Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Haro sur le droit à la vie privée pour les personnes non-vaccinées

Haro sur le droit à la vie privée pour les personnes non-vaccinées

mercredi 30 juin 2021, par Gabriel Collardey

Olivier Véran a annoncé avoir saisi la Cnil concernant l’identification des personnes non vaccinées auprès des médecins généralistes. Cette mesure est demandée par les médecins depuis plusieurs semaines déjà. Si l’idée peut paraître intéressante sur le papier afin de confier le soin au médecin de convaincre les réticents à la vaccination, en pratique elle pose de nombreuses questions au regard de la vie privée. Le respect de la vie privée est garanti en droit français par l’article 9 du Code civil et en droit international par l’article 8 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme. Signe que cette proposition pose question, la Cnil tarde à rendre un avis. La commission s’est, à de nombreuses reprises, montrée très protectrice sur la question de la vie privée. Pourquoi ne pas simplement laisser les médecins se renseigner auprès de leurs patients et leur montrer les avantages de la vaccination, au lieu de leur faire parvenir des listes ?

Il serait préférable que le gouvernement adopte un discours de responsabilisation et de bon sens, car les méthodes coercitives ne font que conforter les réticents à la vaccination dans leur décision. Il est clair qu’une personne a le droit de ne pas se faire vacciner, mais dans ce cas la société pourrait lui demander d’en assumer, financièrement et socialement, les conséquences.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Haro-sur-le-droit-a-la-vie-privee-pour-les-personnes-non-vaccinees

Vos commentaires

  • Le 1er juillet à 05:39, par DapDap51 En réponse à : Haro sur le droit à la vie privée pour les personnes non-vaccinées

    Dans ce cas, une personne a le droit de fumer , mais elle devrait en assumer financièrement les conséquences...
    Une personne a le droit de se faire avorter, de se droguer , etc mais elle devrait en assumer financièrement les conséquences....

  • Le 1er juillet à 06:01, par Henri de Richecour En réponse à : Haro sur le droit à la vie privée pour les personnes non-vaccinées

    Je ne comprends pas votre position sur cette histoire de vaccin. D’accord comme vous sur la liberté de chacun en matière de santé. C’est le minimum. Mais que veut dire cette phrase "dans ce cas la société pourrait lui demander d’en assumer, financièrement et socialement, les conséquences" ? Dans cette logique, il faudrait aussi demander aux fumeurs par exemple et de façon générale à tous ceux, malades, à la suite de tel ou tel comportement d’en assumer les conséquences ? On comprend la logique mais c’est une pente particulièrement glissante que vous empruntez. C’est la recette toute trouvée d’une forme de totalitarisme qui ne dit pas complétement son nom. L’IREF cautionne ceci ?
    Il me semble qu’il faudrait renverser les termes de la question. Pourquoi tant de personnes sont-elles hésitantes ? Pourquoi tant de personnes ont-elles le sentiment que la totalité de l’histoire concernant ce virus n’est pas sur la table ? Pas de complot simplement le fait qu’un certain nombre d’intérêts sont en jeu, que ceux-ci sont si importants que la tentation de l’influence est forte. Et collectivement, nous sentons bien que ces jeux d’influence ne sont pas neutres.
    Je suis autant attaché à la notion de liberté qu’à la notion de responsabilité, notamment individuelle. Ce qui suppose de prendre le risque d’une information complète et honnête. Je suis de ceux qui pensent que cette condition n’est pas remplie aujourd’hui.

  • Le 1er juillet à 06:09, par THIERRY En réponse à : Haro sur le droit à la vie privée pour les personnes non-vaccinées

    Bonjour,
    Le "vaccin" n’empêche pas d’attraper le virus du jour, de mourir (c’est LA REGLE POUR TOUS), de transmettre le virus, ... Il protégerait (ou plutôt serait susceptible de permettre d’éviter des formes graves, sans que la PREUVE de cette hypothèse ait été rapportée) ce qui est particulièrement mince et ne permet pas de discerner un avantage pour le peuple pris dans son ensemble. Ce n’est pas la peste, la lèpre ou autres ... que l’on soigne aujourd’hui.
    Ce qui est grave et condamnable est l’action du gouvernement INTERDISANT DE SOIGNER et, en pratique, réservant les soins aux seuls dirigeants comme dans tout système dictatorial.
    Réfléchissez librement !

  • Le 1er juillet à 10:04, par Michel le Rouméliote En réponse à : Haro sur le droit à la vie privée pour les personnes non-vaccinées

    Le problème est que le rapport bénéfices/risques des vaccins est plutôt flou et que les effets secondaires graves touchent prioritairement les jeunes, alors que la covid affecte les personnes âgées. Ce n’est pas la même chose si on meurt en laissant 40 années d’espérance de vie au lieu de trois mois.
    La première analyse sérieuse du bénéfices/risques des vaccins est ici : https://www.youtube.com/watch?v=IbIsH7N1KkU

  • Le 1er juillet à 10:13, par Gilles En réponse à : Haro sur le droit à la vie privée pour les personnes non-vaccinées

    Ok pour la prise en charge :
    Prix du vaccin 20 euros avec supplément en cas d’injections supplémentaires (dont l’expérimentation est peut être en phase 1) nonobstant l’hospitalisation due à la maladie ou aux potentiels futurs effets secondaires.

    Prix d’une boite d’ivermectine 8.50 euros (efficace en 3 jours).

    Les fumeurs ont largement payé en taxes sur le tabacs leurs soins de santé (il parait que le tabagisme protège du covid ;) ! Mais comment sont utilisées ces taxes .. ??

    Avis aux comptables ...

  • Le 1er juillet à 11:15, par trapp jean-marie En réponse à : Haro sur le droit à la vie privée pour les personnes non-vaccinées

    Mr Gabriel Collardey n’est certainement pas au bon endroit. Il devrait être sur BFM et toutes ces chaines propagandistes.
    je ne comprend absolument pas qu’il soit sur IREF qui, soit-disant, est là pour défendre la liberté !
    un seul point peut démonter sa démonstration. Si l’on avait à faire à un vrai vaccin, la personne vaccinée n’aurait plus rien à craindre, même des non-vaccinés (dont je fais partie), et c’est bien parce que ces gens n’ont pas confiance en leur immunité qu’ils voudraient obligé les autres.
    Juste un autre exemple : j’ai été vacciné contre la fièvre jaune. c’est une injection dont l’efficacité est garanti à vie, je peux me promener dans des lieux infectés par cette maladie sans rien risqué. Autre chose, ce vaccin n’en est toujours qu’en phase trois (donc toujours expérimental) dont les résultats ne seront connu que fin 2022 ou 2023. On ne connait absolument pas les effets à long terme et les ARS sont déjà débordées par les signalements d’effets secondaires, à tel point qu’ils ne s’occupent plus que des cas très grave.

  • Le 1er juillet à 12:11, par Gabriel IREF En réponse à : Haro sur le droit à la vie privée pour les personnes non-vaccinées

    Ici la question n’est pas tant d’imposer mais la responsabilité. Dans les états qui n’ont pas de sécurité sociales entièrement publiques, les fumeurs payent plus leur assurance maladie que les non-fumeurs car ils ont plus de risque d’être malade, cela est normal. Chacun est libre de faire ce qu’il veut sans en faire porter le poids de ses décisions sur la société.
    Quant à la vaccination, celle-ci représente la meilleure option pour éviter un nouveau confinement, il y aussi un calcul coût-bénéfice, si nous devons affronter une quatrième vague la société demandera des comptes aux non-vaccinés, la responsabilité envers nous-mêmes et les autres nous imposent de nous faire vacciner d’autant que les études aux USA et en Israël prouvent l’efficacité du vaccin sur les contaminations

  • Le 1er juillet à 13:16, par Baptiste En réponse à : Haro sur le droit à la vie privée pour les personnes non-vaccinées

    "Il est clair qu’une personne a le droit de ne pas se faire vacciner, mais dans ce cas la société pourrait lui demander d’en assumer, financièrement et socialement, les conséquences."

    Bien sûr ! En tant que libéraux on ne demande que ça depuis toujours ! Laisser nous nous assurer par nous-même et nous prendre en charge nous-même. Ça s’appelle la responsabilité individuelle et on la réclame à cor et à cri.
    Il est absolument anormal que les autres aient à payer pour nos choix, on le dit depuis toujours.
    Pour ce faire, il faut que le monopole de facto et illégal de la Sécurité sociale soit levé évidemment, puisque sinon il serait impensable qu’on cotise sans pouvoir être soigné derrière.
    Encore une fois on ne demande que ça.
    Dans un monde normal : les assurances santé pourraient effectivement exiger que leurs assurés se vaccinent, et en tant que client on pourrait décider de payer plus pour manquement à cette obligation, ou aller voir la concurrence. Bref, comme ce qu’on connaît dans le reste de notre vie.

  • Le 1er juillet à 13:40, par Gilles En réponse à : Haro sur le droit à la vie privée pour les personnes non-vaccinées

    Sur ou contre les contaminations ; serait-ce un lapsus révélateur ? Les observateurs attentifs exposent que les pics de contaminations sont souvent en corrélation et succèdent les campagnes de vaccination du covid mais également de la grippe l’automne dernier.

    Soignons la maladie avec les molécules connues et soignons le terrain comme le faisait Hypocrates plutôt que d’aller à l’encontre du moindre raisonnement scientifique et praxistique avec ces expérimentation génique et laissons le soin au personnes âgées de s’isoler et de se protéger voire de se vacciner si elle le souhaite.

    Rappelons que les 3 injections n’ont pas été expertisées !

    En l’absence de donnée sur les effets secondaire à moyen long terme et en paratnt du principe que ces thérapies expérimentales ont la faculté de motiver la création de variants il est impossible de faire un bilan prévisionnel cohérent.

    La situation actuelle et les restrictions sont basées sur deux facteurs :
    1) les lits d’hôpitaux qui ne cessent de fermer depuis 2020
    2) des tests pcr dont la plupart des spécialistes savent qu’ils sont des biais

    Quid de cette épidémie ?

  • Le 1er juillet à 17:26, par ABBAMONTE En réponse à : Haro sur le droit à la vie privée pour les personnes non-vaccinées

    M. COLLARDEY,
    Pour vacciner l’ensemble de la population adulte (52 millions de personnes) d’ici à août 2021, il faudrait injecter 577 071 doses chaque jour.
    Au rythme actuel (moyenne des 15 derniers jours), l’objectif de vacciner l’ensemble de la population adulte serait atteint le 28 octobre 2021.
    Les prédicateurs patentés qui nous informent de leur vision apocalyptique d’une 4ème vague d’assaut du covid considèrent que seuls les vaccinés seront les moins atteints ! Il suffit de regarder les chiffres de ce qui se passe en Israël et en Angleterre pour comprendre que les vaccinés sont aussi touchés.
    Pour la France, dès l’apparition de cette prétendue 4ème vague, il serait intéressant de savoir le nombre de vaccinés infectés à nouveau et le nombre des non vaccinés contaminés.
    Vous savez que les vaccins utilisés sont incomplets au niveau des phase. 2 phases sur 3 seulement.
    Pour compléter votre article, je vous propose de prendre connaissance des liens suivants :
    https://covidtracker.fr/vaccintracker/
    https://www.legavox.fr/blog/maitre-anthony-bem/droit-respect-privee-definition-conditions-16644.htm

  • Le 1er juillet à 20:11, par Cedric En réponse à : Haro sur le droit à la vie privée pour les personnes non-vaccinées

    Et les vaccinés contaminés faisant une forme grave du COVID, ils se paient leurs frais d’hospitalisation ?

  • Le 2 juillet à 21:22, par PhB En réponse à : Haro sur le droit à la vie privée pour les personnes non-vaccinées

    Réponse à Michel le Rouméliote suite à l’envoi du lien de votre vidéo éditée par l’ l’IHU.Méditérannée sur l’analyse bénéfice/risques Covid 19.
    Personnellement j’ai trouvé ces 16 minutes très claires et intéressantes et ainsi j’ai transmis le lien de cette vidéo à plusieurs médecins de ma connaissance.
    J’ai eu une réponse d’un Urgentiste qui est également Ingénieur ( un Ingénieur qui a enfilé ensuite sa médecine dans les années 80).
    J’avais donné pour consigne de ne se tenir qu’aux faits énoncés et ne pas se laisser influencer par le "cadre" de cette institution un peu "sulfureuse".
    Réponse de Christian G : Urgentiste à Strasbourg (il m’a chargé de faire circuler)

    Je pense que c’est encore une "raoulterie". L’IHU de Marseille est complètement disqualifié par son dirigeant ! Des rigolos qui n’ont pas le début d’une méthodologie sérieuse. Et quand cette dame qui est MCU-PH voudra devenir PU-PH, à qui elle le devra ? Hmm ? Allons donc...

    L’institut Pasteur (qui ne vend pas de vaccins anti-COVID) a démontré que les personnes vaccinées transmettent 12 x moins la maladie que les non-vaccinés. On est en pandémie ou pas ?

    Tout comme la tuberculose, la diphtérie, et à fortiori le tétanos qui n’est pas contagieux, je suis définitivement favorable à rendre la vaccination anti-Covid obligatoire pour toute la population, et d’appliquer une lourde taxe aux antis-vaccins visant à leur faire payer la part de la dette économique et le surcoût des soins COVID qu’ils ont généré, à partir du moment où ils avaient la possibilité de se faire immuniser et qu’ils ne l’ont pas fait. Contaminateurs/générateurs de dépenses = payeurs.

    Et appliquer un ticket modérateur dissuasif à ceux qui vont utiliser les structures sanitaires lorsqu’ils ont contracté le Covid alors qu’ils n’étaient pas vaccinés et qu’ils auraient pu l’être (dérogation possible, mais médicalement motivée et justifiée par écrit pour des motifs sérieux et légitimes, par une commission de médecins et non le seul médecin traitant).

    Judiciarisation systématique avec peines plancher pour les porteurs de fake-news sanitaires, journalistes compris.

    Tu peux transmettre à tous ceux que tu as voulu influencer négativement...

  • Le 3 juillet à 09:32, par orilou En réponse à : Haro sur le droit à la vie privée pour les personnes non-vaccinées

    Polémiques consternantes où le mot "LIBERTE" est très souvent utilisé. De quelle liberté parle-t-on ? Pour qui ? Se pose-t-on la question de savoir si les locataires des EHPAD, les patients des hôpitaux sont ou non informés du fait qu’une partie du personnel censé les soigner est ou non vacciné et s’ils sont d’accord avec cela ? Les variants ont toujours existé... sauf que personne n’en parlait. Chaque année pour tenir compte de nouveaux virus, la formulation des vaccins contre la grippe est modifiée... avec le risque d’en "louper" un s’il se révèle trop tard. N’empêche que le vaccin a mis fin aux mortelles pandémies de grippe.
    Au fait : peut-être les patients ont-ils aussi un droit : celui de refuser d’être soignés par un personnel non vacciné ! Le secteur libéral semble l’avoir compris.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière