Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > La chimère du salaire minimum européen revient au menu du Conseil (...)

La chimère du salaire minimum européen revient au menu du Conseil européen

dimanche 2 mai 2021, par Gabriel Collardey

D’après L’Opinion, le président de la République a reçu les partenaires sociaux à l’Élysée jeudi dernier afin de discuter notamment du Conseil européen du 6 mai qui se tiendra à Porto. Emmanuel Macron compte y défendre la proposition d’un salaire minimum européen. Ce sujet revient sur le devant de la scène telle une chimère après avoir déjà été envisagé en 2019 au moment des élections européennes. Les premières ébauches dégageaient l’idée d’un salaire minimum équivalent à 60 % du salaire médian de chaque pays.

La France, consciente de son coût du travail trop important, cherche à limiter les écarts avec les pays d’Europe centrale. Cependant, le salaire minimum ne peut être fixé de manière aléatoire et arbitraire à un niveau macro. Il relève d’une compétence des États membres, voire d’accords au niveau des branches professionnelles, comme en Finlande ou au Danemark. C’est plutôt cet exemple qu’il faudrait suivre, que de vouloir renchérir le coût du travail partout en Europe au détriment des consommateurs. En pleine crise, la proposition de Macron est vraiment malvenue.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/La-chimere-du-salaire-minimum-europeen-revient-au-menu-du-Conseil-europeen

Vos commentaires

  • Le 3 mai à 04:54, par Thierry En réponse à : L’égalité dans la mort.

    La nouvelle devise de la France : je m’effondre et je vous entrainerai tous dans ma chute.

  • Le 3 mai à 07:33, par François MARTIN En réponse à : Le salaire minimum est, en partie, un impôt

    La différence entre le montant du salaire minimum et la valeur du travail effectué par le salarié est un impôt (qui s’ajoute à toutes les charges fiscales qui pèsent sur les entreprises).

    Le micro-climat fiscal français est si défavorable que même les entreprises dont l’État est actionnaire délocalisent (Renault, par exemple).

    Le résultat s’appelle un chômage de masse.

    Merci l’État Français !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière