Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Après le revenu universel, voici le chèque bureau universel

Après le revenu universel, voici le chèque bureau universel

lundi 21 juin 2021, par Aymeric Belaud

Le chèque bureau universel : voilà l’idée lumineuse d’une trentaine de personnalités, dont l’ex-ministre du travail Myriam El Khomri, ou encore l’ancien syndicaliste Jean-Claude Mailly. Émis par les entreprises mais cofinancé par l’État et les collectivités locales, ce chèque-bureau aurait comme objectif de financer des espaces de coworking. Ces nouveaux lieux offrent en effet la possibilité pour les employés de télétravailler… hors de chez eux. Et selon les signataires, c’est le contribuable qui doit financer cela.

Toutes les idées sont bonnes pour ponctionner et gaspiller l’argent public. L’IREF l’a déjà dénoncé, le télétravail est mauvais pour l’économie. Les signataires encouragent donc l’État à financer la perte de productivité.

Mais au-delà de ce contresens qui relève de l’idéologie, le télétravail est un choix ! Si une entreprise veut l’imposer à une partie de ses salariés, c’est à elle seule de prendre les mesures nécessaires. Si elle le propose sans émettre d’obligation, c’est aux employés de s’organiser par eux-mêmes. Quoi qu’il en soit, la collectivité n’a pas à financer les choix d’organisation des entreprises ou des individus. Et surtout, l’État n’a pas à imposer un quelconque mode de travail aux acteurs privés !

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Apres-le-revenu-universel-voici-le-cheque-bureau-universel

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière