinon c’est du "refus de vendre".
    Je ne sais pas comment est la loi "aux States", il faudrait s’informer.
    Le boulanger aurait du se montrer un peu plus subtil, en cherchant à dissuader le client, pour cette commande spécifique, par le prix, le délais ou autres.
    Effectivement son avocat (s’il en avait un pour $500), na pas été à la hauteur.
    PhB

  • Le 4 juillet à 14:40, par HANLET En réponse à : Si vous ne reconnaissez pas les transsexuels, ne soyez pas boulangers

    Il y a sans doute aussi aux USA un syndicat de magistrats au "mur des c..." !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière