Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Geopolitical Intelligence Services > Covid-19, le "chevalier blanc" des politiques irresponsables

Covid-19, le "chevalier blanc" des politiques irresponsables

mardi 2 février 2021, par Michael von Liechtenstein

Bien qu’une injection rapide de fonds ait été nécessaire pour maintenir les entreprises en activité, les gouvernements ont saisi l’occasion de la crise provoquée par Covid-19 pour accroître encore leur emprise sur les économies. De gigantesques dépenses sont financées par la création d’argent. Le résultat ne peut être que l’inflation ou d’autres difficultés financières.

Lors du forum économique annuel de Gaidar à Moscou la semaine dernière, Kristalina Georgieva, directrice générale du Fonds monétaire international, a fait une déclaration surprenante :
« En ce qui concerne les politiques actuelles, très inhabituelles pour le FMI, je dirais : S’il vous plaît, dépensez. Dépensez autant que vous pouvez et ensuite dépensez un peu plus. »

Elle a poursuivi en disant : « Je continue à plaider pour des politiques monétaires accommodantes et des politiques fiscales qui protègent l’économie de l’effondrement à un moment où nous limitons volontairement à la fois la production et la consommation ».

Avant de diriger le FMI, Mme Georgieva était présidente de la Banque mondiale. Avant cela, elle avait occupé divers postes de commissaire européen, notamment celui de vice-présidente de la Commission du budget.

Son message n’était pas seulement que les décideurs politiques devaient dépenser autant que possible. Elle a également plaidé en faveur de ce qui constitue une économie mondiale planifiée, suggérant que les dépenses publiques soient coordonnées par le G20.

L’utilisation des dépenses publiques pour manipuler une économie ne peut être efficace à long terme que si ces dépenses sont soigneusement ciblées et mises en œuvre au niveau régional ou local. Des dépenses coordonnées au niveau mondial peuvent donner un coup de fouet à court terme, mais ce n’est pas une solution durable.

Les épargnants sont de plus en plus inquiets

Le FMI devrait être un gardien du pouvoir d’achat de la monnaie. Le message qu’il envoie s’ajoute à de nombreux signes inquiétants récents pour l’épargne et la stabilité monétaire. Les épargnants sont de plus en plus inquiets.

Le bitcoin, une cryptomonnaie dont le volume ne peut être gonflé, s’est échangé à 40 000 dollars en janvier, contre environ 10 000 dollars il y a un an seulement. C’est une valorisation étonnante, car elle est basée sur la confiance dans la technologie. Bien que de tels investissements puissent être considérés comme spéculatifs, la valeur totale des bitcoins en circulation s’élève aujourd’hui à quelque 700 milliards de dollars, soit près de 20 % du produit intérieur brut (PIB) de l’Allemagne.

Il est intéressant de se demander pourquoi les gens investissent autant dans une monnaie non étatique.

Nous pouvons observer une tendance similaire sur les prix de l’or et d’autres métaux précieux, qui sont considérés comme des refuges pour l’épargne. Ces évolutions ne sont pas surprenantes, car elles sont les symptômes de la faiblesse - et par conséquent de la méfiance - des monnaies émises par les banques centrales, comme le dollar américain et l’euro.

Une dangereuse dépendance

Ce phénomène n’est pas nouveau. Il a commencé par des dépenses publiques toujours plus importantes, qui ont alimenté des secteurs publics et des systèmes de protection sociale surdimensionnés. Ces derniers perdent de leur efficacité à mesure qu’ils gagnent en taille et en complexité.

Les résultats étaient déjà alarmants avant que la pandémie ne frappe. En 2019, le déficit fédéral américain s’élevait à 984 milliards de dollars. La dette nationale s’élevait à 22,8 billions de dollars à la fin de 2019, soit environ 102 % du PIB.
L’Union européenne et ses États membres ont également enregistré des chiffres alarmants avant le début de la crise. En 2019, le PIB de l’UE s’élevait à 13,9 billions d’euros, tandis que la dette publique s’élevait à 10,8 billions d’euros, soit un ratio de 77,6 %. Les dépenses publiques dans l’UE, qui représentent 47 % du PIB, dépassent la moyenne de l’OCDE.

Avant la pandémie, les banques centrales devaient déjà financer d’énormes dépenses publiques par une création monétaire excessive. Bien que nous ayons mentionné ici les exemples américain et européen, le phénomène est malheureusement mondial. C’est une catastrophe qui ne demande qu’à se produire.

Les économies dominées par les États sont devenues dépendantes de créations monétaires toujours plus importants pour éviter un effondrement inévitable.Mais il devenait de plus en plus difficile d’augmenter artificiellement les doses de la "drogue" dont ils avaient besoin et de justifier de telles mesures.

Covid à la rescousse

C’est alors que le chevalier blanc des débiteurs mondiaux, le Covid-19, a fait son apparition en 2020. Les confinements successifs sont devenus la nouvelle justification pour inonder les économies d’argent. Une injection rapide de fonds était nécessaire pour sauver les entreprises et les ménages, mais la manière dont les fonds ont été alloués fut trop lente et inefficace.

La pandémie a également servi de prétexte à divers programmes dont la réalisation nécessitait plus d’argent et de dettes. Ces programmes étaient principalement politiques : maintenir ou accroître la planification et le contrôle de l’économie par les gouvernements dans le monde entier (voir les déclarations de Mme Georgieva ci-dessus).

Les dépenses fédérales américaines sont passées de 4 400 milliards de dollars, déjà excessives, en 2019 à 6 600 milliards de dollars en 2020. Les dépenses au niveau des États et des municipalités ont également augmenté, et la dette nationale a atteint 27 000 milliards de dollars à la fin de 2020. Bien que certaines mesures visant à atténuer les effets de la pandémie aient été nécessaires, ces chiffres semblent dangereusement élevés. De plus, le gouvernement Biden a l’intention de faire passer un programme de relance supplémentaire de 1 900 milliards de dollars.

L’UE a saisi l’occasion d’accroître la centralisation et d’institutionnaliser la planification économique

Tous les États membres de l’UE ont mis en œuvre des programmes d’aide basés sur une augmentation des dépenses. Cependant, l’UE elle-même, sous l’impulsion de la France, de l’Allemagne et de certains pays du sud de l’Europe, a également saisi l’occasion pour accroître la centralisation et institutionnaliser la planification économique.

Les dirigeants de l’Union européenne se sont mis d’accord sur un budget de 1,8 billion d’euros pour la période 2021 à 2027, financé par la dette. Une partie importante de ce financement doit être consacrée à la mise en œuvre d’initiatives d’"économie verte". Une économie durable sur le plan environnemental est évidemment nécessaire, mais les faits montrent que les tentatives des gouvernements pour l’encourager financièrement ont échoué, car les bureaucrates sont généralement de piètres entrepreneurs.

Le budget comprend le cadre financier pluriannuel (CFP), à hauteur de 1 100 milliards d’euros, plus 750 milliards d’euros supplémentaires pour l’aide Covid, qui seront distribués par Bruxelles. L’objectif principal de ces montants faramineux était probablement de donner à la Commission européenne (et donc à ceux qui la contrôle, comme la France et l’Allemagne) plus de contrôle sur les gouvernements nationaux. Les dirigeants européens affirment qu’il est nécessaire de dépenser autant pour améliorer la cohésion de l’UE. Cependant, cela pourrait conduire à une plus grande centralisation, ce qui, en fin de compte, aurait l’effet inverse.

La catastrophe à venir

Toutes ces mesures, ainsi que celles similaires mises en œuvre au Japon, en Chine et ailleurs, sont financées par la dette sur la base des fonds supplémentaires fournis par les banques centrales. Comme cette émission de fonds n’a aucune substance économique, et comme nous savons que les gouvernements seront incapables de rembourser leurs dettes, l’inflation ou d’autres catastrophes financières sont devenues inévitables.

Les postes clés des banques centrales, des gouvernements et des institutions économiques internationales, qu’il s’agisse du FMI (Mme Georgieva), de la Banque centrale européenne (présidente Christine Lagarde) et du département du Trésor américain (secrétaire désignée Janet Yellen) sont désormais occupés par des personnes favorables à l’augmentation de la dette publique.

Le Covid-19 et la création de dettes supplémentaires ne peuvent que retarder la catastrophe. Mais nous devons nous rappeler que plus la dette est importante, plus le prix à payer sera élevé.

Article traduit du GIS online

https://fr.irefeurope.org/Publications/Geopolitical-Intelligence-Services/article/Covid-19-le-chevalier-blanc-des-politiques-irresponsables

Messages

  • Je viens de lire cette excellente et inquiétante chronique. Malheureusement compte tenu de l'ampleur des chiffres et de la confusion entre Mille Milliards, Billions, Trillions, etc. selon les méthodes françaises ou anglo-saxonnes de les nommer il faut une bonne dose d'aspirine pour comprendre !

  • L'important n'est pas le chiffre en lui même mais sa progression presque exponentielle et bien sur aussi le rapport avec le PIB et la dette des pays.
    Comme le disait justement le Pr Raoult récemment, ce n'est pas le nombre de morts cumulés qui importe... avec une population mondiale qui a doublé il faut s'attendre au doublement du nombre annuel des morts.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière