Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Contre les squatteurs, mieux vaut appeler le voisinage que la (...)

Contre les squatteurs, mieux vaut appeler le voisinage que la police

vendredi 12 février 2021, par Aymeric Belaud

Dans une précédente pendule à l’heure, nous vous avions décrit la situation de ce Toulousain de 88 ans dont la maison s’est retrouvée squattée. La police est intervenue, mais pour protéger les squatteurs… contre les jeunes du quartier qui s’étaient rassemblés devant la maison pour protester, en soutien à l’octogénaire.

Finalement, après des négociations entre le voisinage et les squatteurs, ces derniers ont quitté l’habitation sous le regard des policiers. Des citoyens lambda font en une journée, et sans aucune violence, ce que la police n’aurait pas pu faire avant le 1er juin, fin de la trêve hivernale (sic) en 2021…

Il semblerait qu’en France, les citoyens soient plus efficaces que la police et la justice pour faire respecter le droit de propriété privée…


Messages

  • Hélas, c'est comme cela.
    Face au délinquant insolvable, l'honnête citoyen n'a que ses yeux pour pleurer.
    Il a fallut juste un attroupement de personnes motivées et prêtes à en découdre si nécessaire, sous les fenêtres de ces "squatteurs", pour les faire déguerpir. L'effet de la foule en masse est toujours plus efficace que toutes ces lois complètement inutiles et même pas appliquées correctement.
    C'est aussi un petit avantage des réseaux sociaux :
    Ils font beaucoup de dégâts, mais il suffit de menacer une instance quelconque faisant de l'abus de pouvoir, pour qu'il y ai enfin une réaction. C'est malheureux d'en arriver là.
    PhB

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière