Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Les impôts de Paris au secours d’une boîte de nuit gay

Les impôts de Paris au secours d’une boîte de nuit gay

dimanche 14 novembre 2021, par Adélaïde Motte

A quoi aimeriez-vous que servent vos impôts locaux ? À plus de sécurité dans les rues, à la propreté, à l’embellissement de votre quartier, à l’entretien des églises et des écoles ? La Mairie de Paris vous propose le Tango, l’un des plus anciens dancings de Paris, où la communauté LGBT+ se retrouve, paraît-il, depuis plus de vingt ans. Un indispensable « service public » s’il en est, que la mairie se devait de préserver, ce qu’elle a fait en rachetant l’immeuble qui l’accueille. Le tout pour la modique somme de 6,7 millions d’euros, soit environ six euros par foyer fiscal parisien.
La Mairie prévoit de faire cohabiter la communauté LGBT+ avec des ménages en situation de précarité financière, puisque les huit appartements situés au-dessus de la boîte de nuit seront convertis en logements sociaux. Le but ? Créer des logements sociaux dans un quartier qui n’en compte que 8%, au lieu de 21% dans l’ensemble de la ville, et sauver la boîte de nuit. La Ville de Paris louera donc le bâtiment à l’un de ses bailleurs sociaux pour un loyer capitalisé de 3,1 millions, afin d’éponger un peu la colossale dette de 7,7 milliards d’euros de la Ville qui, quoi qu’on en dise, fait tache dans la candidature d’Anne Hidalgo à la Présidence de la République. Il est en effet bien plus commode, à quelques mois d’une élection, de récupérer une belle somme en une seule fois.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Les-impots-de-Paris-au-secours-d-une-boite-de-nuit-gay

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière