Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > L’État renationalise Air France

L’État renationalise Air France

mercredi 7 avril 2021, par Adélaïde Motte

La crise sanitaire a durement frappé Air France et l’État a choisi de l’aider au moyen d’un prêt de trois milliards d’euros, remboursable sur quatre ans. Las, il se trouve qu’Air France ne pourra pas le rembourser. Alors quelle est la solution ? Tout simplement transformer ce prêt en fonds propres. L’aide provisoire devient aide définitive et l’État redevient ainsi le premier actionnaire d’Air France avec près de 30% du capital (contre 14,3% avant la crise).

L’État profite de la pandémie pour renationaliser Air France dans un premier temps. Mais ce schéma ne risque-t-il pas de se reproduire ? Qu’arrivera-t-il à toutes les entreprises ayant recouru aux prêts garantis par l’État et qui ne pourront pas les rembourser à partir de 2022 ? L’État va-t-il s’inviter à leur capital ?
Espérons que ces nationalisations rampantes n’auront pas lieu. Elles seraient catastrophiques tant pour l’efficacité des entreprises que pour les dépenses publiques.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/L-Etat-renationalise-Air-France

Messages

  • On ne peut pas considérer raisonnablement que cette mesure résulte d’une volonté politique de nationaliser.
    Si les actionnaires privés actuels ou des nouveaux avaient eu le courage et la volonté d’assumer les conséquences financières de cette crise, cette mesure n’aurait certainement pas été prise.
    L’autre solution était de laisser Air France se déclarer en état de faillite !!!!!!!!! Pourquoi pas.

    • L’Etat doit cesser de servir de filet permanent aux entreprises. Cette situation ne mène qu’à des impasses, où l’on refuse toute réforme parce qu’après tout, l’Etat règle tous les problèmes. L’Etat entretient les Français et actionnaires dans une déresponsabilisation croissante. Résultat, ils ne prennent aucun risque, et l’Etat prend encore plus de place.
      Qu’Air France se déclare en faillite, une autre entreprise prendra sa place, sans reproduire certaines de ses erreurs.

  • 4 Mds apportés au capital d’Air France pour grimper de 15% dans le capital,
    c’est valoriser Air France à 26 Mds !!
    Actuellement Air France vaux 2 Mds en bourse.
    Cherchez l’erreur !!!
    Sur la base de cette valorisation, l’Etat devrait être à 80% dans le capital.
    Le contribuable, avec son manque de culture économique, est vraiment pris pour un "bisounours" !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière