Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
Banner
Home » « L’Etoile des frontières » par Alfred de Montesquiou

« L’Etoile des frontières » par Alfred de Montesquiou

par Brigitte Clavel

Qui mieux qu’un reporteur de guerre saurait infiltrer ses lecteurs au cœur de la Syrie d’aujourd’hui ? Grâce à ses voyages professionnels où il découvrit des villes entières éventrées par des bombardements, Alfred de Montesquiou présente le pays de Bachar comme l’enfer sur terre. Mais ni Olivier Méri, orphelin de guerre recueilli en France, ni le journaliste Axel Monvoisin ne se découragent pour autant. Tous deux veulent se rendre à Homs, Olivier pour retrouver sa famille biologique et Axel pour faire part au monde des horreurs meurtrières. Un style palpitant retrace leur parcours quasi miraculeux au travers d’un chapelet de check-points frontaliers entre le Liban et la Syrie avant d’atteindre leur but qui n’est autre qu’une ville fantôme pleine d’enclaves torpillées les unes après les autres.

Là ils rejoignent un groupe de rebelles refoulés par la dictature auxquels viennent se joindre des djihadistes venus des banlieues métropolitaines, dont Nejba, femme guerrière resplendissante sous sa burqa et aussi martiale que ses frères d’armes. Car derrière la rébellion syrienne se profile toute une radicalisation. Mi reportage, mi roman, ce livre laisse le lecteur sur sa faim : au lieu de voir poindre la paix, celui-ci ne gardera en souvenir que des images de villes détruites, de blessés de guerre, de morts au sarin, de combattants sous l’effet de captagon, d’idéologies meurtrières. Un bien triste constat, plus vrai que nature…

Lire d’autres chroniques
Acheter le livre

You may also like

Laissez un commentaire