Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Le Covid en Australie, ou ce que la vaccination peut faire pour (...)

Le Covid en Australie, ou ce que la vaccination peut faire pour vous

lundi 26 juillet 2021, par Gabriel Collardey

En Australie, le gouvernement est sous le feu de la critique. Un nouveau confinement a été décrété pour la moitié des habitants du pays à Melbourne, Sydney, Adelaïde. Le pays a l’un des taux de vaccination les plus bas des pays développés. En effet, d’après les derniers chiffres du gouvernement fédéral, seulement 13,5% des Australiens ont reçu au moins une dose de vaccin. L’essentiel de la politique de lutte contre l’épidémie se fondait jusqu’à présent sur une stratégie zéro-Covid avec des frontières fermées et des dépistages massifs. Cependant, l’arrivée du variant Delta, plus contagieux, a mis à mal cette stratégie. Le gouvernement a reconnu ses erreurs, sans pour autant décider d’une quelconque accélération de la campagne de vaccination. L’objectif fixé par le premier ministre est de donner une première dose de vaccin à toute la population d’ici la fin de l’année 2021. Les commandes de vaccins auprès des laboratoires ont été faites avec retard, les livraisons se font donc au compte-goutte, tout comme les injections.

La situation australienne permet une mise en perspective. Au Royaume-Uni, où 85% de la population adulte est vaccinée, le lien entre maladie et décès semble s’être cassé. Les contaminations augmentent mais les hospitalisations stagnent. C’est le cas dans tous les pays qui ont massivement vacciné : Royaume-Uni, Espagne, Italie, Allemagne, États-Unis.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Le-Covid-en-Australie-ou-ce-que-la-vaccination-peut-faire-pour-vous

Vos commentaires

  • Le 27 juillet à 08:58, par Spirouk En réponse à : Le Covid en Australie, ou ce que la vaccination peut faire pour vous

    Ne fait-on pas un corrélation trop rapide et ainsi erronée entre la baisse de la mortalité et les vaccins ? J’émettrai quelques réserves sur ce raisonnement à savoir que les nouveaux variants peuvent avoir aussi un caractère dégradé donc moins virulent.
    Restons pour l’instant observateur au lieu de tirer des conclusions hâtives qui risquent fortement de nous orienter dans une voie de garage déjà bien tracée par ailleurs. Les vaccins ou plutôt thérapie gênique n’ont pas encore livré leurs effets et ces derniers peuvent aussi nous révéler de bien mauvaises surprises quant aux effets secondaires.
    Nous nous situons à l’époque de la religion scientiste où une théorie en chasse une autre et où les intérêts dominent les relations entre politiciens corrompus et industrie(s) choisie(s) définissant ainsi leurs monopoles. et les enjeux associés
    Essayons d’avoir un peu de discernement dans ce monde fourvoyé et d’éviter de faire le porte-parole d’un système peu scrupuleux et donc par nature suspect. La sagesse, l’humilité et le respect sont porteurs d’espoir et ces qualités n’émanent pas chez nos dirigeants qui ne meritent pas notre confiance.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière