Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Expérimentation animale : l’Europe se tire (encore !) une balle dans le (...)

Expérimentation animale : l’Europe se tire (encore !) une balle dans le pied

mercredi 27 octobre 2021, par Nicolas Lecaussin

Les députés européens aiment les animaux. Un peu trop. Le 16 septembre 2021, le Parlement européen a approuvé à une quasi-unanimité (667 voix pour, 4 contre et 0 abstention) une résolution visant à accélérer le passage à une innovation sans recours aux animaux dans la recherche, les tests réglementaires et l’enseignement. Autrement dit, ce texte appelle à mettre fin à l’expérimentation animale dans l’Union européenne.

Il suffirait pour atteindre cet objectif ambitieux d’imposer des contraintes réglementaires accrues sur l’expérimentation animale. Les députés cèdent ainsi aux pressions des mouvement écologistes, végan et autres qui sont derrière l’initiative Stop Vivisection. La communauté scientifique a réfuté les accusations concernant la recherche sur les animaux qui n’a rien à voir avec la vivisection et a rappelé les apports de l’expérimentation animale en matière de technologies médicales : vaccination, greffes de tissus, techniques de contraception et de fécondation in vitro, thérapies permettant de traiter le diabète, les allergies, les maladies auto-immunes, les maladies neurodégénératives et les cancers. L’Europe est la seule à vouloir prendre cette mesure dont les conséquences sur la recherche et l’innovation médicales seront désastreuses.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Experimentation-animale-l-Europe-se-tire-encore-une-balle-dans-le-pied

Vos commentaires

  • Le 28 octobre à 01:41, par Py Isabelle En réponse à : Expérimentation animale : l’Europe se tire (encore !) une balle dans le pied

    Je pense qu’il existe des solutions alternatives aux expériences sur les animaux et je ne peux que me réjouir de la résolution de mettre fin à l’expérimentation animale

  • Le 28 octobre à 07:53, par thibault colcombet En réponse à : Expérimentation animale : l’Europe se tire (encore !) une balle dans le pied

    Mais enfin Nicolas, où est le mal à ne plus vouloir se comporter comme des monstres ?
    Dieu nous a demandé de prendre soin des autres espèces.
    Il n’aurait jamais accepté ces conditions d’extermination massive.
    Entre la fécondation et la mise en mort, c’est le chemin le plus court. Les animaux ne verront jamais le jour, seront entassés les uns sur les autres, ne pourront jamais dormir (lumières allumées 24/24h), et seront exécutés dès que possible (3 mois pour les volailles).
    Alors que chacun qui a une poule dans son jardin, voit toute l’affectuosité de cet animal qui recherche notre présence pour être protégé, pour l’on prenne soin d’elle...
    Et nous voudrions les torturer jusque la mort...
    Un beagle enfermé toute se vie pour des tests... Non mais ca ne va pas bien !
    Ce n’est plus supportable.
    Mais maintenant grâce à L124, nous ne pouvons plus dire que nous ne savons plus.
    Et si Dieu ne nous jugera pas... Nous sommes capables de nous juger nous-mêmes...

  • Le 28 octobre à 09:20, par Nicolas Lecaussin En réponse à : Expérimentation animale : l’Europe se tire (encore !) une balle dans le pied

    Sauver la vie des êtres humains grâce aux expérimentations animales ne veut pas dire qu’on est de monstres. Au contraire.
    Cordialement,
    Nicolas Lecaussin

  • Le 29 octobre à 10:31, par Dudufe En réponse à : Expérimentation animale : l’Europe se tire (encore !) une balle dans le pied

    L’UE est plus efficace à distribuer des milliards en aides de pré-adhésion (entre autres 6 milliards à la Turquie) qu’à créer des lois intelligentes et utiles .

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière