Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Non, M Bayrou, il ne faut pas sauver le modèle social français. Il faut le (...)

Non, M Bayrou, il ne faut pas sauver le modèle social français. Il faut le réformer !

lundi 17 mai 2021, par Adélaïde Motte

François Bayrou s’alarme de la baisse des naissances, qui dure maintenant depuis plus de dix ans. Selon lui, cette baisse de la natalité est une “bombe sociale”. En effet, les enfants qui ne naissent pas sont autant de travailleurs qui manqueront dans trente ans pour payer les retraites. Pour Bayrou, la solution est de relancer la politique familiale tout en accueillant plus de travailleurs immigrés.

Un système social qui repose sur la seule population active n’est pas viable, surtout quand la population vieillit. Il n’est pas possible de forcer des couples à avoir des enfants via un système chinois inversé, et ce n’est pas en multipliant les aides que l’État engagera une femme qui ne le souhaite pas à avoir davantage d’enfants. Notre système de retraite a été conçu pour une époque, désormais bien révolue, de forte croissance démographique. Pour sauver les retraites, il ne faut pas relancer la politique de natalité, mais réformer ledit système de retraites pour aller vers un système par capitalisation. Ce système permettra in fine de garantir les retraites, quelles que soit l’importance de la population active. Il permettra aussi de ne pas être dépendant d’une immigration aujourd’hui non-choisie et peu assimilable.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Non-M-Bayrou-il-ne-faut-pas-sauver-le-modele-social-francais-Il-faut-le-reformer

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière