Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Des centaines de femmes victimes des terroristes communistes des FARC. Mais (...)

Des centaines de femmes victimes des terroristes communistes des FARC. Mais que font les féministes ?

vendredi 19 mars 2021, par Adélaïde Motte

En France, le moindre regard insistant peut désormais valoir à son auteur d’être traîné dans la boue, voire devant les tribunaux. Le silence qui entoure les femmes victimes des FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie), guérilla communiste, en est d’autant plus assourdissant. Ni Marguerite Stern, ni Nous Toutes n’ont l’air de s’intéresser au sort de ces centaines de femmes violées par les terroristes marxistes colombiens. Alors que Juan Manuel Santos, lors de l’amnistie accordée aux FARC en 2016, avait promis une cour spéciale pour leurs victimes, ces dernières attendent toujours.

Enfants soldats utilisés comme chair à canon, recrues forcées cibles des violences sexuelles, les victimes des FARC se chiffrent par milliers. Les féministes auraient là un beau terrain de jeu, de la protestation face à ces crimes contre l’humanité jusqu’à la dénonciation des chefs des FARC nommés au Congrès, sans même être élus, pour les besoins de l’accord de paix.

Peut-être les féministes préféreront-elles se féliciter de la nomination de Griselda Lobo Silva à la vice-présidente du Sénat colombien. Ténor des FARC, elle a obtenu en 2018 une place de sénatrice grâce à l’accord précité, et se trouve projetée à la vice-présidence pour son engagement en faveur de l’égalité des sexes. Curieux engagement qui consiste à se voiler la face devant les exactions des FARC. Est-ce un modèle pour nos féministes ?

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Des-centaines-de-femmes-victimes-des-terroristes-communistes-des-FARC-Mais-que-font-les-feministes

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière