Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/3108

par ,

L’Etat sera une société de services bénévoles

A quoi ressemblera l’Etat au Troisième Millénaire ? C’est la question à laquelle répond Hans-Adam II, le Prince régnant du Liechtenstein, dans un ouvrage qui vient d’être publié en France chez Apopsix Editions. Fort de son expérience de plus de 20 ans à la tête d’une monarchie constitutionnelle et après avoir fait de nombreuses réformes dans son pays, l’auteur démontre que l’on se dirige vers un recul de plus en plus fort de l’Etat qui, à terme, se transformera en une société de services bénévoles qui travaillerait pour les populations sur la base de la démocratie directe et indirecte et le droit à l’autodétermination au niveau local.

Après avoir fait l’historique de l’Etat et rappelé les limites de la démocratie telle qu’elle existe aujourd’hui en Occident, le Prince trace les lignes de l’Etat du futur. L’Etat-providence a fait faillite et il a montré qu’il favorisait une minorité : ceux qui en vivent. La mondialisation ne permet plus à l’Etat de vivre sur le dos des contribuables, ni de s’occuper de tout ce qui ne le concerne pas. « Excepté la politique étrangère, écrit l’auteur, le seul domaine où l’Etat, à mon avis, conserve un avantage concurrentiel sur l’entreprise privée, les communautés locales ou les associations de communautés locales, est le domaine de la loi ». Les peuples sont attachés à la loi et veulent être protégés. Il ne s’agit pas de vouloir plus de réglementations mais d’un cadre juridique propice aux affaires.

Le Prince Hans-Adam II fait aussi des propositions très concrètes. Concernant les retraites, il suggère le remplacement du système de répartition (qu’il voit comme une cause de la baisse de la natalité) par la capitalisation. Il est pour la concurrence dans la santé, pour les chèques-éducation et pour un marché libre mondial des produits agricoles. Un Etat réduit au minimum signifie des impôts et des taxes au plus bas niveau. Et la concurrence entre les Etats et les collectivités contribuent aussi à la baisse de la fiscalité. Le livre se termine par une véritable Constitution pour l’Etat du futur. Un exemple qui devrait inspirer les politiques de partout.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Les Désillusions de la liberté
Par Pierre Bentata, Les Editons de l’Observatoire, 2017

La Catalogne, le Kurdistan et la légitimité de l’indépendance


Réforme des retraites
l’illusion Macron en marche ?

Non, décidément, Monsieur Macron n’aime pas les retraités !



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

L'état incompétent et inutile

le 11 octobre 2014, 12:12 par Astérix

L'état, c'est comme le virus Ebola, il tue partout où il passe. Une mort dans des souffrances atroces. Demander à nos PME/PMI/TPE ?

Nos politiques sont trop bêtes pour s'intéresser à autre chose qu'à eux-mêmes. En parfait accord, l'état providence a fait faillite. Avant que les Français comprennent, il tombera des haricots...!

Bravo au Prince Hans-AdamII. Si demain, je pouvais disposer d'un poste au Luxembourg, juste le temps nécessaire pour me permettre de créer ma propre entreprise, je quitte la France demain,
Pays dont j'ai honte.

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies