Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/3550

France 62,7% d’imposition

par ,

62,7 % : la France est seconde en matière de pression fiscale !

La Banque mondiale vient de sortir le rapport Paying Taxes 2016, en collaboration avec le cabinet PwC, sur la pression fiscale dans 189 pays.

Il en ressort que si la France souffre de la pression fiscale la plus forte en Europe après l’Italie. Le rapport salue toutefois que la France ait réduit le taux d’impôt sur les sociétés avec la mise en place du CICE, et qu’elle ait légèrement allégé les prélèvements sur le travail. Mais il reste énormément de progrès à faire sur la réduction de l’imposition globale, notamment en matière de cotisations sociales.

Un graphique très intéressant montre notamment que le taux d’imposition total, de 62,7 %, est composé à 53,5 % d’imposition sur le travail, contre 0,5 % d’imposition sur les bénéfices (du fait du CICE) et 8,7 % d’autres impôts. Pour comparer avec nos autres voisins européens, le taux total d’imposition est de 48,8 % en Allemagne et de 32 % au Royaume-Uni. Seule l’Italie est plus imposée en Europe avec 64,8 %, dont 43,4% de prélèvements sur le travail. Sans le CICE, qui est une mesure temporaire pour relancer l’activité (et une machine administrative couteuse et stupide qui prend pour redonner !), la France serait donc toujours le pays où la pression fiscale serait la plus élevée !

Monsieur Macron, le ministre de l’Économie, semble avoir compris les errements de la politique fiscale française. À présent, les déclarations ne suffisent plus : il faut passer aux actes et réduire drastiquement la pression fiscale pour redonner du souffle à l’économie française !

Partager cet article :

Autres lectures ...

Le nouveau hold-up des taxes locales

Abaisser les limitations de vitesse : coûteux et inefficace


Réduction de la vitesse : le débat continue !

Réduction de la vitesse : La bourse ou la vie ?



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies