Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Macron, touché par la grâce, reconnaît le bien-fondé du nucléaire

Macron, touché par la grâce, reconnaît le bien-fondé du nucléaire

mercredi 28 juillet 2021, par Adélaïde Motte

L’été a parfois des effets bénéfiques sur les esprits, et Emmanuel Macron semble en avoir profité. Lors d’un déplacement en Polynésie française, il a accordé une interview à France Info, lors de laquelle il a admis que la chance française pour réduire les gaz à effets de serre n’était pas dans l’éolien, mais dans le nucléaire. Il est cependant dommage qu’une telle affirmation s’accompagne du souhait de développer cet éolien qui n’en finit plus d’attirer presque autant de rejets et d’échecs que de subventions publiques.

La route est encore longue avant d’admettre le nécessaire abandon d’une énergie éolienne peu stable et peu productive. Emmanuel Macron continue à vouloir multiplier les projets éoliens, développer cette énergie et baisser le coût des chantiers. Il reconnaît cependant que l’éolien abîme le paysage. Pour cela, l’énergie solaire constitue, selon lui, une bonne alternative. Pourtant, sur les toits, les panneaux solaires « abîment » aussi les paysages et le patrimoine. Et que dire de ces champs de panneaux solaires qui remplacent les champs d’éoliennes ? Mais on ne peut pas tout avoir… sauf peut-être avec le nucléaire.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Macron-touche-par-la-grace-reconnait-le-bien-fonde-du-nucleaire

Vos commentaires

  • Le 29 juillet à 04:01, par zelectron En réponse à : Macron, touché par la grâce, reconnaît le bien-fondé du nucléaire

    Le petit pédant poudré a cru aux avions renifleurs, pardon aux moulins à vent don quichottesques un peu trop longtemps avant de réaliser que le rapport de puissance d’une centrale nucléaire/éolienne classait cette dernière dans les jouets à faire du bruit et tuer les oiseaux.
    Quant aux panneaux photo-voltaïques, pardon miroirs aux alouettes, les rendements sont tout aussi ridicules !
    L’énergie géothermique reste la moins inintéressante des alternatives renouvelables, mais pourquoi que diable n’embauche-t-on pas des ingénieurs islandais spécialistes de ce domaine, où ils excellent ?

  • Le 29 juillet à 06:48, par PATRICK ET AGNES CANTIN En réponse à : Macron, touché par la grâce, reconnaît le bien-fondé du nucléaire

    Oui le nucléaire est bon et nécessaire y compris à Fessenheim !!!! en attendant la suite de ITER dans 50 ans !
    Le solaire est décentralisé et programmable (les électriciens connaissent, aux nuages près, la production attendue ce qui n’est pas le cas des éoliennes).

  • Le 29 juillet à 07:01, par André Roullé En réponse à : Macron, touché par la grâce, reconnaît le bien-fondé du nucléaire

    Il reconnait que l’éolien abîme le paysage, c’est pour cela que le parc au large du Touquet n’a pas eu d"avenir. Etrange, non ?

  • Le 29 juillet à 07:17, par Serge Rochain En réponse à : Macron, touché par la grâce, reconnaît le bien-fondé du nucléaire

    Macron n’est, comme tous les politiciens, qu’un opportuniste prêt à s’allier et s’aliéner les groupes ayant le vent en poupe et quelle que soit leur cause. Les manifestations contre les éoliennes montant en épingle les accusations les plus fantasques contre celles-ci, de bonne solution pour le climat elles deviennent brusquement la pire des solutions, et la veste tournée, le nucléaire redevient LA bonne solution, celle dont les inconvénients se mettent à briller en avantages mirobolants, coûts plus élevés, déchets de plus en plus encombrants, et le pires de tous, finitude se rapprochant d’autant plus vite que son utilisation se généralise sur la planète. Doubler son utilisation pour passer de 5% de la production mondiale d’électricité à 10%, divise par deux le délai qui nous sépare du moment où l’uranium, ce corps simple, le plus lourd et donc le plus rare, de la table de Mendeleïev aura totalement disparu de la planète. Etant aujourd’hui une échéance à une cinquantaine d’année, cela signifie que dans 25 ans, après 15 ans d’usage seulement, nous ne saurons pas quoi mettre dans les réacteurs qui ne seront au mieux opérationnels que dans 10 ans si nous commençons leur construction aujourd’hui avec l’espoir déçu d’avance de les faire fonctionner 60 ans pour les amortir au moins comptablement.
    C’est ça la démocratie électorale, cueillir immédiatement les suffrages, quoi qu’il en coute !
    Serge Rochain

  • Le 29 juillet à 07:36, par Dubos En réponse à : Macron, touché par la grâce, reconnaît le bien-fondé du nucléaire

    Le nucléaire malgré tout ses défauts et la seule actuelle solution
    Le nucléaire et la meilleurs solutions parmi les plus mauvaise un peu comme la démocratie ou les droits de l’hommiste

  • Le 29 juillet à 08:18, par Obeguyx En réponse à : Macron, touché par la grâce, reconnaît le bien-fondé du nucléaire

    Enfin touché par la grâce. J’espère qu’il va enfin délaisser la crasse et congédier les 2/3 de ses ministres. On dit qu’il n’est jamais trop tard...

  • Le 29 juillet à 09:49, par Jacques En réponse à : Macron, touché par la grâce, reconnaît le bien-fondé du nucléaire

    Les éoliennes produisent PEU d’électricité quand on en a PAS besoin. La demande de courant est forte en périodes anticycloniques c’est à dire en hiver au moment des froids les plus intenses et en été quand il fait très chaud et qu’il faut alimenter les systèmes de refroidissement industriels, les climatisations, les frigos etc. Le problème dans un anticyclone c’est qu’il n’y a pas de vent. Cherchez l’erreur !
    Passons au photovoltaïque, mis à part l’énorme quantité de métaux lourds et autres composés qu’il faudra traiter un jour d’une manière ou d’une autre et difficilement contrôlable, on peut avoir des doutes quant à leur efficacité dans la moitié nord de notre pays, là où il y a le, plus d’industries consommatrices !
    La fission nucléaire reste, à moyen terme pour l’instant, la moins pire des solutions et c’est un domaine où nous avions encore des compétences technologiques reconnues. Espérons que la fusion pourra prendre le relais dans une cinquantaine d’années.
    La seule vraie question est donc celle-ci : les citoyens accepteront-ils un retour aux conditions de vie du XIX° siècle en attendant.

  • Le 29 juillet à 10:08, par montesquieu En réponse à : Macron, touché par la grâce, reconnaît le bien-fondé du nucléaire

    Il compte sur les électeurs de droite pour se faire réélire en 2022 et la droite défend le nucléaire.
    S’il comptait sur les écolos, il défendrait les éoliennes !
    CQFD

  • Le 29 juillet à 12:19, par GEGE42 En réponse à : Macron, touché par la grâce, reconnaît le bien-fondé du nucléaire

    Sacré Rochain, toujours prompt à décrier le nucléaire électrique !
    Il ignore volontairement la filière RNR qui permettrait en brûlant les déchets stockés à La Hague au bas mot plusieurs siècles d’énergie électrique et en même temps d’éliminer l’essentiel des déchets nucléaires. Mais la France sous la pression des anti nucléaire comme sieur Rochain abandonne le projet Astrid après le démantèlement de Super Phénix par Jospin et Voynet en 1995 après un accord électorale à la Hollande-EELV en 2012.

  • Le 29 juillet à 22:46, par Serge Rochain En réponse à : Macron, touché par la grâce, reconnaît le bien-fondé du nucléaire

    Gégé42 toujours aussi ignorant des 8 précédentes tentatives, pour ne parler que des françaises pour faire fonctionner un surgénérateur qui ne fonctionne que par miracle quand il fonctionne, c’est-à-dire de façon réellement intermittente et non comme les variables de types éoliennes qui elles fonctionnent 100% du temps en produisant entre 0 et 100% de leur puissance nominale.
    En effet, se sont succédés :
    1957 Rapsodie
    1961 Rachel
    1965 Harmonie
    1966 Masurca
    1968 Phénix
    1968 Prospero
    1970 Caliban
    1986 Superphénix
    2010 Astrid, arrêté 10 ans après alors qu’il n’était que sur papier quand le gouvernement a refusé de mettre 5 nouveaux milliards d’euros sur la table pour se lancer dans cette nouvelle aventure.
    Quand à Superphénix Il n’a pas été arrêté comme les nucléophiles se plaisent à le claironner mais par ce que son coût était excessif et son fonctionnement bien trop erratique. Sur 13 ans d’existence, il n’a fonctionné que durant 53 mois d’exploitation, soit une moyenne d’un jour sur trois et en 13 ans il n’a produit que 7,7 TWh pour un coût de 60 milliards de francs soit 9,1 milliards d’Euros. Lorsque la décision d’arrêt par Jospin est intervenu il était à l’arrêt depuis déjà 6 mois dans l’attente d’un nouveau budget qui devait lui permettre d’entreprendre les travaux destinés à le remettre en marche. Tout cela est vérifiables dans tous les sites internet traitant de l’histoire des Surgénérateurs comme dans les ouvrages qui leurs ont étés consacrés et ce n’est pas ça qui manque. Mais le complotiste nucléophile préfère colporter que ce serait des raisons politiques pour faire plaisir aux écologistes qui ont été la cause de la fermeture.
    Mais pour les 7 précédents c’était aussi pour des raisons politiques ?
    ET si ce Superphénix était si parfait pour quelle raison EDF s’est elle lancée dans les catastrophiques EPR ? Et pourquoi les écologistes n’ont pas fait plonger l’EPR ? Ils l’aimaient bien alors qu’ils n’aimaient pas Superphénix .? La logique s’accommode mal avec le complotisme, comme avec la raison, et le niveau minimum d’intelligence !
    Je vous signale que n’importe quelle éolienne fonctionne 4 jours sur 5 et pas un jour sur trois comme Superphénix, qui lui, était supposé fonctionner tous les jours.
    Il y a vraiment de quoi rire avec vos histoires à dormir debout car faut-il être stupide pour choisir de faire une ganache comme l’EPR quand on sait faire un bijou comme Superphénix.
    Serge Rochain

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière