Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Le gouvernement tancé sur son bilan à l’Assemblée nationale

Le gouvernement tancé sur son bilan à l’Assemblée nationale

mardi 12 octobre 2021, par François Turenne

A l’occasion du dernier projet loi de finances (PLF) du quinquennat, Bruno Le Maire a vanté le bilan d’Emmanuel Macron devant les députés. Il s’est félicité de la réduction du déficit et de la dette publique. Il a rappelé au passage qu’il n’y aurait pas, dans ce mandat, d’austérité mais des réformes structurelles (assurance chômage et retraites), couplées à une croissance élevée (+6,25% en 2021 et +4% en 2022), qui devraient faciliter l’assainissement des comptes publics. Quant à Laurent Saint-Martin (LaREM), rapporteur général du budget, il a vanté la baisse des prélèvements obligatoires à 43,5% du PIB.
Eric Woerth (LR), président de la commission des finances de l’Assemblée, a un peu nuancé cet enthousiasme. En premier lieu, il a dénoncé un PLF 2022 incomplet, le gouvernement ayant, en effet, prévu d’ajouter de nombreuses dépenses par voie d’amendements (revenu d’engagement, plan d’investissement France 2030, etc.) estimées, pour l’instant, à 6 Mds €. En second lieu, le député a critiqué la sortie de crise idyllique présentée par le gouvernement. Car si la dépense publique baisse effectivement de 30 Mds € en 2022 du fait de la diminution des mesures de soutien et de relance, cela cache une hausse de 32 Mds € des dépenses ordinaires. Celles-ci ont même augmenté de 100 Mds € entre 2020 et 2022. Aujourd’hui, le déficit est presque entièrement structurel, c’est-à-dire dû à des mesures pérennes, ce qui rend tout retour en arrière très difficile. Quant à la dette, elle est passée de 28 000 € par habitant au début du quinquennat à 44 000 dans le PLF 2022.
Comme l’a dit Eric Woerth, le gouvernement confond dépenser et réformer, et met au cœur de son discours la croissance, oubliant complètement la maîtrise de la dépense. Le quinquennat Macron va laisser des finances dégradées et un goût amer aux Français.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Le-gouvernement-tance-sur-son-bilan-a-l-Assemblee-nationale

Vos commentaires

  • Le 13 octobre à 06:09, par Charlot En réponse à : Le gouvernement tancé sur son bilan à l’Assemblée nationale

    Toutes les politiques sont des politiques d’austérité. Soit l’état est mis à la diète est c’est une politique d’austérité pour l’état et tous ses profiteurs. Soit l’état est dispendieux et c’est une politique d’austérité pour ceux qui travaillent et subissent des impôts spoliateurs.

  • Le 13 octobre à 08:50, par Obeguyx En réponse à : Le gouvernement tancé sur son bilan à l’Assemblée nationale

    Il faut bien se mettre en tête que dans notre pays en particulier, les chiffres ne satisfont que ceux qui les éditent. Je maintiens qu’absolument TOUT est trafiqué. Si, tel n’était pas le cas, pourquoi tout un chacun n’a pas accès aux bilans comptables de tous les organismes d’Etat ? Essayez de demander les comptes de la Sécurité Sociale de votre département alors que ce sont VOS cotisations qui alimentent ce puits sans fonds. Lorsque j’entends, tous les jours, des journaleux qui s’offusquent lorsque quelqu’un dit que nous sommes dans un pays totalitaire, je rigole. Qu’ils mettent en ligne leurs revenus et en parallèle les impôts qu’ils payent. Je vous parie que plus un seul Français, digne de nom, ne les croira plus jamais. Ce pays est définitivement pourri, c’est une certitude. J’attends avec impatience la réédition de 1789.

  • Le 13 octobre à 16:15, par PICOT En réponse à : Le gouvernement tancé sur son bilan à l’Assemblée nationale

    Le Maire ? Ce type doit vivre dans la lune, mais pas en France.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière