Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/4860

par ,

Dette de la SNCF : plus d’un SMIC par ménage français !

Le gouvernement a proposé une réforme de la SNCF, nécessaire au vu des comptes déficitaires de cette société publique. Alors qu’elle reçoit plus de 13 Mds € de subventions annuelles, elle a accumulé une dette de 50 Mds € tout confondu (SNCF réseau et SNCF mobilités).

Face aux réactions outrées, aux cris d’orfraie des syndicats et de ceux qui clament que c’est la mort de l’entreprise, de la ruralité et du lien social, les exemples étrangers ont été avancés. Ainsi du train italien avec ses lignes à grande vitesse privatisées, des Anglais qui font bien mieux que ce que la légende gauchiste prétend et surtout du train allemand réformé dès 1995.
Ce dernier exemple a réussi à obtenir plus de crédit car la réforme s’était accompagnée d’une reprise de la dette estimée alors à 35 Mds €. En effet, les finances d’une SNCF autonome ne pourraient supporter la masse d’emprunts actuelle, même avec les plus audacieuses réformes.
Aussitôt dit, aussitôt fait, la dette sera donc reprise, ont annoncé Emmanuel Macron et Bruno Lemaire. Enfin presque : elle sera reprise en plusieurs années afin de ne pas réintégrer les 2 points de PIB qu’elle représente en un seul exercice budgétaire, et partiellement.

Si 70% de la dette sont repris, il en coûtera 1 228 € par ménage (28,5 millions), soit plus d’un SMIC mensuel net.

Le comble de cette histoire, c’est que les réformes importantes annoncées au début de la procédure ne seront finalement pas appliquées. Tout cela ne servira donc à rien, les subventions continueront d’abreuver l’établissement public (peut être transformé en Société anonyme à capitaux publics) qui reconstituera une dette dont l’Etat (les contribuables) l’avait déchargé si chèrement.
La dette ne sera pas vraiment reprise ni vraiment effacée pour tous, et les vraies réformes de la privatisation pourront attendre. Cette société n’a pas fini de vivre sur le dos des Français.

Partager cet article :

Autres lectures ...

L’Allemagne se désendette de 1675 € par seconde
Dans la même seconde, la dette française s’alourdit de 2090 €

Un outil pour la dette


SNCF : beaucoup de bruit pour peu de choses
Mais où est la réforme ?

Que faire de la SNCF, la société qui vit sur le dos des Français ?



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies