Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > L’apocalypse demain ? Peut-être que oui, peut-être que non…

L’apocalypse demain ? Peut-être que oui, peut-être que non…

mardi 10 août 2021, par Nicolas Lecaussin

Le rapport du GIEC vient de sortir. On savait déjà les grandes lignes de ce qu’il contient. Il faut dire que c’est un gros document, pas moins de 1275 pages (3949 avec les références !). Largement suffisant pour décourager ceux qui voudraient trouver autre chose que ce qu’il y a dans les médias. Car les scénarios apocalyptiques sont repris en boucle sur toutes les chaînes. L’homme serait le grand coupable. « Il est sans équivoque que l’influence humaine a réchauffé l’atmosphère, les océans et les terres », indique le rapport dans sa conclusion principale. Nous sommes huit milliards sur terre, c’est un peu normal que les humains contribuent un peu. Mais de combien ? Le rapport est plus ambigu là-dessus. Il indique que la Terre s’est réchauffée de 1,1 degré Celsius depuis la dernière moitié du XIXe siècle, soit 0,1 degré de plus que sa dernière estimation. Ce n’est pas apocalyptique. Les gros titres dans les médias pointent les prévisions d’augmentations futures de la température si les émissions de gaz à effet de serre, en particulier le CO2, continuent d’augmenter.

Le nouveau rapport propose cinq scénarios climatiques basés sur des estimations d’émissions de CO2. La « meilleure estimation » du scénario intermédiaire est une augmentation de 1,5 degré d’ici 2040 et une fourchette de 2,1 à 3,5 d’ici 2100. Il s’agit d’une estimation hautement spéculative. Les modèles avec des tendances longues sont souvent trompeurs…A l’IREF on se méfie, ce sont ces modèles qui incitent les politiques à dépenser des milliards dans les énergies renouvelables. De plus, le scientifique Steve Koonin, ancien conseiller climat d’Obama, nous a appris à nous méfier de la modélisation pratiquée par le GIEC. Elle ne serait pas très fiable…

Alors, l’apocalypse est-elle pour demain ?

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/L-apocalypse-demain-Peut-etre-que-oui-peut-etre-que-non

Vos commentaires

  • Le 11 août à 05:45, par Obeguyx En réponse à : L’apocalypse demain ? Peut-être que oui, peut-être que non…

    Le GIEC ? Une secte de trafiquants en écologie ! Aussi condamnable que les trafiquants de drogue ! En quelque sorte une nouvelle franc-maçonnerie... Dormez tranquille, on veille sur vous et au pire on vous donnera à "bouffer" !

  • Le 11 août à 07:20, par Jean-Pierre Bardinet En réponse à : L’apocalypse demain ? Peut-être que oui, peut-être que non…

    L’origine anthropique de ce dérèglement n’est plus présentée par le Giec comme une forte probabilité, mais un fait avéré, en fait le plus souvent pour des raisons subjectives. Soit il y a une preuve scientifique, soit il n’y en a pas et les avis présentés à tort comme des faits ne veulent rien dire. Le problème, c’est qu’il n’y a aucune preuve scientifique que le CO2 ait une action mesurable sur la TMAG (température moyenne annuelle globale) donc ce que l’on nous raconte sur un supposé réchauffement climatique anthropique, ce sont des mensonges qui servent d’alibi aux politiques climat-énergie qui sont en train de détruire les économies de l’UE.

    Voici un texte plein de sagesse du physicien et enseignant-chercheur à Polytechnique, Serge Galam, sur le renversement de la charge de la preuve.
    "Il est plutôt surprenant que celui qui affirme détenir « la » vérité voit ses paroles prises pour argent comptant quand celui qui réclame une preuve de cette affirmation non démontrée scientifiquement doit, pour être écouté, apporter la preuve que la vérité défendue sans preuve est fausse. Les techniques, la méthodologie, toute notre approche expérimentale et nos constructions théoriques ont été inventées pour prouver l’existence de ce qui existe. En revanche, il est impossible de prouver l’inexistence de ce qui n’existe pas… La preuve ne peut porter que sur quelque chose d’existant. Dans le débat sur le climat, j’insiste sur le fait que je parle bien d’absence de preuve, et non de doute, à propos de la responsabilité humaine en matière de réchauffement. De même, à propos de la question de savoir si nous sommes dans une phase longue de réchauffement ou de refroidissement. Le doute implique une croyance. Or en termes scientifiques soit j’ai la preuve, soit je ne l’ai pas. Il n’y a pas de place pour la subjectivité dans la validité d’un résultat scientifique. Il est urgent de savoir dire : « scientifiquement, on ne sait pas ». Aujourd’hui je ne dis pas que je doute de la responsabilité humaine, je dis qu’il n’y a pas de preuve de cette responsabilité. C’est un fait, pas une opinion ».

  • Le 11 août à 07:23, par Jean-Pierre Bardinet En réponse à : L’apocalypse demain ? Peut-être que oui, peut-être que non…

    Le passé climatique en France depuis l’an mille, étudié par Leroy-Ladurie, montre trois choses :
    1) Il y a eu de terribles événements climatiques (plusieurs millions de morts de faim sous Louis XIV à cause de récoltes perdues).
    2) L’Optimum Médiéval, plus chaud que de nos jours, a bénéficié d’un climat assez calme.
    3) Le Petit Age Glaciaire a été une période difficile avec de très nombreuses catastrophes climatiques.

    Conclusion : le froid tue plus que le chaud, alors que le GIEC prophétise le contraire, ce qui est curieux.
    Voici un échantillon des terribles événements climatiques en France, que la mémoire collective et les médias (et le GIEC) semblent avoir oublié, pages 21 et suivantes : http://www.pensee-unique.fr/pasteau.pdf

  • Le 11 août à 07:26, par Jean-Pierre Bardinet En réponse à : L’apocalypse demain ? Peut-être que oui, peut-être que non…

    ) Si l’on regarde l’évolution de la TMAG (température moyenne annuelle globale) on constate qu’elle a augmenté de +0,7-0,8°C en 140 ans, de manière discontinue, et qu’elle est stable en tendance depuis 20 ans, malgré plusieurs événements réchauffants El Nino et une très forte inflation des émissions anthropiques de CO2, ce qui aurait dû être relevé par le GIEC.
    Voici les courbes depuis 1880 https://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut4gl/from:1880
    Et celles pour les 20 dernières années : https://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut4gl/from:2002/offset:-0.45/plot/uah6/from:2002
    Compte tenu de ce non-réchauffement, que le GIEC, prisonnier de ses mensonges, ne peut reconnaître officiellement, le rapport s’appuie sur deux choses : les projections multidécennales de modèles numériques foireux qui se plantent depuis plus de 20 ans et les événements climatiques dramatiques actuels, frais dans nos mémoires, faisant croire à un « dérèglement climatique », ce qui voudrait dire qu’il y aurait un « bon climat » de référence qui aurait perdu la boule, ce qui est idiot.

  • Le 11 août à 07:27, par Jean-Pierre Bardinet En réponse à : L’apocalypse demain ? Peut-être que oui, peut-être que non…

    Il faut être conscient que les politiques climat-énergie ne se justifient que si les thèses hypothétiques du GIEC sur l’action supposée mesurable du CO2 sur la TMAG (température moyenne annuelle globale) sont exactes, alors qu’elles ne sont pas scientifiquement prouvées. Or, nous sommes, depuis une bonne trentaine d’années, entrés dans une période folle de lyssenkisme mondialisé qui déclare que nos émissions de CO2 ont une action réchauffante et impose des politiques récessives et mortifères, principalement aux pays occidentaux (la Chine et l’Inde, pas folles, n’en ont rien à cirer de nos délires). Voici ce qu’écrivait Jacques Monod en 1948 : « Comment Lyssenko a-t-il pu acquérir assez d’influence et de pouvoir pour subjuguer ses collègues, conquérir l’appui des médias, recevoir l’approbation du Comité Central du Parti et de Staline en personne, au point qu’aujourd’hui la « Vérité » dérisoire de Lyssenko est encore la vérité officielle garantie par l’Etat, que tout ce qui s’en écarte est irrémédiablement banni de la science Soviétique, et que les opposants qui défendent la vraie science sont honteusement cloués au pilori ? Tout cela est insensé, démesuré, invraisemblable. C’est pourtant vrai. » Nous sommes dans un délire identique, mais planétaire, qui touche les gouvernements, les instances internationales, les ONG, et la très grande majorité des médias. C’est du lyssenkisme pur et dur, mais au niveau de la planète. Si l’on remplace dans le propos de Jacques Monod « Lyssenko » par « Maurice Strong » et ses successeurs, le Comité Central du Parti par l’ONU et la Commission européenne, Staline par les secrétaires généraux du Grand Machin, on a l’idéologie du réchauffement climatique anthropique.

  • Le 11 août à 07:53, par ange et démon En réponse à : L’apocalypse demain ? Peut-être que oui, peut-être que non…

    toujours aussi prudent ; surtout ne pas contrarier la doxa officiel ;-)
    lire le "great reset" et les articles du WEF et comprendre que le but de tout ça n’a rien avoir avec le climat ni avec le méchant virus d’ailleurs ;
    ils veulent installer un communisme 2.0, s’accaparer de nos propriétés puis nous donner un revenu universel pour que nous devons tout leur louer dont on a besoin ; le tout sous contrôle social ; Vous ne posséderez rien et vous serez heureux (WEF 2016, 8 predictions for the world in 2030)
    quel merveilleux avenir allons nous laisser à nos enfants

  • Le 11 août à 08:09, par denry En réponse à : L’apocalypse demain ? Peut-être que oui, peut-être que non…

    c’est du même niveau que les 500.000 morts prévus par Ferguson pour le covid en France en 2020

  • Le 11 août à 08:52, par zelectron En réponse à : L’apocalypse demain ? Peut-être que oui, peut-être que non…

    "Plus on veut justifier quoique ce soit par l’accumulation de mots et de phrases plus ou moins redondantes et plus on penche vers l’abscons"

  • Le 11 août à 10:13, par Causeur En réponse à : L’apocalypse demain ? Peut-être que oui, peut-être que non…

    Il est toujours difficile de couper la main qui vous nourrit.

  • Le 11 août à 10:46, par PICOT En réponse à : L’apocalypse demain ? Peut-être que oui, peut-être que non…

    L’Apocalypse, la vraie ? Seul l’avenir nous le dira. Le GIEC dit que l’homme est capable d’influencer la nature et serait responsable du réchauffement climatique ? Une sacrée prétention tout de même. Nous attendons toujours, par ailleurs, qu’un scientifique du GIEC, ou un autre, nous explique comment le CO2 pourrait nous faire étouffer de chaleur par un terrible effet de serre alors qu’il ne représente que 0,041% de l’ensemble des gaz atmosphériques (Oxygène 30%). C’est tout à fait improbable. Ces messieurs dames devraient se souvenir aussi que sans CO2 pas de végétaux, pas d’oxygène par la photosynthèse, pas d’animaux, pas d’humains et pas de GIEC. Ah zut, ils n’y ont pas pensé !

  • Le 11 août à 11:00, par Dudufe En réponse à : L’apocalypse demain ? Peut-être que oui, peut-être que non…

    Il me semble avoir lu dans vos colonnes que ce n’était pas l’augmentation du CO2 qui augmentait la température de la Terre mais l’inverse !
    Si c’est exact tout est dit !

  • Le 11 août à 16:45, par LOMBLED En réponse à : L’apocalypse demain ? Peut-être que oui, peut-être que non…

    Une seule question : A qui profite cette histoire du GIEC ??

  • Le 12 août à 11:22, par Alain Padovani En réponse à : L’apocalypse demain ? Peut-être que oui, peut-être que non…

    L’apocalypse demain ? Peut-être que oui, peut-être que non ?...

    Ce GIEC, comme aussi nos apôtres politisés de la prétendue écologie française, pratiquent tous, faute de bagage scientifique élémentaire, un amalgame complet entre ce qui peut être amélioré sur Terre, air respirable, qualité de nourriture ou de soins, et un soidisant lien avec le réchauffement climatique qu’ils imputent SANS AUCUNE PREUVE MESURÉE à des activités humaines !...
    Oui c’est très présomptueux et même vaniteux de croire que des humanoïdes pourraient ainsi avoir la capacité d’influencer, puis de modifier le climat d’une planète Terre dont personne ne signale qu’il dépend essentiellement de plusieurs paramètres puissants de géométrie variable dans l’espace, TOUS extraterrestres, cosmiques et interplanétaires, sans compter des rayonnements ou bombardements ioniques, qui nous échappent TOUS totalement, tellement les forces en présence sont multiples et colossales !... En plus sur laTerre ce qui pollue largement plus l’air respirable que bateaux, autos et avions réunis, sont les environ 1500 volcans en activité, dont environ les 480 les plus puissants.Vous voyez Barbara Pompili éteindre et supprimer de telles activités volcaniques millénaires visiblement conçues par la Nature pour certaines fonctions qui également nous dépassent ?...
    Il se trouve aussi qu’il n’y avait aucune quelconque de nos activités humaines actuelles lors des précédents réchauffements cycliques de notre Terre à travers les âges !... Or la végétation en général et surtout les arbres en particulier, sont les seuls éléments tangibles, efficaces et concrets au sujet desquels les humains peuvent intervenir afin d’améliorer notre air respirable... Au lieu d’entretenir et de payer des élus écologiques qui plantent des carrières politiques au lieu de planter des arbres... les contribuables français sont en droit d’exiger que chaque pays s’engage politiquement dans un premier temps, sur un quota obligataire D’ARBRES À PLANTER afin de recréer LA PLUS GRANDE FORÊT DU MONDE !... Quitte à instaurer une fiscalité incitative
    déductible des Taxes Foncières en vue de favoriser ces plantations !... Voilà déjà 2 premières initiatives peu coûteuses et rapides à mettre en œuvre plutôt que le bla bla politique écologique très insipide et surtout stérile qui nous est servi tous les jours par des Cécile Duflaut, Voynet, Pompili et autres écolos n’ayant jamais planté un radis, un arbre, encore moins une forêt !... Nous les contribuables nous en avons assez de payer des gens aussi peu productifs par leur bla bla et non par des actes concrets et des décisions FONDÉES, intelligentes et rèalistes.
    Alain Padovani, Président bénévole 18 ans et cofondateur du Collectif de Défense des Usagers Citoyens Contribuables, non subventionné et statutairement apolitique, 204 Associations sur 86 département. ( Voir nos actions publiées sur notre site internet et sur notre blog figurant sur le barre de recherche Coogle.)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière