Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Les fonctionnaires veulent apprendre leur métier aux banques

Les fonctionnaires veulent apprendre leur métier aux banques

samedi 30 janvier 2021

Le Haut conseil de stabilité financière (HCST) a publié le 27 janvier une recommandation relative à l’octroi de crédits immobiliers. Il y demande que leur remboursement n’excède pas 35% des ressources des emprunteurs et que leur durée ne dépasse pas 25 ans.

Les banques, pour faire correctement leur métier, ont manifestement besoin des conseils d’une administration toujours plus tentaculaire. En pleine pandémie, à l’aube d’une crise économique et sociale d’ampleur, l’État continue de dicter sa conduite au secteur privé et d’encadrer ses activités avec des contraintes toujours plus fortes.

https://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_services/hcsf/HCSF_Recommandation_R-HCSF-2021-1.pdf

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Les-fonctionnaires-veulent-apprendre-leur-metier-aux-banques

Vos commentaires

  • Le 1er février à 12:01, par Dufay En réponse à : Intérêts des prêts

    Puisque l'état veut dicter leur conduite aux banques par le HCST il devrait bien en profiter pour leur interdire le système actuel du calcul des intérêts lors d'un prêt immobilier !
    En effet je trouve qu'il est anormal de faire payer aux emprunteurs une grosse part des intérêts au début du remboursement de ce prêt.
    Le résultat est, qu'en cas de remboursement anticipé (pour quelque raison que ce soit), le solde que la banque redonne à l'emprunteur est tel que c'est comme si presque rien n'avait été remboursé.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière