Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de (...)

En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

dimanche 11 juillet 2021, par Nicolas Lecaussin

Tous les moyens sont bons pour les Antivax. De la propagation massive (et très habile) des fausses rumeurs jusqu’au trucage des chiffres. L’une des dernières trouvailles est le nombre – plusieurs centaines – de personnes vaccinées qui seraient devenues… aveugles. Le « scoop » était même attribué à… l’Agence européenne des médicaments ! D’autres opposants à la vaccination ne vont pas si loin dans leur « argumentaire ». Ils préfèrent invoquer la liberté individuelle et la possibilité de choisir. A l’IREF, nous sommes, bien entendu, très attachés à ces principes. Mais aussi à un autre : la responsabilité. C’est la base du libéralisme. Le non-vacciné doit assumer son choix et ne pas mettre en danger les autres.

De plus, pourquoi le refus de la vaccination serait-il un acte de courage ? Voire d’héroïsme pour certains. Clamer haut et fort qu’on ne se vaccine pas et, en même temps, insulter le ministre Olivier Véran ne ressemble pas vraiment à un grand exploit. Déjà, la vaccination obligatoire existe en France (et dans les autres pays) pour au moins une dizaine de vaccins. Ensuite, invoquer un complot mondial (de la part de qui ?) autour du Covid et de son vaccin alors que tous les pays, de la Suisse au Canada, des États-Unis à l’Allemagne et de l’Australie à la Russie, vaccinent leur population, c’est faire passer l’organisation « Le Spectre » de la série des James Bond pour un groupe de bras cassés. Alors qu’on voit clairement que le virus mute et qu’il n’y a pas encore de traitement efficace, et que la vaccination est la seule solution à même d’éviter les cas graves et les décès, l’opposition au vaccin n’a vraiment rien d’un acte de bravoure.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/En-quoi-le-fait-de-refuser-de-se-faire-vacciner-serait-il-un-acte-de-resistance

Vos commentaires

  • Le 12 juillet à 02:37, par Yves Montenay En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    Bravo !
    Il était urgent de réagir !

  • Le 12 juillet à 05:51, par Baptiste En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    Pour la énième fois : vous comprenez qu’un acte médical est personnel et relève d’une balance bénéfice-risque individuelle ? Et que pour une très large part de la population cette balance est défavorable ?
    Et vous comprenez le principe : mon corps mon choix ?
    Et vous voyez les effets secondaires monumentaux de ces vaccins ? (troubles cardiaques à gogo pour les hommes jeunes ce qui est reconnu par les instances sanitaires officielles)

    La vérité c’est que vous vous êtes fait vacciner à la légère, que vous regrettez votre choix, et que donc vous voulez que tout le monde sombre avec vous (raisonnement socialiste). Voilà.

  • Le 12 juillet à 06:04, par Nicolas Lecaussin En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    pour la énième fois : "mon corps, mon choix" si vous voulez vendre vos organes ! Mais ne demandez de l’aide si le corps ne fonctionne plus correctement ! Il ne s’agit pas de ça ici mais de "responsabilité" qui est la base du libéralisme ! "Troubles à gogo" ??? Sur 3 milliards de doses !! En Israël (67 % de la population complètement vaccinée), on est à 1 mort depuis un mois ! Soyons sérieux
    NL

  • Le 12 juillet à 06:24, par Dr es Sc En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    Je regrette que vous n ayez pas le courage de publier mon commentaire
    L’ IREF serait il un comité de pleureurs qui n ont qu un seul sujet de complainte "nous payons trop d impôts " !

  • Le 12 juillet à 06:34, par Durand En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    Bonjour,
    tout d’abord, je vous précise que je suis vacciné.
    Mais l’affirmation selon laquelle "la vaccination est la seule solution à même d’éviter les cas graves et les décès" n’est pas valide.
    Les chiffres sur le sujet, de même que toutes les informations depuis le début de cette épidémie, ne sont pas facilement accessibles, et il semble que l’immunité conférée par les vaccins (qui ne sont pas tous de la même technologie) ne soit pas si fameuse.
    Même le concept de vaccination "altruiste" est à discuter : il semble que le principal effet serait plutôt de réduire la grabvité des cas, plutôt que de rendre les vaccinés "non contaminants".
    Le libre choix en la matière me semble donc encore la posititon la plus raisonnable.
    Cordialement

  • Le 12 juillet à 06:56, par Agathe En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    En général, je suis pour les vaccinations. Mes enfants et moi même sommes vaccinés.
    En ce qui concerne la vaccination contre la Covid, je suis contre car je n’ai pas le choix du vaccin. L’Etat nous impose des vaccins de son choix ,qui de plus, sont des vaccins non aboutis.
    Des vaccins en cours d’ AMM.
    Je veux bien être vaccinée avec un vaccin que je choisirai, entre tous les vaccins mis sur le marché , y compris les vaccins russe ou chinois qui me paraissent moins nocifs dans la balance risque.

  • Le 12 juillet à 07:08, par Bernard En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    La Responsabilité n’est pas d’imposer SA vérité, mais de rechercher LA vérité.
    Affirmer que la vaccination est la SEULE solution est un déni d’autres médecines. Surtout lorsqu’il est question de "variants", donc de l’évolution du "vivant".
    Je vous invite à relire l’article que votre Institue a publié ce jour à bon escient "vers une société à risque zéro".
    Bien à vous

  • Le 12 juillet à 07:12, par Henri de Richecour En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    Je ne comprends pas... que l’on soit favorable à CE vaccin ou pas, pourquoi faut-il s’énerver à ce sujet ? Pourquoi faut-il jeter l’anathème sur ceux qui hésitent ou à tout le moins demandent à voir (la sortie de M Kouchner étant le pompon... "déserteur" ... à quand une "étoile jaune" tant qu’on y est...) ?
    Il y a des arguments en faveur de ce vaccin pour une catégorie de la population (ceux à risque fonction des caractéristiques de la maladie) assurément. Mais l’IMPOSER à tous ? Au nom de quoi, sachant que la maladie n’est que très partiellement comprise et partant que la solution (le vaccin) ne peut pas être totalement maitrisé à ce stade ? Ce n’est pas sérieux et les arguments d’autorité ne peuvent que renforcer ceux qui doutent et qui légitimement se demandent ce que cache cette stratégie. C’est mon cas. J’ai bien compris que pour continuer à pratiquer toutes nos incuries et autres hystéries passées se vacciner était nécessaire. Précisément, sur un certain nombre de sujets, il serait bon de mettre sur pause certains délires collectifs.
    Il faudra donc présenter d’autres arguments pour me convaincre. Celui d’autorité étant un repoussoir clair et assurément pas "libéral".
    Quant à la responsabilité qui va avec, je l’assume. Mais cette responsabilité n’a rien à voir avec l’exclusion demandée par certains, notamment en matière de soins. Cette responsabilité nécessaire suppose de gérer sa santé et ses relations aux autres. Pas d’être exclu de certains soins ou alors on fait pareil avec tous ceux qui mettent leurs vies en "danger" : sports dangereux, fréquentation de grands rassemblements, tabac, excès divers, etc... la prohibition dans les grandes largeurs en d’autres termes.... pas très libéral non plus !

  • Le 12 juillet à 07:14, par YM En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    Bonjour,
    Saisissez-vous la subtilité entre :
    1) Tous les moyens sont bons pour LES Antivax.
    2) Tous les moyens sont bons pour DES Antivax.
    Amalgame, injonction... Tout cela n’est pas très pédagogique. Je ne pense pas que vous ayez développé beaucoup d’arguments susceptibles d’amener des antivaccins à se faire vacciner dans votre post. Peut-être même les avez-vous conforté dans leur position.
    Sans être affranchi de tout dogmatisme, l’IREF fait généralement mieux.
    Cordialement
    YM

  • Le 12 juillet à 07:43, par Pierre En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    Monsieur Lecaussin, vous dites : "Tous les moyens sont bons pour les Antivax. De la propagation massive (et très habile) des fausses rumeurs jusqu’au trucage des chiffres", vous ne croyez pas que le gouvernement en fait autant lorsqu’il affirme que c’est aussi protéger les autres ? il est annoncé par les mêmes personnes que les vaccinés restent contagieux. Une vraie intoxication télévisuelle. Pourquoi n’est-il pas dit que les "autorités" ont refusée dans un premier temps l’autorisation à l’institut Pasteur de Lille une autorisation d’essai sur un médicament ? Tout simplement parce que le vaccin est autorisé à titre conditionnel et que si un médicament efficace est trouvé, plus de vaccins ! Quels intérêts vont au dirigeants pour une telle mesure ? Il est vrai que l’OMS est en partie financée par le lobby pharmaceutique, qu’elle vient de supprimer habilement de sont site !
    Que de mensonges de tous les cotés même de l’IREFF ....

  • Le 12 juillet à 08:25, par Nicolas Lecaussin En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    Désolé, mais nous ne pouvons pas publier des messages sur des soi-disant traitements ..
    Cordialement,
    NL

  • Le 12 juillet à 08:29, par Teisserenc En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    M. Bastide,
    Je vous invite à vous rendre au sein de quelques tribus primitives en Afrique qui ignorent tout des vaccins.
    Une effroyable mortalité mais compensée par l’étonnante résistance des survivants.
    Alors vous avez raison : pas de vaccins en France et quarante millions de morts, mais trente millions restants beaux et forts, tout comme vous, inaccessibles aux maladies.
    Et d’un coup on règle le problème du surpeuplement du globe et l’humanité repartira vers de nouveaux exploits, guerres, massacres et la suite.

  • Le 12 juillet à 08:35, par Nicolas Lecaussin En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    Cher Monsieur, tous les gouvernements au monde ont-ils menti ? J’avoue que je n’y crois pas une seconde. Israël a-t-il menti à sa population pour la faire vacciner ?? Soyons sériex...
    Bien à vous

  • Le 12 juillet à 08:39, par Nicolas Lecaussin En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    Attention ! Je n’écris nulle part que la vaccination devrait être obligatoire ! Je m’étonne de tout ce qui circule autour des vaccins alors que tous les pays sont en train de vacciner à tour de bras... Sont-ils tous idiots et inconscients ?
    Bien cordialement,
    NL

  • Le 12 juillet à 08:44, par Nicolas Lecaussin En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    Ce n’est pas le but de cette pendule de convaincre les anti-vaccins. C’est juste pour montrer l’étonnement à l’égard de ce que circule sur les vaccins alors que tous les pays du monde vaccinent.
    Cordialement,
    NL

  • Le 12 juillet à 10:26, par PhB En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    Mon témoignage
    Je ne suis pas contre les vaccins ; mais pas pour le n’importe quoi et n’importe comment !
    J’ai pu bénéficié étant gamin de celui contre la Polio qui sévissait bien fin des années 50. A l’époque nous n’étions pas submergé de vaccins comme les bambins d’aujourd’hui et nous étions en bonne santé.
    J’ai aussi eu le BCG à 12 ans, à l’école, auquel je réagissais encore fortement quand j’étais à l’Armée en 1978 où, suite à un cas de tuberculose dans la Compagnie, nous sommes tous passés aux tests.
    Là-bas on nous a imposé le DTTAB que j’ai continué à faire dans le civil par conviction (et simplification).
    Toutes les maladies infantiles habituelles, j’y ai eu à peu près droit, comme la plupart des gamins de l’époque. Dans notre fratrie de six, ça se transmettait infailliblement.
    J’ai un terrain allergique assez sévère et un terrain asthmatique sous traitement de fond, qui
    m’a amené à mon adolescence pendant de longues années, à faire des séances de désensibilisation, par piqûres. Cerise sur le gâteau, j’ai eu droit à une hémiplégie temporaire en 2004 suite à un AVC ischémique, m’ayant juste laissé une petite faiblesse musculaire à gauche et quelques troubles de l’équilibre.
    Par contre à 66 ans, je ne suis pratiquement jamais malade et ne vais chez les médecins que dans le cadre de mon suivi médical. Il y a quelques années suite à la disparition du fameux DTTAB, mon médecin m’a proposé REPEVAX dans lequel se trouvent des adjuvants à l’aluminium. Ca ne m’a pas plus, mais j’ai accepté. Par contre, pour l’instant je ne me fais pas vacciner contre la grippe, mon organisme semblant bien résister à ces agressions saisonnières.
    Contre la Covid-19, vu mon profil, j’ai enfin réussi à convaincre mon généraliste à faire un test de dépistage allergique pour les dérivés au Polyéthylène Glycol utilisés dans les vaccins à ARN messagers (le Astra Zeneca ne m’étant pas conseillé).
    Les laboratoires CERBA ont exprès commercialisé un kit dans ce but, pas par philanthropie : donc il y a de la demande !
    Je devrai patienter jusqu’au 17 août pour enfin pouvoir, si c’est bon, programmer ma première injection en ayant éliminé un risque potentiel dans mon cas.
    Ayant pris beaucoup les transports en commun au début de la pandémie sans masque, je serais même favorable de faire un test sérologique avant ma première injection, histoire de voir si par hasard, je ne ferais pas partie des 20 à 25% de la population concernée par un contact avec le virus sans le savoir.
    Cette mesure permettrait d’éviter à toute cette frange de la population une seconde injection non nécessaire et pourrait leur supprimer aussi une réaction désagréable à la seconde injection.
    Ce témoignage montre que chacun est un cas particulier et peut se prendre en main de façon responsable. Je pense que le gouvernement réagit dans l’urgence sans trop savoir quoi faire, se fait conseiller pas toujours par les bonnes personnes. Il n’est pas assez à l’écoute des médecins sur le terrain de tous les jours.
    Il veut surtout éviter la quatrième vague pour des rasions PUREMENT ECONOMIQUES car l’occupation des lits en hôpital ne cesse de se réduire.
    Il ne fait que braquer encore plus les 35% à 45% de récalcitrants qui vont pour certains abandonner leur profession de santé et pour l’ensemble, cesser de consommer.
    On a rouvert les restaurants et on empêche les non vaccinés d’y aller !
    PhB

  • Le 12 juillet à 10:58, par Dr Guy André Pelouze En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    Il est nécessaire de rappeler que toute liberté ne commence que quand la responsabilité attachée a été assumée.
    Ainsi le débat est plus clair.
    1/ Refuser l’isolement de deux semaines quand on est positif ou cas contact relève de l’inversion de la hiérarchie entre responsabilité et liberté.
    2/ Refuser, si on n’a pas été immunisé par la maladie, de se faire vacciner est une lourde responsabilité dans une pandémie a 2% de mortalité. C’est pour certaines professions, à mon avis, une raison suffisante pour écarter ces personnes de tout contact avec des immunofragiles. À ce sujet la médecine du travail est loin de remplir ses obligations alors qu’elle n’hésite pas à prendre en compte d’autres risques bien plus faibles voire hypothétiques.
    3/ l’obligation vaccinale n’est pas la solution dans un tel climat de défiance. Pour autant l’économie a besoin de sécurité pour éviter d’être acculé à des mesures de confinement. En revanche le pass immunitaire permet de laisser fonctionner l’économie et de respecter la liberté de ne pas de vacciner, en dehors des professions ou la transmission est inacceptable.
    4/ les commentaires illustrent bien un point capital : le recul de la rationalité scientifique est considérable et concomitamment l’incroyable progression des nouvelles les plus farfelues.
    5/ l’état et la médecine d’état des dignitaires nommés à vie ont fait un énorme loupé. Pas d’organisation sanitaire, chaos scientifique ou seul Pasteur a tenu la route, échec massif des essais cliniques, diffusion de fausses nouvelles et fraudes académiques…
    Cette pandémie est une fantastique leçon où l’état n’a rien appris. On peut légitimement se demander si ils seraient capables d’éviter ne serait ce que 10% de la mortalité en cas de nouvelle pandémie.
    Oui le refus de la vaccination est tout sauf un acte héroïque.

  • Le 12 juillet à 12:24, par Dominique GAYET En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    Bonjour,
    Il est regrettable que vous utilisiez les mêmes termes que les "contre" pour justifiez soit disant une prise de responsabilité à l’égard de la collectivité. Votre avis, très personnel, qui rejoint l’assommante médiatisation gouvernementale pour le vaccin n’est pas assez objectif pour être entendu, en effet vous faites un raccourci inouï en omettant les errances et mensonges depuis 01/2020 de ce gouvernement et ministres de la santé, votre avis repose sur ces mêmes mensonges sans l’étayer par des chiffres exhaustifs (contamination, hospitalisation vaccinés et non vaccinés, traitements efficaces, ...) vous omettez également de citer les pays qui s’en sortent très bien avec les traitements que vous dites ne pas exister. Vous noterez que toutes les personnes décédées après vaccin avaient toutes soit disant un problème, même les bien portantes... Le procès du Médiateur n’est pas si loin ou moins de morts (93) que cette vaccination déclenchait à juste titre l’indignation. L’ AUTORITÉ SANITAIRE SAVAIT (ANSM et AFM)

  • Le 12 juillet à 12:27, par Nicolas Lecaussin En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    On a été parmi les premiers à parler des errances du gouvernement et à critiquer Macron ! Mais là il s’agit de 3 milliards de vaccinés et de tous les pays du monde....pas seulement de la France ! Seraient-ils tous idiots ?
    Cordialement,
    NL

  • Le 12 juillet à 13:22, par dupont En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    bonjour
    Il faudrait expliquer le principe de la technologie ARN... et mettre à disposition des candidats
    la notice d’utilisation et composition du vaccin injecté.

  • Le 12 juillet à 13:26, par Tambouyamémé En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    Monsieur Lecaussin,

    Au-delà des signes manifestes d’incompétence de nos gouvernants, déjà maintes fois pointés par l’IREF, l’absence — interdiction ? mystérieuse — de traitements, jointe à l’interdiction faite aux médecins de traiter leur patients comme bon leur semble, vous brandissez désormais le non argument numéro un :

    - "tous les pays (dignes de ce nom) vaccinent majoritairement leur population, et les réfractaires mettent les autres en danger", permettez-moi de vous signaler que 12% au maximum de la population mondiale (moins d’un milliard) est vaccinée à ce jour, 12 juillet 2021.

    La vaccination reste donc un acte marginal, et la population mondiale reste donc essentiellement à l’écart de cette grande opération marketing.

    S’agissant d’une tambouille à géométrie variable (le changement de discours, en fonction des différents vaccins et des différents variants n’est même pas digne d’un honnête charlatan), et de substance qui ne bénéficient même pas d’une AMM en bonne et due forme, il est possible, et même souhaitable, que certains citoyens s’en détournent et choisissent le risque qui leur convient le mieux.

    Il s’agit là d’une liberté élémentaire, et essentielle.

    Il parait difficile de critiquer sans cesse l’action de l’état, pour ensuite promouvoir son intervention dans la sphère la plus intime (le corps humain), au nom d’intérêt commerciaux (reprise économique). Votre postulat relève d’une forme de démence, qui signe bien le niveau de déliquescence atteint dans ce monde, et dont nous paraissons malheureusement encore assez loin d’avoir atteint les limites.

    Respectez les libertés, et cessez de confondre les causes et les effets !

  • Le 12 juillet à 13:26, par Henri En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    A ce jour, le vaccin n’est pas obligatoire ; Personnellement, je souhaite qu’il le soit au minimum pour toutes les populations, qui par leur profession, sont en contact avec le public.
    Mais en attendant il me semble que le pass VACCINAL devrait être imposé pour tous ceux qui souhaitent se rendre dans un lieu public.
    De plus, je ne souhaite pas payer des tests pour ceux qui pourraient se faire vacciner et préfèrent se faire tester régulièrement.
    Cordialement,

  • Le 12 juillet à 13:37, par PICOT En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    Mr Lecaussin il y a quelque chose que vous ignorez, volontairement ou pas. Ces Vaccins contre le Covid 19 sont EXPÉRIMENTAUX à double titre. 1- La mise au point d’un vaccin ou médicament nécessite plusieurs années : d’abord sur l’animal, ensuite sur l’humain phases 1,2,3 et 4 (cette dernière après l’AMM). La phase 3 dure normalement 4 à 5 ans, elle a été brûlée, et ceux qui se font vacciner actuellement sont des volontaires, plus ou moins bien informés, pour la phase 3. Ils sont en observation, selon les dires du labo Pfizer lui même, jusqu’en 2023. Pour l’heure il y a 30% d’effets secondaires plus ou moins graves ce qui est inhabituel. 2- Cette technique ARNm ou ADN n’a jamais été utilisée chez l’homme (en tant que vaccin) et nous n’avons donc AUCUN recul, aucune idée sur des effets indésirables possibles dans un an, 5 ans, 1O ans, voire plus. Les vétérinaires qui l’utilisent chez les animaux diraient que ça ne marche pas. Je suis régulièrement vacciné (grippe, Hépatite B, etc..) mais il hors de question que je me fasse injecter ces produits qui peuvent être très bénéfiques, mais aussi très dangereux, et pour l’instant nous n’en savons strictement rien malgré le bourrage de crâne qui essaye de nous faire croire le contraire. Ce forcing vaccinal pour une maladie qui ne tue même pas une personne sur mille est hautement suspect, nous ne sommes pas face à la peste ou au virus Ebola, là ce serait peut être justifié. Tous les pays vaccinent à tour de bras et on nous assure qu’il n’y a pas de traitement ?!? Rien que cela devrait nous rendre méfiants.

  • Le 12 juillet à 13:58, par Nicolas Lecaussin En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    Donc, c’est un complot mondial pour nous faire tous vacciner ? J’avoue que ça me laisse un peu (plus) perplexe)...Et que je n’y crois pas vraiment..
    Cordialement,

  • Le 12 juillet à 16:45, par Henri de Richecour En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    Je ne suis pas un fan de la théorie du complot qui, en effet, ne me paraît pas avoir beaucoup de sens. En revanche, il y a indubitablement convergence d’intérêt de nombreux acteurs économiques qui ont besoin d’activité à tout prix (en soi, ce n’est pas en choquant mais les moyens utilisés parfois peuvent l’être) et d’états désorganisés, endettés, dont les dirigeants sont paralysés à l’idée d’être mis en cause sur ces questions sanitaires. Pour ces dirigeants il est objectivement plus facile de répondre par la solution du vaccin qui a le grand mérite de grandement différer les éventuelles conséquences ... dans 5 ou 10 ans, il y aura un autre dirigeant par la magie des systèmes démocratiques. Ne soyons ni naïfs ni parano sur ces réalités. Le système démocratique a beaucoup d’avantages. Comme tout système humain, il a des inconvénients. Il est légitime pour chacun de nous d’en prendre conscience et par conséquent d’en tirer les conséquences quant aux mérites des solutions proposées. Ni plus ni moins.

  • Le 13 juillet à 08:58, par Obeguyx En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    Que de proses et d’échanges !!! Un fait est certain et non équivoque : il n’y a plus de confiance, d’un bord comme de l’autre. On a, à nouveau, jeté le mot de "pédagogie" dans le débat et il en sort un fouillis monstre qui ne fait rien avancer (comme d’habitude). Si la rigueur la plus élémentaire était de mise, tous ces débats n’auraient pas lieu. Avez-vous déjà vu ou vécu une chaîne d’incorporation et de vaccination militaire ?. Comment peut-on se chamailler pour une maladie aussi peu létale ?. Lorsque les grands défis meurtriers vont débarquer, que ferez-vous avec vos débats de caniveaux ?. Dans mon entourage, beaucoup de gens sont tétanisés par autant de bêtise, d’ignorance, d’irrespect, d’orgueil, de vanité et j’en passe. Une question : "Vous redescendez tous sur terre quand ?".

  • Le 18 juillet à 05:20, par Pierre-Ernest En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    Le droit de ne pas être vacciné me semble être aussi le droit de contaminer les autres.
    C’est un droit qui me parait excessif.
    "Mon corps m’appartient" semble supposer que la personne serait une entité différente du corps. Tout semble prouver le contraire : en particulier la mort du corps et la disparition de la personne me paraissent bien étrangement concomitants.

  • Le 26 juillet à 10:01, par Obeguyx En réponse à : En quoi le fait de refuser de se faire vacciner serait-il un acte de résistance ?

    Evitez de parler de résistance quand on ne sait pas ce que c’est. Comme de la guerre d’ailleurs. Achetez le livre "la peur" de Gabriel Chevallier (1920) toujours publié en poche et vous verrez qu’il n’y a rien de comparable.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière