Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Quand la transparence des organismes sociaux fait sursauter les (...)

Quand la transparence des organismes sociaux fait sursauter les syndicats

mercredi 21 juillet 2021, par Gabriel Collardey

Quelques semaines après que la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale, un député LREM, Thomas Mesnier, a déposé une proposition de loi visant à moderniser les lois de financement de la Sécurité sociale (LFSS). Le député défend une plus grande transparence des comptes sociaux, compris au sens large, c’est-à-dire comprenant aussi ceux de l’Unedic (assurance-chômage) et de l’Agirc-Arrco (retraites complémentaires).

En effet, le législateur dispose de peu d’informations sur ces deux organismes au moment des débats relatifs aux organismes sociaux. Dès lors, le député propose qu’un rapport sur les perspectives de financement de l’Unedic et des caisses de retraites complémentaires soit remis au Parlement avec, notamment, des informations sur les déficits anticipés et les mesures envisagées pour les combler. Durant l’examen de la proposition de loi en commission, les députés ont souhaité aller plus loin que le projet initial en donnant une place aux parlementaires dans la gouvernance des organismes sociaux.

Les syndicats de salariés, mais aussi le patronat, s’opposent à une telle mesure. Le gouvernement, qui ne veut pas se les mettre à dos, s’oppose aussi à la proposition du député Mesnier. Dans le cadre des lois de finance, les députés ont tout pouvoir pour contrôler et demander des informations sur les dépenses de l’État, ce qui n’est pas le cas pour les dépenses inscrites dans la LFSS. Un contrôle plus serré des milliards d’euros, issus des contributions sociales, gérés par ces organismes paritaires sans légitimité démocratique, ne serait donc pas incongru dans le système actuel. Ou alors, ce qui serait préférable, il faudrait que les syndicats acceptent que les caisses de retraites soient privatisées. Le parlement n’aurait, en effet, plus son mot à dire.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Quand-la-transparence-des-organismes-sociaux-fait-sursauter-les-syndicats

Vos commentaires

  • Le 22 juillet à 04:29, par zelectron En réponse à : Quand la transparence des organismes sociaux fait sursauter les syndicats

    Puisque nous y sommes autant ajouter les caisses des syndicats et de tout d’état et j’en oublie les instances issues des agents des services publics, assimilés et autres mutuelles "uniquement pour les généreux, fraternels et autres partageurs. . . ." sans égarer les SeuNeuCeuFeu, Radios et télévisions, EDF, RATP ...etc...
    N’y a-t-il pas des pompages dans le régime général des citoyens lambda au profit de certains qui ne cotiseraient pas leur juste part ?

  • Le 22 juillet à 05:43, par jozon gilbert En réponse à : Quand la transparence des organismes sociaux fait sursauter les syndicats

    Les caisses de retraites doivent communiquer leurs depenses masse salariale, les depenses des privilèges des hauts cadres, les depenses de l’administrateur avec son staff, la transparence est d’actualite compte tenu du gel des retraites a pour conséquences une mise en difficulté des retraités........Il n’est pas acceptable que les retraités payes des administrateurs qui se gavent.

  • Le 22 juillet à 07:55, par ORILOU En réponse à : Quand la transparence des organismes sociaux fait sursauter les syndicats

    Excellente idée. Dans la foulée, la question du financement des syndicats aurait grand besoin d’être vue ET TRAITEE.

  • Le 22 juillet à 19:06, par J.J.Kasparian En réponse à : Quand la transparence des organismes sociaux fait sursauter les syndicats

    Beaucoup de faux débats seraient évités, si on séparaient clairement et nettement :
    — ce qui relève de la redistribution des revenus (à gérer par l’État)
    — ce qui relève de l’assurance (à gérer par des organismes privés en concurrence).

  • Le 26 juillet à 09:28, par Obeguyx En réponse à : Quand la transparence des organismes sociaux fait sursauter les syndicats

    L’état nous contrôle en continu, mais le citoyen n’a aucun pouvoir de contrôler l’état. Cela s’appelle la démocratie... Dormez tranquille, on veille sur vous...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière