Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > L’UE veut interdire les moteurs thermiques en 2035, la France en (...)

L’UE veut interdire les moteurs thermiques en 2035, la France en 2040

mercredi 14 juillet 2021, par Aymeric Belaud

L’Union Européenne vise la neutralité carbone. Pour ce faire, elle a décidé d’interdire la vente des voitures à moteur essence ou diesel en 2035. Décision purement idéologique et autoritaire, cette date embarrasse la France qui avait prévu l’interdiction pour 2040. L’Allemagne de son côté souhaite repousser la décision de la commission européenne. Le ministre des transports allemand Andreas Scheuer a prévenu que les objectifs européens se doivent d’être « techniquement faisables ». Une opposition sur les solutions et les délais, mais pas sur le principe.

Or, cette interdiction va détruire des milliers d’emplois en France et en Allemagne, principaux pays constructeurs d’automobiles européens, mais aussi dans toute l’Europe. Rien qu’en France, ce sont 100 000 emplois qui sont directement menacés ! Un véritable désastre économique, mais aussi écologique car les voitures électriques qui devraient remplacer les voitures thermiques (et l’hybride dans un deuxième temps) sont très polluantes, de l’extraction des métaux rares jusqu’au recyclage des batteries.

Y aura-t-il un gouvernement en Europe pour s’opposer à cette mesure, non pas en repoussant la date, mais en la refusant en bloc ? L’innovation et le progrès technique permettront l’apparition de nouvelles voitures ou de nouveaux moyens de transports moins polluants. En l’état, l’interdiction voulue par l’UE n’est pas écologique, et pénalise les ménages les plus modestes, obligés à terme de changer de véhicule.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/L-UE-veut-interdire-les-moteurs-thermiques-en-2035-la-France-en-2040

Vos commentaires

  • Le 15 juillet à 04:27, par Laurent46 En réponse à : L’UE veut interdire les moteurs thermiques en 2035, la France en 2040

    L’Union Européenne est devenue un très gros tas de boue administratif avec des fonctionnaires trop payés et avec des avantages hors normes le tout sur le dos de ceux qui font de la richesse.
    Des gauchistes ou bien de gros personnages infectes qui détruisent de l’intérieur leur outil de travail. Il ne reste que deux solutions URGENTES détruire l’Union Européenne ou y donner un énorme coup de karcher pour éliminer tous les parasites qui y ont fait leur nid.
    Malheureusement il ne reste plus que ces deux solutions avant que l’Union Européenne n’implose avec des conséquences pouvant êtres particulièrement graves.

  • Le 15 juillet à 06:26, par Edouard En réponse à : L’UE veut interdire les moteurs thermiques en 2035, la France en 2040

    La voiture représenterait moins de 5% de la production mondiale des gaz à effet de serre alors que les aciéries et les cimenteries seraient à plus de 30%. L’institution sensée représenter l’Europe a-t-elle prévu d’interdire les constructions en béton à partir de 2035 ?
    Combien de pays, de blocs économiques voire de continents s’engagent actuellement dans de telles politiques, en définissant non les objectifs mais les moyens d’y parvenir ?

  • Le 15 juillet à 06:47, par Carol Langloy En réponse à : L’UE veut interdire les moteurs thermiques en 2035, la France en 2040

    En réalité, les voitures électriques sont très peu polluantes. Mais il est vrai qu’il faut se pencher sur l’extraction des minerais et le recyclage des batteries : ces deux opérations ne sont pas inéluctablement polluantes, il suffit de mettre les moyens nécessaires pour qu’elles ne le soient pas. Au lieu de se battre contre les voitures électriques, qui sont pourtant la meilleure solution, il vaudrait mieux travailler sur ces deux opérations.

  • Le 15 juillet à 08:11, par Samuel Furfari En réponse à : L’UE veut interdire les moteurs thermiques en 2035, la France en 2040

    @Laurent 46. Ce ne sont pas les bureaucrates qui ont décidés cela. Comme tous fonctionnaires, ils font ce qu’on leur demande. C’est la,parlement européen qui est le premier démagogue et ensuite les chefs d’états et de gouvernement qui croient qu’en misant tout sue le changement climatique anthropique ils vont faire de l’UE un leader mondial. Les fonctionnaires n’ont rien à voir.

  • Le 15 juillet à 08:35, par montesquieu En réponse à : L’UE veut interdire les moteurs thermiques en 2035, la France en 2040

    Où comment par idéologie et lâcheté couler l’Europe !
    Au lieu d’émettre des fatwa contre les moteurs thermiques, l’UE ferait mieux de prendre en compte avec honnêteté les progrès réalisés par ces moteurs et encourager leurs progrès à venir !
    Idem pour la production d’électricité par des moyens vraiment propres et efficaces (le nucléaire) plutôt que par des éoliennes bétonnant les sols ad vitam æternam ou autres moyens rapportant surtout à la Chine et aux pays ne nous appréciant pas !

  • Le 15 juillet à 11:14, par Astérix En réponse à : L’UE veut interdire les moteurs thermiques en 2035, la France en 2040

    Il faut sortir d’urgence de cette europe (avec un petit e) imbécile qui est en train de tuer nos Pays par ses normes et réglementations autoritaires plus stupides les unes que les autres !
    Seule la recherche et le développement du secteur privé peut faire progresser la technique.
    Ce n’est pas ces incapables de fonctionnaires de Bruxelles et ceux de France qui vont trouver des solutions !.
    Si le secteur public avait proposé des solutions intelligentes cela se saurait !
    A quand la suppression des fonctionnaires hors les fonctions régaliennes, police, armée, qui suffisent amplement.
    Quand les Français vont-ils enfin ouvrir les yeux face à la réalité et au bon sens ????

  • Le 15 juillet à 12:32, par BICHON En réponse à : L’UE veut interdire les moteurs thermiques en 2035, la France en 2040

    La consommation d’électricité (et donc la production) va croître énormément dans les années à venir (interdiction voitures thermiques, interdiction chauffage au gaz dans les constructions neuves, développement climatisation…).
    Une voiture électrique, un vélo électrique… en France est nucléaire à 75%.
    Développer la voiture électrique exige donc d’entretenir et développer la production électrique d’origine nucléaire.
    Il faut donc bien employer le terme de « voiture électrique nucléaire ». Si non, l’information est mensongère par omission d’une information complète sur l’origine de l’électricité.

  • Le 15 juillet à 12:52, par Aymeric Belaud En réponse à : L’UE veut interdire les moteurs thermiques en 2035, la France en 2040

    REPONSE COLLECTIVE :

    Merci à tous pour vos commentaires.

    En effet, l’Union européenne est aveuglée par l’idéologie écologiste. Cette décision est illogique, et destructrice. Comme le dit Edouard, la voiture représente moins de 5% de la production mondiale des gaz à effet de serre. Et l’UE est loin derrière les Etats-Unis et la Chine en émission de GES.
    Encore une fois, l’UE se punit elle-même.

    Il faut faire confiance au progrès technique qui a permis à l’Europe de réduire ses émissions de GES.

    Il faut aussi se questionner sur la pertinence de la lutte contre les GES, et la part de responsabilité de l’Homme dans le dérèglement climatique.

    Je vous invite à lire l’enquête d’Alain Mathieu sur le sujet :
    https://fr.irefeurope.org/Publications/Etudes-et-Monographies/article/Enquete-sur-l-urgence-climatique

  • Le 15 juillet à 16:20, par airone En réponse à : L’UE veut interdire les moteurs thermiques en 2035, la France en 2040

    Pour ceux qui voudront conserver un véhicule thermique, il suffira de l’acheter hors UE : déficit budgétaire en vue....
    cette interdiction ne peut concerner la circulation des véhicules, il suffira de passer ces véhicules comme d’occasion comme cela se pratique actuellement pour éviter le surcout de la taxe verte sur les véhicules de forte cylindrée.

  • Le 26 juillet à 07:53, par Jean-Pierre Bardinet En réponse à : L’UE veut interdire les moteurs thermiques en 2035, la France en 2040

    L’ONU est, comme le disait De Gaulle, un Grand Machin, qui est contrôlé par les idéologues de l’écologisme/réchauffisme. L’UE, qui , pendant quelques décennies était active, positive, soucieuse de prendre des décisions constructives et non destructrices, est, depuis les années 90, devenue un clone du Grand Machin, avec des règles de fonctionnement compliquées et asservie à l’idéologie de l’écologisme. Elle est en train de détruire méthodiquement les industries européennes et les pouvoirs d’achat des ménages. avec son Green Deal totalitaire. En 20 ans, les émissions de CO2 de l’UE ont baissé de 20%, et il faudrait les baisser en 2030, donc demain, de 35% supplémentaires à dater de ce jour ? Comment les chefs de gouvernement et le Parlement peuvent-ils cautionner un objectif aussi irréaliste et destructeur ? Je suis favorable à l’Europe, mais plus à cette Europe devenue une machine folle.

  • Le 26 juillet à 21:09, par Jean-Pierre Bardinet En réponse à : L’UE veut interdire les moteurs thermiques en 2035, la France en 2040

    C’est une fable que tu nous as racontée, dit avec mépris le berger peuhl - Oui, répliqua le chasseur de crocodiles, mais une fable que tout le monde répète ressemble fort à la vérité !… » (J et J Tharaud – La randonnée de Samba Diouf, Fayard, 1927)

    Le GIEC est un machin intergouvernemental, non scientifique, qui a été créé sous l’égide du Grand Machin Onusien pour diffuser l’idéologie du réchauffement climatique anthropique à cause de nos émissions de CO2 et qui, pour ce faire, instrumentalise la science. Les statuts du GIEC, avant toute étude scientifique, stipulent qu’il y a réchauffement et que la seule cause en sont nos émissions de CO2, ce qui est une démarche anti-scientifique. Donc, le GIEC va tout faire pour nous persuader que « la science a parlé ».

    Toute activité humaine dégage du CO2. Si l’on veut, pour de sombres motifs idéologiques, imposer une décroissance mortifère avec de terribles conséquences sociales et économiques, alors le fait d’accuser le CO2 de tous les maux de la Terre, de le traiter de polluant (ce qu’il n’est pas car il est nécessaire à la photosynthèse), permet de justifier toutes les mesures liberticides et destructrices pour « sauver la planète ». Donc, nous subissons une folle hystérie climat-énergie, qui ne repose que sur une hypothèse, idéologique et non scientifique, gravée dans les statuts du GIEC, selon laquelle le CO2 aurait un effet mesurable sur la TMAG (température moyenne annuelle globale).

    Statuts du GIEC
    Dans ses statuts, rédigés par l’UNEP (United Nations Environment Program), il est demandé au GIEC de travailler sur le "Réchauffement Climatique Anthropique" (RCA) : « Évaluer sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation ». Donc, avant même que le GIEC n’ait commencé ses travaux, on lui impose LA SOLUTION : il y a réchauffement ET il est anthropique.

    Donc, mécaniquement, les dirigeants du GIEC vont tout faire pour justifier cette solution, et ils n’ont pas hésité à utiliser de la pseudo-science, comme, par exemple, le modèle d’effet de serre d’Arrhénius , qui avait été réfuté par les physiciens de son époque (expérience de Wood), et que le GIEC a fort opportunément sorti de son chapeau, ou encore d’inventer un nouveau processus physique, le forçage radiatif avec rétroaction, qui a la propriété étonnante de violer la seconde loi de la thermodynamique.

    Une fois que le rapport scientifique est rédigé (compilation de nombre de publications, en excluant souvent celles qui sont indésirables), le résumé pour les décideurs (SPM) est préparé entre les dirigeants du GIEC et les représentants des gouvernements. Il est négocié mot par mot, à la virgule près, selon les bonnes habitudes du Grand Machin Onusien. De ce fait, le SPM gomme toutes les nuances, toutes les interrogations, tous les aveux de méconnaissance que l’on peut trouver dans le volumineux rapport scientifique. Il n’a donc aucune valeur scientifique. Puis, il est publié et présenté en grande pompe aux Etats, aux institutions internationales et aux médias du monde entier pour qu’ils relayent la bonne Parole « GIECquienne » aux peuples de toute la planète. Après ce faste clinquant et fort onéreux, les scientifiques sont priés de mettre le rapport scientifique en conformité avec le SPM, qui a force de Loi Divine, et leur rapport ainsi remis dans la Ligne du Parti est publié plusieurs mois après le SPM. Jamais la science n’avait été ainsi dévoyée (sauf avec le lyssenkisme, cousin proche du dogme du RCA) et jamais son éthique la plus élémentaire n’avait été ainsi foulée aux pieds.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière