Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/2118

Objectif déficit à 3 % : il faut au moins 60 Mds d’euros d’économies

C’est le chiffre (à quelques millions près...) des économies à réaliser pour atteindre le fameux taux de 3 % du PIB de déficit budgétaire en 2013. Plusieurs chiffrages (dont l’un de l’IREF à paraître) démontrent que Bercy ne sait pas bien faire ses comptes (à moins que l’erreur soit délibérément voulue pour cause de propagande gouvernementale).

En effet pour réaliser le fameux 3 % de déficit en 2013, ce n’est ni 20 ni 30, mais 60 milliards d’économies qu’il faudrait faire pour relever le défi. Avec les embauches et les aides qui se multiplient chaque jour, les « économies » n’atteindront pas ce seuil. }}

Partager cet article :

Autres lectures ...

La France a-t-elle vraiment assaini ses finances publiques comme le prétend la Commission européenne ?

Dette de la SNCF : plus d’un SMIC par ménage français !


Un outil pour la dette

La dette : les leçons économiques et budgétaires des pays membres de l’UE à la France



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

Dépenses publiques et compétitivité

le 26 avril 2013, 10:41

Pourquoi parler de 60 milliards et de 3% de déficit ? Il faut parler de notre handicap vis à vis de l’Allemagne de 200 milliards de dépenses publiques. En faisant les réformes nécessaires, en supprimant les dépenses sans valeur ajoutée, en construisant des services publics performants, en supprimant toutes les synécures coûteuses on dégagera des possibilités de relance par la compétitivité.

Mais trop peu de gens parlent de ces axes de réformes : mille-feuille, retraites publics et régimes spéciaux (40 mds), reforme des statuts des enseignants et agents hospitaliers, réduction du nombre de fonctionnaires (44% de plus qu’en Allemagne, retout aux 39 ou 40 heures.

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies