Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Éric Zemmour : le trublion de la scène politique et journalistique

Éric Zemmour : le trublion de la scène politique et journalistique

vendredi 10 septembre 2021, par Gabriel Collardey

Candidat ou pas candidat ? Politique ou pas politique ? Ces deux questions n’amènent pas de réponse franche au regard des éléments tangibles dont nous disposons. Pourtant, le CSA a, lui, tranché en demandant aux médias de décompter le temps de parole d’Éric Zemmour. Curieuse décision tant celui-ci n’est ni un politique (il n’appartient à aucun parti et n’a aucune fonction élective) ni candidat déclaré, même si les rumeurs disent le contraire. La décision de l’instance de régulation est fragile juridiquement et témoigne d’une certaine frilosité au sein du gouvernement et de l’administration face à un homme apprécié par une partie des Français, les audiences de son émission le prouvent.

Le décompte devrait être relativement simple tant Éric Zemmour a été déclaré persona non grata par les différentes chaînes télévisuelles et radiophoniques. CNEWS a annoncé maintenir en l’état son émission Face à l’info. Le chroniqueur et ses avocats réfléchissent à la possibilité de déposer un référé devant le Conseil d’État pour contester la décision du CSA. A mesure que l’hypothèse Zemmour se fait de plus en plus prégnante, toute la classe politique et médiatique semble prendre peur. Les derniers sondages le créditent de 7 à 8,5% des intentions de vote. S’il se déclare candidat les médias de tous bords devront lui consacrer un temps d’antenne, autant dire que le politiquement correct va en prendre un coup.

Assurément, Zemmour n’est pas candidat mais comme tout bon candidat potentiel, il a préparé un livre à paraître d’ici peu… La France n’a pas dit son dernier mot. Le Figaro en livre quelques extraits truculents : Zemmour y fait du Zemmour, tout en tentant de se façonner une carrure de présidentiable. Il y déclare qu’Emmanuel Macron aurait été intéressé par ses idées sur l’immigration. Il y dénonce les ravages du socialisme sur la culture française. Certaines de ses idées devraient peser dans le débat de la campagne, la démocratie en a besoin ! Mais ses idées économiques sont faibles, il demeure un grand étatiste.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Eric-Zemmour-le-trublion-de-la-scene-politique-et-journalistique

Vos commentaires

  • Le 11 septembre à 05:50, par Martinie En réponse à : Éric Zemmour : le trublion de la scène politique et journalistique

    Votre article est objectif et sa conclusion en porte le sceau
    C’est d’ailleurs mon unique regret sur le personnage même s’il faut bien admettre que l’incurie, le démagogue et le capitalisme de connivence des dirigeants politiques depuis 50 ans ( un arrondi, je le concède) ont conduit le pays dans une situation tellement délabrée sur tous les plans qu’une politique libérale (au sens cristallin cad celui de Frédéric Bastiat) n’est plus en capacité de mener les réformes structurelles et institutionnelles indispensables.
    Pour épargner à notre peuple les épreuves et les morts de la guerre civile et religieuse, qui sourde un peu plus chaque jour, il faudra passer par un pouvoir régalien rétabli d’une main de fer.
    Nous sommes effectivement « à la croisée des chemins » mais pour moi, c’est un signe d’espoir car « Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse ».
    On ne réforme plus des comportements et encore moins un système éducatif à l’abandon depuis le milieu des années 70 : cessons « les bons sentiments » !

  • Le 11 septembre à 05:59, par jeanj En réponse à : Éric Zemmour : le trublion de la scène politique et journalistique

    << Celui qui dit la verite, il doit etre execute.....>>>

    CSA....CACA ...une fois de plus !!!!

  • Le 11 septembre à 07:02, par BEAU En réponse à : Éric Zemmour : le trublion de la scène politique et journalistique

    Bien que l’on ne soit pas obligé de partager les analyses et commentaires de Zemmour sur l’actualité dans le sens le plus large du terme, reconnaissons que nous apprenons beaucoup à l’écouter mais il dérange...
    Pourquoi le CSA s’apprête t il à le sanctionner lui et pas les autres (candidats éventuels) tel les écolos ou Anne Hidalgo "si on mettait tous ces incapables sur orbite ils n’arrêteraient pas de tourner". En fait je crains que nous glissions progressivement vers une forme contemporaine de dictature et notre pays est en grand danger.

  • Le 11 septembre à 09:27, par Antoine Roché En réponse à : Éric Zemmour : le trublion de la scène politique et journalistique

    Eric Zemmour est fasciné par l’âge d’or de la France. Il n’a pas compris que c’est précisément à cause du poids de l’Etat, que cet âge d’or n’a duré que de Richelieu à Napoléon, au contraire de l’âge d’or britannique d’Elizabeth 1ère à Churchill.

    Néanmoins Zemmour a compris que la 1ère cause du déclin français et européen est justement la "construction européenne" qui est avant tout "un Socialisme inter-ethnique" consacré par les "droits-créances sociaux", accessibles à tout migrant, mais payables par les seuls résidents, dont les autochtones, jamais consultés sur ces transferts sociaux, saut en 2005 où les français les ont rejetés.

    En France, le tiers des dépense de l’Etat sont dirigées vers le Social, et alloué principalement à des bénéficiaires migrants, immigrés de fraîche date et à leurs lignées. A contrario les autochtones fournissent l’essentiel des contributions. (Il y a bien entendu des exceptions et des contre-exemples à cette tendance).

    S’il il y a un avenir pour les français autochtones, il est nécessaire qu’ils soient solidaires entre eux. Cela se nomme une COMMUNAUTé, fondée sur une IDENTITé. Ce principe est contraire à l’universalisme de l’ONU, de l’UE (l’Etat Masstrichien" comme le nomme Michel Onfray). Universalisme social fondateur des IVe et Ve Républiques et de notre Sécu.

    Identitaire, Zemmour l’est assurément. C’est pour cette raison qu’il est révolutionnaire.

    1945 a ouvert une page de VERITé. Sur les crimes de guerre, les génocides perpétrés par les Gouvernements au moyen des Etats et de leurs Armées.

    1948-1950 ONU-DUDH et CEDH ont ouvert une page de mensonges : les identités et les souverainetés seraient la cause des crimes contre l’Humanité. C’est faux du point de vue des faits, ou alors il faut le démontrer. C’est sur cette erreur de lecture de l’Histoire, que s’est construite l’Union européenne. Un universalisme qui nie l’héritage des peuples européens - leur propre pays - et qui spolie les citoyens autochtones au profit des migrants.

    Comme Zemmour le dit, il n’est pas le seul, nous sommes colonisés. Ces flux coloniaux surpassent la natalité autochtone. Cette invasion profite à ses initiateurs : multi-nationales, Patronat (Grande Distribution, Hôtellerie-Restauration, sécurité, voirie, nettoyage), secteur social et Santé, Administrations, Avocats, politiciens.

    L’évolution des demandes des immigrés va croissante : 1960 travailler, 1970 regroupements familial, 1980 visas, régularisations 1990 égalité en droits, 2000 discrimination "positive", Logement social, 2010 halal, 2020 loi coranique...

  • Le 11 septembre à 15:45, par montesquieu En réponse à : Éric Zemmour : le trublion de la scène politique et journalistique

    Ce décompte est un abus de pouvoir pur et simple et une preuve de plus que nous allons tout droit vers une république des juges même si le CSA est autre chose qu’une instance judiciaire ou administrative classiques. Peu importe qu’il s’agisse de Zemmour ou d’un autre même si bien sur la coloration du CSA apparait en toute lumière. En outre, le droit d’expression est ici bafoué. Quid si Zemmour n’est pas candidat à la Présidentielle ce qui serait plus sage de sa part ? Quid des journalistes dont on connait les idées de gauche, du centre ou d’ailleurs ? Faudra-t-il un Fouquier-Tinville avant que le pays se réveille et accueille un nouveau Bonaparte pour remettre les choses dans le bon sens ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière