Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/1085

L’Obamania prend des vacances

En acceptant l’accord avec les Républicains pour réduire les charges sociales et étendre l’ensemble des taux d’imposition de l’ère Bush jusqu’en en 2012, Obama a implicitement admis que sa stratégie économique a échoué.

Il a reconnu implicitement les taux d’imposition influent sur la croissance, que les entreprises traitées comme des « barons voleurs » a nui à l’investissement et à l’embauche, et que les réductions d’impôts sont plus importantes que les dépenses de relance. Il a fallu 9,8% de chômage et une perte de 63 sièges à la Chambre pour que cela arrive.

En ce sens, la symbolique politique est aussi importante que la politique. M. Obama a donné le signal que les entreprises doivent être encouragés à faire des profits à nouveau afin qu’ils puissent embaucher plus de travailleurs, que « les riches » qu’il a si calomniés devraient être en mesure de garder davantage ce qu’ils gagnent, et même que la richesse construite sur une durée de vie ne devrait pas être confisquée. En matière de politique si ce n’est pas dans la rhétorique présidentielle, la lutte des classes et la redistribution des revenus sont en vacances pour deux ans.

Cela ne veut pas dire que l’accord est optimal pour la croissance économique, et les républicains ne devraient pas prétendre qu’il est. Un sursis de deux ans est bien meilleur que l’augmentation d’impôt immédiate au milieu d’une reprise encore fragile, mais cela signifie aussi que l’incertitude politique est reportée. Dans l’univers keynésien, des réductions d’impôt temporaires sont vertueuses, car elles stimulent immédiatement tout en permettant au gouvernement de récupérer les recettes plus tard, lorsque l’économie est plus forte.

La disposition visant à permettre aux entreprises une déduction de 100% en charges pour 2011, et 50% en 2012, contribuera à la croissance dans ces années-là.

Il en va de même pour la réduction provisoire de la taxe sur les salaires au nom de l’emploi. La baisse à 4,2% contre 6,2% de la part de l’employeur des charges sociales augmente l’incitation au travail.

Une autre demi-victoire est la fixations des droits de successions à 35% sue les héritages de plus de 5 millions de dollars. Bien que le taux de 35% dure également deux ans seulement, le niveau de soutien des deux partis feront ce taux politiquement difficile d’augmenter même si M. Obama remporte la réélection. Pendant ce temps, les Républicains peuvent continuer à faire campagne pour l’abrogation de cet impôt immoral sur une durée de vie de l’épargne. (Review & Outlook/ 8 DEC, résumé)

Partager cet article :

Autres lectures ...

Etats-Unis et Pays-Bas : créations d’emplois et baisse importante des impôts

Mais où est vraiment le scandale des « Paradise Papers » ?


Philosophie de l’impôt
Philippe Nemo, PUF 2017

Vers une nouvelle surtaxation des entreprises ?



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies