Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Sanofi ou quand un « Big Pharma » privilégie ses concurrents au nom de la (...)

Sanofi ou quand un « Big Pharma » privilégie ses concurrents au nom de la santé

jeudi 12 août 2021, par Nicolas Lecaussin

On a tellement attaqué les grands laboratoires pharmaceutiques ces derniers temps que le fait de dire du bien d’eux peut vous attirer les foudres sur les réseaux sociaux. Ce sont pourtant eux qui ont innové en très peu de temps et ont trouvé un vaccin qui sauvent en ce moment des millions de vies. Le président de Sanofi vient de faire un geste rare mais qui en dit long sur la gravité de la situation. Il a reconnu que son laboratoire n’a toujours pas mis au point un vaccin tout en incitant les Français à ne pas attendre et se faire vacciner avec les produits découverts par ses…concurrents.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Sanofi-ou-quand-un-Big-Pharma-privilegie-ses-concurrents-au-nom-de-la-sante

Vos commentaires

  • Le 14 août à 02:27, par Montenay En réponse à : Sanofi ou quand un « Big Pharma » privilégie ses concurrents au nom de la santé

    Bravo ! J’espère que ça limitera la dérive de certains libéraux

  • Le 14 août à 08:14, par chris En réponse à : Sanofi ou quand un « Big Pharma » privilégie ses concurrents au nom de la santé

    Bjr,le vaccin FR de Vaneva vendu au Royaume Uni suite à la bêtise crasseuse de ce gouvernement !
    On en parle ?
    Si ça ne démontre pas que pfizer, moderna and co n’arrosent pas les instances politiques...je me fais curé !
    Sans compter que la famille Von Der Leyen en touche sans doute aussi !
    Ne pas oublier le vaccin qui n’est pas efficace à la 1ère injection que l’on doit répéter 3 ou 4 fois ! Les actionnaires ont les poches qui débordent !
    La bouffonnerie de macron dilapidant Notre Argent comptant sur la largesse des contribuables pour donner des doses à d’autres pays donc nous payons cher et le clown de l’élysée les disperse.
    Quoi les labos ne peuvent pas donner leurs doses ? Eux qui s’empiffrent de Notre Argent !
    Quel monde pourri !

  • Le 14 août à 09:39, par Emile En réponse à : Sanofi ou quand un « Big Pharma » privilégie ses concurrents au nom de la santé

    Sanofi est prêt à mettre les moyens pour acquérir Translate Bio : la biotech est valorisée à 3,2 milliards de dollars, soit 2,7 milliards d’euros.
    Donc ,Pas d investissement dans la
    Recherche Hexagonale d une AUTRE Solution vaccinale classique et
    Hors du « Neo Vaccin « au recul insuffisant scientifiquement mais qui n encombre pas
    Le
    Politique Salvateur comme Andre Maginot l
    Etait !!
     !
    On ne fait pas
    Longtemps le Mouton Noir , entre les Big Phi et l
    etat dit Républicain et le
    caporal Commission Europeenne , tous « clients dévêtus « et investisseurs -
    sur « du vent de PHASE II / III « avec parait il UN BRAS PLACEBO…..dont on parle peu !
    La Voila , la contre partie de « jouer la
    Montre « :
    Sanofi est prêt à mettre les moyens pour acquérir Translate Bio : la biotech est valorisée à 3,2 milliards …. Avec l IMPRIMATUR des « GROS PHi OCCIDENTAUX « l agence Européenne du Médicament joue un jeu suspect !

  • Le 14 août à 10:01, par PhB En réponse à : Sanofi ou quand un « Big Pharma » privilégie ses concurrents au nom de la santé

    Remise des Pendules à l"heure
    Juste pour rappel.
    Le Vaccin Pfizer Bio Ntech est le fruit de travail acharné de chercheurs dans un labo allemand.
    Un travail mené dans un labo par toute une équipe, avec à sa tête un citoyen allemand et un chercheur d"origine du Moyen-Orient.
    Pfizer a surtout géré la partie développement à grande échelle.
    Chez nous dans l’industrie, on dirait que le Labo Allemand a fait la R&D, et Pfizer l’Industrialisation puis la Commercialisation ;
    N’oubliez pas que sans R&D, point d’Industrie.
    Le gros groupes pharmaceutiques sont surtout des :
    - pilleurs de ressources en exploitant les chercheurs universitaires payés par l’’Etat.
    - une fois l’idée au point, ils rachète les brevets pour mettre la main dessus et ils vont à nouveau se faire financer des spectromètres et autres appareils par des crédits d’Impôts sous prétexte de la Recherche.
    PhB (ancien salarié d’une entreprise produisant de l’instrumentation scientifique)

  • Le 14 août à 12:52, par MICHEL DARTAYRE En réponse à : Sanofi ou quand un « Big Pharma » privilégie ses concurrents au nom de la santé

    Je déplore ce mail dévastateur qui entérine un quasi renoncement du vaccin Sanofi (s’il sort un jour) à l’idée de jouer un rôle majeur dans le domaine du vaccin anticovid ; d’ailleurs Pfizer a déjà contre attaqué en imposant l’idée de 3 ième dose ce qui tue l’idée de validité du vaccin Sanofi comme alternative pour ce rappel.

  • Le 14 août à 16:00, par frantz En réponse à : Sanofi ou quand un « Big Pharma » privilégie ses concurrents au nom de la santé

    ET si c’était parce qu’il n’avait pas le choix ? Il doit sa place à Weinberg et Weinberg est un soutien de la première heure du Pdt.... Ne pas oublier que le précédent patron salarié s’est fait virer... par Weinberg pour avoir déplu au Pdt en parlant de doses de vaccins pour les US...

  • Le 15 août à 09:37, par Obeguyx En réponse à : Sanofi ou quand un « Big Pharma » privilégie ses concurrents au nom de la santé

    Rappelez-vous la précédente pandémie importante : La grippe "espagnole", qui, en fait est la grippe "américaine". Documentez-vous et faites tous les parallèles nécessaires et peut-être, peut-être seulement que vous comprendrez. Les grandes puissances (les loups), dictatures ou démocraties, font ce qu’elles veulent et les peuples (les moutons) doivent suivre. J’aime les américains en tant qu’individus, mais je déteste la nation américaine. Rappelez-vous : qui fournissait en masse l’armée hitlérienne jusqu’en 1941, pour nous taper sur la "g....." ? La propension des peuples endormis dans leur confort quotidien les mènent à tout croire sans forcer leur intellect. Et cela, hélas, donne toute la force aux médias. Heureusement que, pour le moment, internet existe. Mais cela ne durera pas sous cette forme. IREF doit continuer à diffuser les avis des divers intervenants. J’ai pu, grâce à certains commentaires, me documenter et approfondir mes connaissances ou parfois changer mon fusil d’épaule grâce à un nouvel angle de réflexion.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière