Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/882

par ,

Fonds de pension et capitalisation

La désinformation concernant la Bourse est liée à celle sur la capitalisation et les fonds de pension. Rarement un secteur économique aura été aussi méprisé, critiqué et – surtout – méconnu. La retraite par capitalisation et les fonds de pension font partie de ces mythes que leurs détracteurs utilisent comme bon leur semble. Explications.

Il est vrai aussi que leurs défenseurs, souvent, les présentent mal ou de manière incomplète et confuse ce qui augmente le degré d’ambiguïté qui les entoure. Les deux parties portent une part de responsabilité mais cela ne doit pas empêcher une bonne connaissance de la capitalisation et du monde des fonds de pension. Il est vrai que la crise a été l’occasion idéale au service des adversaires de la capitalisation pour multiplier leurs attaques : « Vous voyez, ont-ils dit, la Bourse s’effondre et les retraités se retrouvent sans rien ! ». Le constat est faux même si la Bourse s’est en partie effondrée. Ceux qui ont perdu de l’argent sont ceux qui ont boursicoté, les mêmes qui, il y a quelques mois, gagnaient des sommes considérables. Les fonds de pension et la capitalisation dépassent le strict domaine de la Bourse. Un fond de pension ne doit pas être confondu avec un simple trader. Un fond de pension est une véritable institution. D’ailleurs, on les appelle des « investisseurs institutionnels ».

Parmi les fonds de pension, il faut aussi distinguer entre les grands fonds de pension qui regroupent des souscripteurs très différents et les fonds de pension des entreprises. La confusion qui existe entre les deux a donné beaucoup de munitions aux détracteurs des fonds de pension. Le scandale des pensions des employés de la firme Enron qui a fait faillite en décembre 2001 après des magouilles comptables atteignant des proportions jamais vues jusque-là, les a fait décréter l’échec en général des fonds de pension et les risques encourus par les salariés. Le problème c’est que les retraites des salariés d’Enron faisaient partie du fonds de pension de l’entreprise laquelle leur a fait des promesses mirobolantes une fois à la retraite. Les salariés ont perdu la retraite de l’entreprise qui avait été épargnée ce qui est, évidemment, très dur à accepter. Néanmoins, en épargnant dans son entreprise comporte infiniment plus de risques qu’en épargnant dans un fond de pension « classique » qui diversifie énormément ses investissements et prend donc un minimum de risques.

Les investisseurs institutionnels sont devenus des éléments essentiels du mécanisme économique américain et de plus en plus dans le monde. Plus de 80 % des transactions sur le marché se font entre leurs mains. Les fonds de pension détiennent plus de 30 % du capital des firmes américaines et plus de 60 % du capital des 25 plus grandes sociétés.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Réduction de la vitesse : le débat continue !

Réduction de la vitesse : La bourse ou la vie ?


Imposition : la France est championne du monde !

Les avantages et les risques de la réforme fiscale américaine



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies