Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Retraites complémentaires : toujours les mêmes qui trinquent

Retraites complémentaires : toujours les mêmes qui trinquent

dimanche 19 septembre 2021, par Nicolas Lecaussin

Selon Le Parisien, qui s’est procuré une Note interne, la valeur du point qui sert à calculer le montant des pensions des cadres et ingénieurs ne devrait plus être indexée sur l’inflation à partir du 1er novembre. Au lieu de 1.4 % de la valeur du point retraite pour suivre l’inflation, la hausse devrait finalement être limitée à 0.9 %. La perte de pouvoir d’achat sera importante sur les deux années à venir. Plus qu’un coup dur, c’est un véritable vol. D’autant plus qu’à part la CFE-CGC, qui représente les cadres, aucun autre syndicat ne s’opposera à cette mesure. Ni même le conseil d’administration de l’Agirc-Arrco. Ce qui n’est pas étonnant. Comme l’a montré l’IREF, les syndicalistes membres des conseils d’administrations des caisses du privé ont fait surtout leur carrière dans le public et ne sont pas concernés par le système.

La gouvernance de l’institution Agirc-Arrco à son plus haut niveau– président du conseil d’administration + directeur de cabinet + directeur de la communication – est largement investie par des gens dont la carrière s’est souvent déroulée à l’abri ou aux frontières de la sphère publique, soit directement dans la fonction publique, soit dans des entreprises publiques ou encore dans des entités "sociales" à forte réglementation publique qui n’appartiennent pas véritablement au secteur des entreprises privées. Il s’agit des personnes dont les futures retraites ne sont pas impactées par toutes ces pertes de pouvoir d’achat. Une situation dramatique dont les perdants sont les cadres qui sont déjà à la retraite mais aussi ceux qui prendront leur retraite. Vu le rythme avec lequel on siphonne les réserves de ces caisses, on comme commence à se demander si les cadres ont cotisé pour rien toute leur vie.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Retraites-complementaires-toujours-les-memes-qui-trinquent

Vos commentaires

  • Le 20 septembre à 07:28, par GRANDJEAN En réponse à : Retraites complémentaires : toujours les mêmes qui trinquent

    Merci de nous alerter. Concrètement, que peut on faire pour changer nos représentants à l’ Agirc-Arrco ? On se sent impuissants devant cette non représentativité.
    Cordialement

  • Le 20 septembre à 07:36, par Ghislaine FEDYCKI En réponse à : Retraites complémentaires : toujours les mêmes qui trinquent

    OUI TATA JULIETTE toi qui n’est plus mais tu es là haut et tu as vécue jusqu’a 9O ANS passé tu as mis en terre ton fils unique, ton mari entin vous êtes tous là haute je me souviens tu me disais avec MITTERAND j’ai gagné 5 ans je suis à la retraite et bien la gabegie des années 83 ON LA PAYE MAINTENANT avec un décliln sans savoir où nous allons
    pour ma part je suis heureuse d’avoir cotisée 42 ans carrière longue dit on car on n’avait pas la paresse comme moteur !!!!
    je vous invite a chercher la vraie pauvreteé je plains sincèremet ceux qui ont faim et froid !!!
    étudiez les Amérindiens, les MONGOLS ET AUTRES vous verrez où est la vraie pauvreté car il n’est pas normal de JUGER des populations
    entre autre au Sénégal et bien le régisseur de la maison des esclaves nous a bien dit :
    il existe plusieurs RACES DE NOIRS et même que certains n’ont pas été meilleurs que les miliciens BLANCS !!! et on achalandés les esclaves d’Amérique
    alors ROUGES NOIRS BLANCS JAUNES c’’est des HOMMES CESSONT CETTE VIOLENCE
    et ceci entendu lors d’un voyage et oui la terre est trop importante pour que je connaisse toute son histoire !!!
    voyagez voyager mais n’oubliez pas votre cri primal

  • Le 20 septembre à 08:07, par Pierre E Allemand En réponse à : Retraites complémentaires : toujours les mêmes qui trinquent

    Il apparait très clairement que si l’on veut espérer un changement de situation, il faut changer le mode de sélection des administrateurs.
    - par la loi. Ça tombe bien, il y a des élections dans quelques mois.
    - par les élections internes - tout est à faire personnellement, je ne vote jamais.
    - par la presse

  • Le 20 septembre à 08:42, par Obeguyx En réponse à : Retraites complémentaires : toujours les mêmes qui trinquent

    S’il ne nous reste que la loi, les élections et la presse, alors là, oui, on est foutu ! Merci encore à Nicolas pour cet excellent "papier". On nous a bassiné, en son temps, avec la complémentaire retraite qui devait nous "sauver" de l’avenir douteux qui se profilait à l’horizon, mais dès que le public s’est emparé de la gestion, on dérive invariablement vers la catastrophe. Déjà l’ANAH a subi la même dérive et est devenu un outil injuste et totalitaire avec des fonds privés. Petite
    précision complémentaire : l’inflation n’est pas de 1,4 %, mais de 2,7 % avouée et surement plus près de 5 % en réalité. A partir de là, mesurez la perte et n’oubliez pas de voter aux prochaines pestilentielles !!!

  • Le 20 septembre à 09:13, par Henri En réponse à : Retraites complémentaires : toujours les mêmes qui trinquent

    La gouvernance de l’AGIRC-ARRCO est décidée et votée par les organisations professionnelles.
    On peut accuser les membres de mal voter, mais accuser la sphère publique est quand même ridicule.
    Je n’ose pas imaginer que l’IREF propose que des subventions publiques viennent compenser le manque de ressources du régime !!!!!!!!!
    Cordialement,

  • Le 20 septembre à 10:09, par Maellys93 En réponse à : Retraites complémentaires : toujours les mêmes qui trinquent

    La retraite par RÉPARTITION est une aberration économique par construction.
    Cela marche uniquement quand les "cotisants" sont plus nombreux que les "rentiers".
    Juste retour des choses pour cette "génération irresponsable" de "boomers" qui a voté Mitterrand en 1981 pour la retraite à 60 ans alors que la pyramide des âges montraient qu’elle devrait être rétablie à 65 ans en 2020.
    Génération DOUBLEMENT IRRESPONSABLE car elle a persisté en 1988 en empêchant la retraite par capitalisation.par son vote.

    Pourquoi un actif qui a déjà du mal à joindre les 2 bouts en travaillant, devrait contribuer encore beaucoup plus pour une génération qui par ses votes a coulé le pays (endettement, perte de compétitivité, immigration massive non contrôlée, bureaucratisation, ...).
    Si de surcroît les médias lui apprennent que les "boomers" détiennent plus de 65% du patrimoine en France.

    Sale temps en perspective pour eux après 2022 (écrêtement des retraites par solidarité, relèvement des droits de successions, augmentation imposition des revenus immobiliers etc...)
    En effet les politiques ont bien compris que pour se faire réélire en 2027, le "boomer" ne sera plus une force électorale qui fera la différence (mortalité d’ici là, perte d’autonomie pour aller voter).

  • Le 20 septembre à 11:28, par PICOT En réponse à : Retraites complémentaires : toujours les mêmes qui trinquent

    Très bon article Mr Lecaussin. On voit donc que ce sont les pouvoirs publics qui veulent fixer la valeur du point. Dans la future réforme des retraites, si elle voit le jour, la totalité des citoyens sera prise dans ce piège infernal, sauf les politiques et hauts fonctionnaires bien évidemment. Encore une emprise supplémentaire de l’Etat sur nos vies.

  • Le 20 septembre à 11:31, par Haslé En réponse à : Retraites complémentaires : toujours les mêmes qui trinquent

    Bien sûr, il y a toujours plus malheureux ailleurs.Cependant, mon mari, cadre dans le privé, a cotisé ses 42 ans et se retrouve avec une retraite qui n’ a rien à voir avec celle qu’ il pensait avoir.Et pendant ce temps, les retraités ne sont pas défendus et ce sont, entre autres, les retraités du gouvernement qui , eux, ramassent.Bref, injustice totale et comme le dit l’ article, des individus devant défendre notre pouvoir d’achat mais qui ne le font pas.Par contre, ils ramassent aussi et j’ aimerais bien connaître le montant de leur retraite. CE SONT TOUJOURS LES DECIDEURS QUI NE SONT PAS CONCERNES.D’OU LES DÉCISIONS. Honteux !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière