Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Hausse du prix de l’énergie : le gouvernement navigue à vue

Hausse du prix de l’énergie : le gouvernement navigue à vue

vendredi 1er octobre 2021, par Adélaïde Motte

Face à la grogne due à la hausse des prix du gaz et de l’électricité, le gouvernement multiplie les annonces contradictoires. D’un côté, Jean Castex a annoncé un “bouclier tarifaire”, qui permettra, après cette fameuse hausse de 12,5%, de bloquer les prix du gaz jusqu’au printemps 2022. Les hausses bloquées seront alors lissées sur le printemps et l’été. Cela n’aura, selon le gouvernement, pas grande conséquence pour le consommateur puisque les prix devraient avoir baissé d’ici là. Si baisse il n’y a pas, le gouvernement songe à prendre des mesures complémentaires “qui pourraient être des mesures de taxes”.

Ce qui est vrai pour le gaz ne l’est plus pour l’électricité. Jean Castex a en effet annoncé que la hausse du prix de l’électricité sera limitée à 4% grâce à une baisse des taxes. Comme l’a dit Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, le gouvernement dispose de “marges de manœuvre” grâce aux “rentrées supplémentaires” offertes par la hausse des prix.

Le gouvernement estime sans doute que l’électricité est davantage indispensable aux Français que le gaz. Le fuel, qui augmente aussi, tout comme les carburants, ne bénéficiera en revanche d’aucune mesure. Les Français n’ont qu’à changer de chaudière et acheter une pompe à chaleur, c’est subventionné !

Baisse des taxes d’un côté, blocage arbitraire des prix d’un autre côté, dont n’importe qui craindrait l’effet boomerang, tout indique que le gouvernement navigue à vue dans la perspective de l’élection présidentielle.

Et si on s’attaquait aux privilèges exorbitants des employés des industries électriques et gazières, qui coûtent plusieurs centaines de millions d’euros par an aux Français ?

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Hausse-du-prix-de-l-energie-le-gouvernement-navigue-a-vue

Vos commentaires

  • Le 2 octobre à 04:51, par Serge GRASS En réponse à : Hausse du prix de l’énergie : le gouvernement navigue à vue

    Ce ne sont pas les privilèges des employés du gaz et de l’électricité qui sont à l’origine de l’explosion des prix, même si ces privilèges ne relèvent pas des notions d’égalitarismes que revendiquent leurs bénéficiaires.
    L’explosion des prix a commencé avec la libéralisation et la mise en concurrence. EDF est obligé de vendre 25%, à 0,42€ le MWH, de sa production nucléaire à des marchands qui ne produisent rien pour, soi disant, qu’il y ait une concurrence. Ces marchands n’apportent aucune valeur ajoutée, c’est EDF qui produit, qui livre et qui relève les compteurs via LINKY. Les marchands encaissent !!! Ce sont eux qui font pression sur les gouvernements pour que le tarif régulé augmente pour augmenter leurs profits. La production éolienne et tellement subventionnée que ça relève de l’escroquerie.Selon l’ADEME, le prix de revient du MWH éolien varie de 60 à 70 € et il est acheté 1,41€ alors que le prix de gros moyen est de 0,51€. A ces marges s’ajoutent les subventions publiques des implantations. Aujourd’hui beaucoup d’éoliennes sont implantées dans des endroits peu ventés, mais ça n’a pas d’importance, l’objectif n’est pas de produire de l’électricité, mais de collecter de l’argent public.

  • Le 2 octobre à 16:28, par AlainD En réponse à : Hausse du prix de l’énergie : le gouvernement navigue à vue

    Quand bien même là n’est pas la raison principale, les privilèges des agents gaziers et électriciens sont exorbitants : paiement de 10% des consommations qui leur permet d’éclairer a giorno et de chauffer fenêtres ouvertes les habitations, dotation au CE de 1% des montants facturés aux abonnés par exemple. Cela sans compter qu’une taxe spécifique sur les factures sert à financer le régime - très favorable - de retraite de ces messieurs-dames.
    Pour le reste, je suis d’accord avec Serge Grass sur l’aspect de la mise en concurrence d’EDF qui est une pure escroquerie au détriment des consommateurs. Quant à l’éolien, cette utopie écologiste nous coûte également cher puisque contrairement à d’autres pays européens, notre gouvernement qui ne sait pas compter subventionne les marchands d’illusion.
    L’Europe au lieu d’être favorable à la France qui a une électricité peu carbonée a préféré favoriser les pays qui produisent au charbon, au lignite ou au fuel. L’Europe veut aligner les prix de l’énergie mais sur le tarif le plus haut et notre gouvernement ne bronche pas il faut dire que nos ministres et le président ne paient probablement leur électricité...
    Je dirai un mot de cette autre aberration qui a conduit quelques irresponsables à faire varier le prix de l’électricité avec celui du gaz.

  • Le 2 octobre à 18:15, par Teisserenc En réponse à : Hausse du prix de l’énergie : le gouvernement navigue à vue

    Si vous écoutez de grands patrons de sociétés de production pétrolière, vous noterez que sous pression ils diminuent les investissements dans l’exploration des hydrocarbures gazeux comme liquides. Cela promet une réduction de la production accompagnée inévitablement d‘une hausse importante des prix. On n’a pas fini de rire avec ces variations climatiques et des conséquences de la mauvaise interprétation qui en est faite !

  • Le 3 octobre à 08:32, par Astérix En réponse à : Hausse du prix de l’énergie : le gouvernement navigue à vue

    Tout le problème vient des TAXES en France. Il suffirait de les baisser massivement et même de les supprimer dans certains cas.
    Mais vous pouvez regarder, vous ne trouverez pas un homme ou une femme politique qui proposerait de telles mesures !!
    Les crétins sont au pouvoir les Français sont contents !!??

  • Le 3 octobre à 21:04, par PhB En réponse à : Hausse du prix de l’énergie : le gouvernement navigue à vue

    Je suis d’accord avec Serge Grass.
    Comment des soit disant marchands peuvent-ils vendre quelque chose qu’ils ne possède pas réellement.
    Leur marchandise est purement fictive, ils ne stockent aucune énergie ou matière, ni même ne l’achemine. C’est complètement aberrant !
    Dans ces conditions, n’importe qui peut s’improviser fournisseur d’énergie.
    Pour les privilèges des gaziers et électriciens, je suis d’accord avec AlainD, faudrait faire le ménage là-dedans.
    Mais un autre point m’interpelle et je pense que l’IREF devrait y mettre sérieusement son nez.
    C’est l’application de la TVA sur une Taxe.
    Comme sont nom l’indique, la TVA consiste à taxer des biens ou services produisant de la valeur ajoutée. Ce n’est pas le cas d’une taxe. Faudrait peut-être aller voir dans les textes fondamentaux ce qu’il en est exactement car je pense que légalement il y a un problème de fond et de forme.
    Aucun média ne met ce point en avant. On a l’impression que c’est ....tabou !

  • Le 5 octobre à 15:05, par Henri En réponse à : Hausse du prix de l’énergie : le gouvernement navigue à vue

    Indépendamment de la réduction des coûts de gestion des entreprises relevant de l’électricité et du gaz qui est nécessaire, j’ai toujours pensé et souhaité que l’IREF prône le libéralisme.
    Dans ces conditions, la moindre des choses est de laisser le marché s’exprimer complètement et ne pas vouloir manipuler les prix. Cela ne relève pas du libéralisme.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière