Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Les enfants gâtés de la République

Les enfants gâtés de la République

jeudi 30 septembre 2021, par Aliénor Barrière

Alors que Bruno et Romain sont allés faire une GPA (gestation pour autrui) aux États-Unis, ils n’acceptent pas que la prime de naissance ne leur soit pas accordée par la caisse d’allocations familiales (CAF). Ce type de procréation est illégal en France et coûte 130 000€ Outre-Atlantique. Deux raisons qui justifient d’une part, un refus de principe de l’allocation et d’autre part, une absence manifeste de besoin réel des 948,27€ de prime de naissance.

Cette aide de la CAF est conditionnée à la présentation d’un certificat de grossesse, que le couple s’est naturellement trouvé bien en peine de produire. Il a donc attaqué l’institution en justice. Actuellement, la GPA est interdite au nom du respect et de l’indisponibilité de la personne humaine, du refus de l’exploitation de la femme et de la réification de l’enfant. En prenant ce qui les arrange dans les lois américaines et dans le système social français, ce couple incarne finalement la mondialisation heureuse dans laquelle le meilleur est dû où que l’on se trouve. Et bien non, on ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et celui de la crémière.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Les-enfants-gates-de-la-Republique

Vos commentaires

  • Le 2 octobre à 08:53, par Broussard Christian En réponse à : Les enfants gâtés de la République

    lequel des deux s’est-il fait engrosser ?

  • Le 3 octobre à 16:03, par Nicolle AGNES En réponse à : Les enfants gâtés de la République

    Voici la caricature de "nos chers bobos" ! honteux, immoral jusqu’au bout .... Je crains malheureusement qu’ils ne soient pas un "couple isolé" et que ce genre de situation se reproduise. Brrrr ! et je ne parle pas des difficultés que rencontrera cet enfant lorsqu’il aura une vie collective.
    Je déteste tout ça..

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière