Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > En Corée du Sud, les anti-féministes gagnent du terrain

En Corée du Sud, les anti-féministes gagnent du terrain

vendredi 2 juillet 2021, par Gabriel Collardey

Les mouvements féministes actuels n’ont plus rien à voir avec ceux des années 80. De nos jours, nombres de « féministes » confondent misandrie et revendications en faveur de l’égalité hommes-femmes. En effet, certaines féministes radicales, non contentes de voir leurs revendications satisfaites, se sont mises à insulter, rabaisser et dénigrer les hommes sur des critères physiques et sociaux. Les jeunes hommes coréens, las de cette haine, ont décidé de se rebeller. En reprenant les codes des féministes, ils manifestent et abreuvent les réseaux sociaux de slogans pour faire entendre leur voix.

Cette contre-offensive était prévisible face à la saturation de l’espace médiatique par ces « féministes » qui a fini par lasser l’opinion publique et fracturer la société. Les actions des mouvements anti-féministes finissent par produire des fruits : par exemple, les dernières élections municipales ont vu les conservateurs remporter les deux plus grandes villes du pays, Séoul et Busan.

En France, les féministes radicales arrivent encore à museler le débat et professent des insultes contre les hommes. Ainsi, personne ne semble vraiment s’offusquer des propos de leur égérie Alice Coffin qui font pourtant froid dans le dos. Les hommes français devront-ils bientôt, eux-aussi, défendre leurs droits face aux « féministes » radicales ?

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/En-Coree-du-Sud-les-anti-feministes-gagnent-du-terrain

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière