Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > La loi séparatisme, inefficace faute de nommer l’adversaire

La loi séparatisme, inefficace faute de nommer l’adversaire

lundi 8 février 2021

“Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde”. Nos députés devraient s’inspirer de cette phrase d’Albert Camus pour retravailler la loi dite contre le séparatisme. Parce que cette loi refuse de nommer l’adversaire, l’islamisme, pour préférer « renforcer la laïcité et conforter les principes républicains », elle risque fort d’être vouée à l’échec. Elle n’est qu’un assemblage de mesures contraignantes qui ratent souvent leur cible. L’État aura beau jeu de surveiller des associations sans risques et sans impact, laissant les grosses structures islamistes propager la radicalisation.

Pourquoi former tous les fonctionnaires à la laïcité, quand la plupart sont déjà absolument convaincus de son bien-fondé ? Pourquoi encadrer l’instruction en famille, ou l’école à domicile, dans son ensemble, quand on vise les écoles coraniques islamistes ? Il est temps que le gouvernement se montre aussi ferme face à l’islamisme qu’il l’est face au respect du couvre-feu. Le rôle de l’État est de protéger les citoyens de leurs ennemis, et pour cela, les ennemis doivent être nommés, et concrètement combattus.

https://www.ouest-france.fr/politique/gouvernement/ou-en-est-le-projet-de-loi-contre-le-separatisme-7146805


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière