Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Le lobby du bio quémande des subventions supplémentaires et assume ne pas (...)

Le lobby du bio quémande des subventions supplémentaires et assume ne pas être viable

vendredi 4 juin 2021, par Aymeric Belaud

Alors que les négociations autour de la PAC approchent de leur fin, le gouvernement français veut accorder une place prioritaire au bio. Mais cela ne suffit pas pour le lobby du bio. Malgré une augmentation de l’enveloppe de 250 à 340 millions d’euros par an pour les agriculteurs qui vont entamer une conversion à l’agriculture biologique, le lobby du bio mené par la FNAB, crie au scandale. Pour manifester leur mécontentement, des agriculteurs bio ont manifesté nus, car cette nouvelle PAC va les mettre à « poil ». L’actrice Lucie Lucas, qui doit probablement avoir de grandes connaissances en agronomie, a également suivi le mouvement sur Instagram.

Ce mécontentement est révélateur de la réalité du bio. Ceux qui nous vantent que leur modèle est l’avenir de l’agriculture démontrent en réalité qu’il ne peut survivre qu’avec l’argent du contribuable. Un gouvernement courageux mettrait fin à cette politique de la subvention qui a plongé l’agriculture conventionnelle dans la crise, et qui perfuse une agriculture bio incapable d’être rentable. L’avenir de l’agriculture française ne pourra être assuré qu’en la libérant du joug administratif, et en la laissant négocier au mieux le nécessaire virage technologique.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Le-lobby-du-bio-quemande-des-subventions-supplementaires-et-assume-ne-pas-etre-viable

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière