Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/1009

La Santé de plus en plus chère

Notre système de santé publique que tout le monde nous envie (mais que personne ne copie) coûte de plus en plus cher. La Sécurité sociale est en déficit perpétuel et les remboursements sont de plus en plus réduits.

Le budget de la Sécurité sociale sera discuté prochainement à l’Assemblée nationale et le gouvernement prévoit de nouvelles économies sur…notre dos : le remboursement des médicaments à vignette bleue passera de 35 % à 30 %, le transport des patients en affectation longue durée sera moins pris en charge, les prescriptions des kinés seront « encadrées » et les mutuelles seront encore plus taxées (+ 9.4 %). Ce qui veut dire que les cotisations augmenteront aussi. Bientôt, il n’y aura plus aucun remboursement mais la Sécurité sociale restera notre fierté nationale.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Systèmes de santé : la France mal classée en Europe

Abaisser les limitations de vitesse : coûteux et inefficace


Crise du lait et émission « Cash Investigation » :
incompétence journalistique ou malhonnêteté intellectuelle ?

Réduction de la vitesse : le débat continue !



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

déficit permanent de la Sécurité Sociale

le 8 janvier 2011, 19:41

A l’origine, la Sécu ne concernait que les salariés, et ses cotisations découlaient des salaires. Comme les comptes étaient très bénéficiaires au début des 30 Glorieuses, on a (par électoralisme) étendu le système à toutes sortes de catégories de citoyens insolvables : étudiants, agriculteurs, veuves de guerre, réfugiés... C’est cette liberalité que "tout le monde nous envie" moins l’étroitesse du financement et l’absence de contrôle des dépenses : les prescripteurs ne sont pas les payeurs, et les payeurs (partenaires sociaux) n’ont aucune compétence pour juger des gaspillages, sous couvert de secret médical. Mais rassurons-nous, ce système incontrôlable par construction va continuer appauvrir les entreprises privées, sauf celles qui ont décidé de délocaliser.

Ponthieu1.

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies