Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/2231

par ,

A Nation of Takers

Malgré son format “petit livre rouge” et ses 132 pages, cet ouvrage est une mine d’informations. Des centaines de chiffres et de statistiques qui montrent comment l’Amérique est devenue presque un Etat Providence à l’européenne. L’auteur, économiste, démographe et Senior Fellow à l’American Enterprise Institute, recense les données depuis environ 50 ans dans un pays où les dépenses sociales sont passées du tiers du total des dépenses gouvernementales aux deux tiers aujourd’hui.

Les transferts sociaux s’élevaient à 24 Milliards de dollars en 1960, ils atteignent 2.400 milliards de dollars en 2010 : 100 fois plus ! Ces transferts ont augmenté presque deux fois plus vite que le PIB par habitant. Parmi ces aides sociales figurent le Income Maintenance Benefits, Medicaid, Medicare, Social Security et le Unemployment Insurance Compensation.

Environ 50 % des Américains bénéficient d’une aide sociale et elle représente en moyenne 7 400 dollars par personne. Environ 35 % des Américains reçoivent des aides sous forme d’argent ou de biens. Cette situation a rendu la population dépendante, assistée et moins motivée pour travailler et entreprendre.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Lutte contre la pauvreté : et si la redistribution n’était pas la solution ?
Un petit rappel historique sur l’évolution de la richesse

Contre la pauvreté, il faut en finir avec l’Etat providence !


20 heures de travail obligatoire par semaine !

220 Milliards de dollars pour l’Europe



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

Nation of Takers

le 14 mars 2013, 13:58

Il y a des individus qui méritent d’être aidés, ceux qui rebondissent et sont dignes du partage. Mais en majorité, ils prennent sans scrupules et s’apitoient sur eux mêmes, plombant le pays qui les accueillent. Ceux que l’on secourt doivent se rendre utiles. MALTHUS décrivait fort bien ce "partage". Je considère que c’est cela "la dignité". Votre commentaire décrit l’inverse et c’est effectivement le résultat auquel les politiques ont aboutit. On peut s’interroger sur le gouffre intellectuel de nos représentants ; décisionnaires en plus. La lucidité, la responsabilité, le simple bon sens, sont absents de leur cortex. Nous sommes condamnés à leur incompétence rampante et répugnante.

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies