Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Pour Anne Hidalgo, un fonctionnaire parisien doit être exempté de respecter (...)

Pour Anne Hidalgo, un fonctionnaire parisien doit être exempté de respecter la loi

mardi 28 septembre 2021, par Adélaïde Motte

Qu’y a-t-il de plus avantageux que de travailler dans la fonction publique ? Travailler dans la fonction publique à Paris. Anne Hidalgo s’oppose à certaines réformes de la loi de Transformation de la fonction publique de 2019. Ainsi, tous les agents sont supposés passer de 1 552 heures de travail par an en moyenne à 1 607, avec, en plus, la suppression de huit jours de congés extra-légaux. Pour adapter cette mesure à “l’intensité et l’environnement de travail particulier spécifique à la ville-capitale”, Anne Hidalgo veut créer d’autres jours de repos, afin que les fonctionnaires parisiens conservent leurs privilèges iniques. Il est vrai qu’ils doivent vivre cette intensité infiniment plus mal que les salariés du privé.

Anne Hidalgo poursuit sa politique socialiste basée sur l’idée que Paris ne saurait être comparée avec une autre ville. C’est très contestable, car les résultats financiers plus que douteux et sa dette indécente de Paris ne donnent que peu de légitimité à Anne Hidalgo pour contester les réformes gouvernementales. Pour une future candidate à la présidentielle, ça n’est pas acceptable. Comment imaginer une France gouvernée par une politique qui, lorsqu’elle met un pied en-dehors du périphérique, le fait sans quitter ses lunettes parisiennes ?

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Pour-Anne-Hidalgo-un-fonctionnaire-parisien-doit-etre-exempte-de-respecter-la-loi

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière